Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
  >  Festivals
  >  >  Festivals en 2014
  >  >  Festivals en 2012
  >  >  Festivals en 2011
  >  >  Festivals en 2010
  >  >  Festivals en 2007
  >  >  Festivals en 2006
  >  Bilan par année
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Fantasia 2012
Documentaires et Animations non asiatiques 1/1 - Page 8
Infos
Auteur(s) : Yves Gendron
Date : 30/12/2012
Type(s) : Compte rendu
 
< Précedent
Page 7 : Les films anglo-saxons
 
Suivant >
Page 9 : Les vieux classiques


les documentaires

Parmi la douzaine de documentaires présentés à Fantasia cette année (la plupart dans la sélection : « documentaries from the edge » je n'ai eu l'occasion que d'en voir deux : Despite the Gods que j'aborderai ultérieurement dans la section asiatique et Mechanical Bride.

Un bon titre français pour ce film pourrait être « le syndrome de Galatée », Galatée étant le nom d'une statue rendue vivante par les dieux grecs pour épouser son créateur Pygmalion. Bride porte en effet sur les poupées grandeur nature employées à des fins non seulement sexuelles mais affectives par des hommes esseulés.



Présentant en alternance les utilisateurs de ces poupées, leurs créateurs et de nombreux commentateurs abordant les dimensions éthiques, psychologiques et historiques du phénomène, Mechanical Bride explore sans jugement et avec une certaine dose d'humour cette étrange pathologie. Un aspect particulièrement intéressant abordé par le film est de voir les différences qui existent entre l'Amérique et le Japon dans la façon dont les poupées sont considérées, les avances en robotique des japonais mais également leurs conceptions spirituelles particulières qui considèrent que chaque chose, même un objet inanimé, a une âme. Le film présente également les avancées technologiques qui voient l'évolution des poupées, de simples pièces de caoutchouc sculptés passées au niveau de robots presque réalistes d'où le titre anglais les Épouses mécaniques. Cote ***1/2

 
Les films d'animation non asiatiques

La seule façon pour un petit pays comme le Danemark de jamais pouvoir produire un film d'héroic fantasy épique à la Conan ou à la Seigneur des anneaux est par l'animation. C'est chose faite avec Ronal The Barbarian qui parodie sans vergogne le genre avec une mauviette malingre comme héros, appelé envers et contre tous à secourir sa tribu capturée par un tyran. Un joli délire rempli de gags tordus et tordants (une bonne partie reposant autour de testicules) dont le seul défaut et d'être trop court. Cote : ****

 

Le film de clôture du festival a été l'animé américain Paranorman, un film d'effroi juvénile tourné avec des marionnettes image par image et présenté comme étant la première production de ce genre à employer la technologie d'image en relief 3D. Le héros du film est un petit garçon, Norman, qui est capable de voir les morts, ce qui en fait naturellement le paria de son école. Toutefois, son affinité avec le surnaturel font qu'il est appelé à sauver sa ville d'une horde de morts-vivants ressuscités à cause de la terrible malédiction d'une sorcière jetée il y a plusieurs siècles.

 


Paranorman est le deuxième film des studios Laika (dont le premier Coraline est la dernière production à ce jour du maître du cinéma de marionnettes Henry Selick) et le premier long métrage de deux pros de ce type d'animation Sam Felle et Tim Butler. Leur imaginaire est inspiré par le cinéma d'horreur et d'aventures des années 70/80 et tant l'histoire que l'imagerie de leur film est une sorte de mélange entre Goonies, Evil Dead et quantités de films de zombies. Il y a même un petit clin d'œil à Halloween. Poursuites, effroi surnaturel, et intrigue parcellent le récit également animé par un humour en partie parodique et un brin surréaliste. Le film aborde également les thèmes de l'intimidation, de l'intolérance, et du droit à la différence qui bien que pouvant paraître un peu lourdaud pour un adulte convient parfaitement à un public de jeunes. Au final, Paranorman s'est donc avéré être un divertissement qui bien que pas complètement abouti au niveau de la trame, s'avère quand même être aussi délicieusement enlevé que sympathique. Cote : ***1/2

Mascottes de monstres qui se sont promenés dans le lobby, dehors devant la file des spectateurs et dans la salle lors de la présentation du film.


La durée de Fantasia coïncidant avec la sortie du « Dark Knight Rises  » dernier film de la trilogie Batman par Christopher Nolan, le festival aura présenté une conférence spéciale portant sur les origines du personnage. Un conférencier est donc venu raconter pendant à peu près une heure l'histoire de Batman, et on a également présenté un épisode du sérial de Batman des années 40 de même qu'une bande annonce française de la série TV Batman datant des années 60.


Le gros morceau de la conférence fut toutefois la présentation d'un long métrage du début des années 30, intitulé The Public Defender dont le scénario et les personnages (incluant un millionnaire qui joue les justiciers) pourrait bien avoir inspiré Bob Kane le créateur de Batman et la mythologie entourant son personnage.



Étant un grand lecteur de comic books, j'espérais bien apprendre quelque chose de nouveau ou d'intéressant sur Batman, mais cela n'est pas arrivé. J'ai entendu des anecdotes que je connaissais déjà et les films montrés datant des années 30 et 40 m'ont paru particulièrement longs et poussifs. Toutefois, la salle étant bondée, j'imagine que certains des spectateurs ont du y trouver leur compte.

 
 
Page :  1  2  3  4  5  6  7  8   9  10  11  12  13  14  15  Top
Précedent :
Page 7 : Les films anglo-saxons
Suivant :
Page 9 : Les vieux classiques

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com