Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Bibliographie en français
Des livres en français sur le ciné HK 13/19 - Page 13
Infos
Auteur(s) : Laurent Henry
Jean-Louis Ogé
François Henry
Denis Gueylard
Thomas Podvin
David Vivier
Florent d'Azevedo
Annabelle Coquant
Cyril Barbier
Anne Saïdi
Date : 23/10/2004
Type(s) : Compte rendu
Information
 
 Liens du texte  
Personnes :
Jackie Chan
Run Run Shaw
Ti Lung
Wong Yu
Films :
The Master Strikes Back
Studios :
Golden Harvest
Shaw Brothers
 
< Précedent
Page 12 : Jet Li : Les griffes du Dragon
 
Suivant >
Page 14 : L'Asie à Hollywood


Voici un petit guide des ouvrages sur le cinéma d'Asie. Il aura fallu le temps, mais les livres en français ont fini par faire leur appariation. Bonne lecture à tous !

Encyclopédie du Cinéma de Hong Kong : des origines à nos jours


livre-ciné-kungfu.JPG (13405 octets)Auteurs : Emrik Gouneau et Léonard Amara Editions LES BELLES LETTRES - Dany de Ribas

Prix de lancement : 49€

Sommaire :

Histoire du cinéma de Hong Kong : les genres
- Les films d'arts martiaux
- L'âge d'or du mélodrame cantonais
- La comédie cantonaise
- Le film d'opéra cantonais
- Le film de fantômes
- Le polar
- Catégorie III, un genre unique
- Les autres genres

Histoire du cinéma de Hong Kong : les studios
- Histoire de l'empire MP & GI
- L'empire de la Shaw Brothers
- La Golden Harvest
- Les studios et les sociétés de production

Les acteurs du cinéma hongkongais
- Les touche-à-tout
- Les réalisateurs
- Les actrices et les acteurs (classés par catégorie)
- Les chorégraphes
- Les compositeurs
- Les oubliés

Zoom sur...
- Télévision, musique et cinéma
- La musique, point faible du cinéma de Hong Kong
- La postsynchronisation
- Le cinéma hongkongais et le marché international
- La transition chinoise
- Nostalgie et commémoration
- Le déclin

Documents
- Box -office
- Hong Kong film awards
- Les dix plus grands films chinois
- filmographie exhaustive (1913-2006)

Repères
- Petit glossaire
- Petit guide pratique du cantonais
- Chronologie du cinéma hongkongais
- Hong Kong : fiche d'identité
- Index

critique générale

Alors que la popularité du cinéma hongkongais est établie en France depuis plus de 10 ans (sorties des polars de John Woo, rétrospective Tsui Hark au Festival d'Amiens et à la Cinémathèque française, festivals thématiques sur l'ensemble du territoire, vidéos puis DVD…), il manquait cruellement un ouvrage de référence destiné à dévoiler aux plus curieux son histoire, son fonctionnement et ses principaux personnages. Il y eut certes des tentatives, certaines bien malheureuses et d'autres plus heureuses, mais rien de comparable à l'objectif encyclopédique que ce sont fixés les auteurs, Emrik Gouneau et Léonard Amara. Bien entendu, il est impossible de raconter cent ans de cinéma hongkongais en 562 pages, mais cette tentative unique n'en demeure pas moins riche et érudite.

Un bel objet…

A une époque où Internet nous permet de nous informer sur tous les sujets pour un prix modique (et les sites consacrés au cinéma de Hong Kong sont très nombreux sur la toile), le livre doit séduire et regagner son statut de bel objet. Un ouvrage bâclé, à l'iconographie pauvre et la mise en page insatisfaisante, n'aurait que peu de chance de trouver son public.

Les éditions Les Belles Lettres n'ont pas fait cette erreur et l' Encyclopédie du Cinéma de Hong Kong nous est proposée dans ses plus beaux apparats : grand format 24x32, relié, couverture cartonné noire et distinguée, papier épais glacé, iconographie de qualité (les 300 photos sont nettes et n'ont pas l'air d'avoir été « volées » ici et là) et cahier couleurs de 16 pages reprenant des affiches de films hongkongais de tous pays.

… qui n'est pas trahi par son contenu

Une encyclopédie a pour objectif de « faire le tour de toutes les connaissances humaines ou de tout un domaine de ces connaissances et [de les exposer] selon un ordre alphabétique ou thématique (définition du Trésor de la Langue française informatisé (TLFI)). A ce titre, l' Encyclopédie du Cinéma de Hong Kong réussit son pari de nous présenter les caractéristiques majeures de cette industrie (les grands genres, les studios, les acteurs), tout en les replaçant dans leur contexte économico-historico-socioculturel (les interactions entre grand écran et petite lucarne, la conquête des marchés occidentaux, les résultats du box-office, la rétrocession de 1997…). L'ouvrage s'achève par une gigantesque liste de films – toutes les œuvres produites par Hong Kong depuis la naissance du cinéma local -, seule partie pouvant prêter à polémique car sans grand intérêt ni réelle valeur ajoutée pour le lecteur (La filmographie s'étend sur 176 pages, soit pratiquement un tiers du livre !).

Passons maintenant en revue les grandes parties de cette encyclopédie :

Première partie - Histoire du cinéma de Hong Kong : les genres

Les auteurs abordent intelligemment et avec force détails le film de sabre, le film de kung-fu, le mélodrame cantonais, la comédie cantonaise, le film d'opéra, le film de fantômes, le polar, la catégorie III et quelques niches locales (les films musicaux mandarins, les « Jane Bond films », etc.). De courts encarts informatifs viennent enrichir avec pertinence ces articles sur des points bien précis : « Tradition du monastère de Shaolin du Sud : mythes et légendes », « Le baiser tabou ? », « Les films de songgun », « Les gunfights », «  La Nouvelle Vague à la télévision », etc.

Chaque genre est replacé dans son contexte historique et les différents courants qui le composent bien identifiés. Des œuvres représentatives sont également citées.

En 90 pages, les auteurs réalisent un incroyable travail didactique sans jamais céder à la vulgarisation abêtissante.

 

Deuxième partie - Histoire du cinéma de Hong Kong : les studios

L'histoire du cinéma hongkongais a été en partie écrite par de grands studios qui, à l'instar de leurs cousins américains, ont imposé leur style et leur système. A ce titre, ils méritent d'être étudiés comme on le ferait pour des réalisateurs ou des acteurs.

Sur près de trente pages, les auteurs nous présentent les principaux studios de l'industrie cinématographique hongkongaise. La Shaw Brothers hérite de plus d'un tiers de ce chapitre, ce qui peut paraître normal, mais on déplorera le survol des deux grands rivaux, la MP &GI – Cathay (deux pages) et la Golden Harvest (deux demi pages…). Sont ensuite listés studios et sociétés de production, chacun bénéficiant d'une biographie et certain d'une photo : un remarquable travail quant on connaît la difficulté à obtenir des informations à leur égard.

 

Troisième partie – Les acteurs du cinéma hongkongais

Ce très conséquent chapitre (près de 180 pages) est une mine d'information sur les principaux faiseurs du cinéma de l'ancienne colonie. Chaque personne citée a droit à une biographie, de quelques lignes à près de 9 pages (évidemment, ce traitement est réservé à Jackie Chan !) selon la place qu'elle occupe dans l'industrie. Il eût peut-être été plus pertinent, comme Bertrand Tavernier et Jean-Pierre Coursodon dans « Cinquante ans de cinéma américain », de s'attarder au contraire sur les acteurs les moins étudiés dans la littérature sur le genre… mais cet avis concerne probablement les plus érudits en la matière.

Outre un classement très nébuleux (les acteurs sont catégorisés en « touche-à-tout », « inclassables » (sic), « beautés fatales », « comiques », « les oubliés », etc.) heureusement corrigé par un sommaire des plus clairs, on pourra reprocher à ce très beau travail l'absence de photo pour la majorité des personnes. Quelle difficulté pour le néophyte, lorsqu'il lit l'article sur Wong Yu, de savoir à qui il est fait allusion… Un portrait lui aurait tout de suite permis de faire le lien entre le texte et le jeune trublion qui défie Ti Lung dans The Master Strikes Back !

Au total, 500 fiches biographiques informatives agréables à lire et parfois agrémentées de potins et d'avis personnel (il est tellement rare, dans un ouvrage de ce type, de voir employée la première personne du singulier !).

 

Quatrième partie – Zooms sur…

En une quinzaine de pages, les auteurs abordent un certain nombre de thèmes qu'ils estiment notables pour notre compréhension du cinéma hongkongais : « les liens entre médias (télévision, musique et cinéma) », « la musique, point faible du cinéma de Hong Kong » (ça n'engage qu'eux…), « la postsynchronisation », « le cinéma hongkongais et le marché international », « la transition chinoise », « nostalgie et commémoration » et « le déclin ».

Ces notules, sorte d'inventaire à la Prévert, s'apparentent à de petites pistes de réflexion. Intéressantes, elles ne sont cependant pas assez développer pour être totalement convaincantes : au lecteur de creuser le sujet !

 

Documents

Constituée de 220 pages, cette partie rassemble tout un tas d'informations « officielles » (et donc seulement mises en forme dans le présent ouvrage) sur le cinéma hongkongais. On retrouve ainsi le box office local de ces 35 dernières années, les palmarès des Hong Kong Films Awards des 25 dernières années, la filmographie exhaustive de la production hongkongaise de 1913 à la mi 2006 (soit 9463 films) et un hallucinant classement des dix plus grands films chinois dans lequel on ne trouve qu'un seul film antérieur à 1986 (The Love Eterne, 1963) !

 

Repères

4 pages de glossaire, mêlant mots relatifs au cinéma hongkongais (PTU, SDU…) et plus généraux (travelling, septième art…).

Des informations sur la pratique du cantonais et quelques mots et phrases traduits en français.

Une belle chronologie du cinéma hongkongais, de 1907 (naissance de Run Run Shaw) à 2006.

Une « fiche d'identité sur Hong Kong » avec de brèves données géographiques et historiques.

Une bibliographie.

Un index.

 

En conclusion, l' Encyclopédie du Cinéma de Hong Kong est une belle réussite et un outil indispensable à qui s'intéresse de près ou de loin au cinéma de l'ancienne colonie (et même plus largement à qui s'intéresse au cinéma !). Riche, à l'iconographie soignée – on y trouve de superbes et rares photos -, cet ouvrage unique en France est un achat indispensable !

David-Olivier Vidouze (octobre 2006)

 
Page :  1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13   14  15  16  17  18  19  20  21  22  23  24  25  26  27  28  29  30  Top
Précedent :
Page 12 : Jet Li : Les griffes du Dragon
Suivant :
Page 14 : L'Asie à Hollywood

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com