Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Le Japonais, objet de haine et de passion

hk cine stories

Le Japonais, objet de haine et de fascination

L'histoire commune des peuples chinois et japonais est parsemée de drames et de guerres, le plus souvent, il est vrai, à l'initiative de la nation nippone. Malgré leurs antagonismes antédiluviens, ces deux pays exercent l'un sur l'autre une fascination indiscutable : réussite économique pour le Japon, berceau de toutes les cultures (art, idéogrammes, arts martiaux…) pour la Chine.


Arrivée des japonais dans Heroes of the East

Une histoire chargée
L'invasion du nord de la Chine le 18 septembre 1931, la mise en place du gouvernement fantoche du Mandchoukouo le 18 février 1932 et les brutalités commises par les soldats (dont les expérimentations scientifiques sur des cobayes humains dans le sinistre Camp 731) sont des souvenirs encore très présents dans l'esprit des Chinois adultes. Leurs pertes s'élevèrent ainsi à 3,22 millions de soldats et 9,13 millions de civils de 1937 à 1945. Le refus japonais de présenter des excuses au pays, toujours d'actualité, et le révisionnisme affiché dans les manuels scolaires, sont autant de facteurs entretenant cette haine.
On pourra heureusement compter sur les jeunes générations pour ne pas reproduire les erreurs de leurs aînés et s'enrichir au contact de l'autre.

L'éternel méchant cinématographique
Chaque pays possédant un ennemi héréditaire ne peut bien évidemment s'empêcher de le représenter à l'écran à travers des personnages les plus mauvais, sadiques, fourbes et déviants possibles. Pour la Chine – et donc Hong Kong –, le rôle sera tenu par le Japonais.
Bruce Lee, chantre de l'identité chinoise, sera un des plus fervents utilisateurs de cette figure à l'occasion d'un Fist Of Fury (1972) quelque peu raciste. Elève d'un maître d'arts martiaux assassiné par traîtrise par un membre d'une école japonaise rivale, il n'aura de cesse de le venger et réparer l'affront fait au kung-fu. L'action se situe bien entendu dans une Chine occupée où les parcs sont interdits « aux chiens et aux Chinois » ! Jimmy Wang Yu fera également de cet antagonisme son fond de commerce pendant des années : c'est même lui qui initia cette mode avec Chinese Boxer (1970). Si Zatoichi Meets The One-Armed Swordsman (1971) pouvait laisser croire à un rapprochement entre les peuples, One Armed Boxer (1971) et surtout Beach Of The War Gods (1973) sont là pour nous prouver le contraire ! King Boxer (1971), réalisé quant à lui par un metteur en scène d'origine coréenne (autre pays ayant eu à souffrir des exactions nippones), décrit également l'affrontement entre des brutaux karatékas nippons et des élèves chinois pratiquant un kung-fu aussi spirituel que physique. On notera tout de même que la plupart de ces récits possède une autre figure commune : le Chinois traître à son pays, le collaborateur.
Si l'art martial pratiqué par le Japonais est communément reconnu pour sa puissance, les réalisateurs hongkongais insistent souvent sur son absence de spiritualité et de règles de chevalerie. A ce titre, le code du ninja – le ninjitsu - est une aberration pour les maîtres chinois puisqu'il faut vaincre, qu'importent les moyens utilisés (poisons, pièges, embuscades, bombes…). Seul Liu Chia Liang a su saisir l'universalité du monde des arts martiaux et a prôné la compréhension et le respect entre les deux nations dans son chef-d'œuvre, Heroes Of The East (1978).
Les soldats nippons ont également fait les frais de la catégorie 3 dans des films de prison, du quelque peu ridicule Bamboo House Of Dolls au scabreux Camp 731 (financé en partie par la Chine). Ils apparaissent un peu moins caricaturaux – mais toujours méchants – dans Hong Kong 1941 et 1941 Hong Kong On Fire, deux drames ayant pour trame de fond l'invasion de Hong Kong par les troupes japonaises.

Aujourd'hui…
Depuis la fin des années 80 et l'arrivée d'une nouvelle génération de consommateurs les yeux rivés sur l'avenir, le Japon fait à nouveau rêver. Acteurs et surtout actrices gagnent leur statut de vedette (Yukari Oshima) et occupent des rôles de « bons », de plus en plus de films sont tournés sur le sol nippon (Tokyo Raiders, Conman In Tokyo) et les coproductions se portent bien (No Problem 2). Une page semble être tournée…

David-Olivier Vidouze (Septembre 2005)

Fiches personnes :
Fiches films :

Bruce Lee

Jimmy Wang Yu

Yasuaki Kurata

Yukari Oshima

Michiko Nishiwaki

Fist of Fury
King Boxer
Chinese Boxer
Zatoichi Meets The One Armed Swordsman
One Armed Boxer
Beach Of The War Gods
Bamboo House of Dolls
My Rebellious Son
Camp 731
Heroes of the East
Hong Kong 1941
Deadend Of Besiegers
Tokyo Raiders
No Problem 2
Liens Articles
Les Gweilos et autres étrangers dans le cinéma de Hong Kong

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com