Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
  >  Festivals
  >  >  Festivals en 2014
  >  >  Festivals en 2012
  >  >  Festivals en 2011
  >  >  Festivals en 2010
  >  >  Festivals en 2007
  >  >  Festivals en 2006
  >  Bilan par année
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Fantasia 2012
Les films anglo-saxons 1/1 - Page 7
Infos
Auteur(s) : Yves Gendron
Date : 30/12/2012
Type(s) : Compte rendu
 
 Liens du texte  
Films :
Seediq Bale
 
< Précedent
Page 6 : La sélection internationale
 
Suivant >
Page 8 : Documentaires et Animations non asiatiques


Les films britanniques

Ces dernières années, les îles Britanniques semblent s'être faites une spécialité des films d'invasion extra-terrestre particulièrement allumés. C'est ainsi qu'après le splatterfest burlesque Evil Alien présenté à Fantasia en 2006 et Attack the Block en 2011, voilà Grabblers dans lequel un petit village côtier d'Irlande est envahi par des pieuvres suceuses de sang. Comme ces créatures sont allergiques à l'alcool, les habitants du bled n'ont pas d'autres choix que de s'enivrer au pub local.



Si Grabbers tient son efficacité d'effets spéciaux convainquants de même que d'un scénario bien rôdé, son charme vient de son mélange d'humour mi-noir mi-pittoresque bien mis en valeur par une superbe galerie de personnages truculents. Après une longue mise en situation, lorsque le « shit hit the fan » le mélange comique/effroi fonctionne à plein. Le film est également beau à regarder, les magnifiques paysages irlandais étant bien mis en valeur, et la jeune actrice Ruth Bradley est tout à fait délicieuse en policière complètement pompette pendant la moitié du film. Bref, voilà un film aussi efficace que sympathique et un bel ode à l'Irlande et à ces habitants. J'espère bien qu'il y aura d'autres film d'invasion UK toujours aussi allumé dans les années qui vont suivre. Cote: ****


C'est inévitable, dans un festiva,l il y a parfois des choix de dernière minute que l'on regrette par la suite. C'est le cas avec le film A Fantastic Fear of Everything, dans lequel le comédien Simon Pegg joue un écrivain dont les recherches sur les tueurs en série victoriens l'ont mené à subir des crises aiguës d'anxiété et de paranoïa. La première moitié du film voit le personnage « subir » ses démons dans son appartement, alors que la deuxième le voit se rendre à une buanderie où il tentera tant bien que mal de gérer ses hantises. C'est là qu'il rencontrera un désaxé encore plus perturbé que lui.



Initialement, Fear semble vouloir être un pendant comique du Répulsion de Roman Polanski : un huis clos cauchemardesque dans un appartement transformé en antre gothique par l'imagination fertile d'un esprit malade. Même si Pegg livre une bonne prestation d'hystérie comique et que le film crée une ambiance cauchemardesque approprié, le film ne m'a pas accroché n'ayant apprécié ni l'humour ni la trame trop éparpillée. Il y a bien quelques gags rigolos ici et là, de même qu'un petit interlude animé en stop motion, où la synthèse cauchemar/humour est beaucoup plus achevée, mais hélas c'est un peu trop tard. Cote **1/2

 
les films canadiens

Un des clichés les plus éculés des films à suspense est d'avoir un tueur venu éliminer un témoin gênant sur son lit d'hôpital après avoir « disposé » du policer chargé de garder la chambre. Dans Cold Blooded toutefois, le policier ou plutôt la policière, survit à l'assaut initial et participe à un jeu de chats et souris entre le tueur et le témoin qui se déroule dans les couloirs d'un l'hôpital déserté.

 



Tourné presque en temps réel dans un seul lieu avec un nombre limité de personnages, Cold-Blooded est un petit thriller superbement campé reposant sur des séquences de suspense où le danger peut surgir de chaque tournant, aboutissant souvent sur des moments d'une violence sanglante inouïe. Les autres atouts du films sont une petite galerie de personnages rusés, menaçants ou instables et un refus d'employer certains clichés. Ah si seulement plus de thrillers pouvaient être de ce calibre. Un des meilleurs films de l'année. Cote : ****

 

Dans Eddie The Sleepwalking Cannibal, Lars un peintre en panne d'inspiration depuis plusieurs années, retrouve son jus créatif en étant le témoin des carnages d'Eddie un somnambule cannibale dont il encourage les penchants sanguinaires pour pouvoir créer à nouveau.

Une co-production Canada/Danemark Eddie s'avère être un petit bijou d'humour noir aussi efficace que sobre qui pose une réflexion pertinente sur la violence comme source d'inspiration dans l'art. Le film repose sur la double prestation de Dylan Smith dans le rôle d'Eddie, simplet sympathique le jour et brute carnassier la nuit, mais encore davantage sur l'acteur danois Thure Lindhardt qui offre un portrait nuancé d'un artiste balançant constamment entre un opportunisme dépravé et certains scrupules. Cote : ****

Lloyd the Conqueror est le film que j'ai vu immédiatement après le film épique taiwanais : Warrior of the Rainbow. Après le récit tragique et sanglant des guerriers sediq, le loufoque saugrenu présenté dans Lloyd, était plutôt déconcertant bien que cela n'a changer en rien mon appréciation. C'est que le film raconte les aventures d'une bande de gugusses prenant leurs jeux de rôles Dungeons and Dragon un peu trop au sérieux (d'ou le comique surréaliste du film). Une œuvrette farfelue aussi drôle que sympathique. Cote ***

 

 

 
les films américains

The Human Race est un thriller intense dérivé du film culte Battle Royale, excepté qu'ici, les malheureux conscrits doivent participer à une course aux règles strictes sous peine de mort, le gagnant de ce jeu n'étant pas le premier arrivé à un but mais le dernier survivant. Inclus parmi les participants : un prêtre, un coureur de fond, un vieux en trottinette, une paire de sourds muets et deux vétérans de la guerre d'Afghanistan dont un a juste une jambe (l'acteur cascadeur unijambiste Eddy McGee). Mis à part l'élément de la course et la différente sélection des participants, une autre distinction essentielle entre Battle et Race est que ce film a un certain élément de sci-fi et de mystère savamment dosé : les coureurs ayant été capturés par ce qui semble être des extra-terrestres invisibles ayant le pouvoir de faire exploser les têtes à la moindre infraction. Ceci dit, les éléments sci-fi ne servent que de prétexte ingénieux pour « rationalisé » la permise extravagante du film et ajouté une touche bien gore.




N'ayant jamais vu Battle Royale, je ne peux pas dire comment Human Race s'y compare. À mes yeux, le film a une indéniable efficacité, surtout si l'on considère qu'il a été produit avec des bouts de ficelles sur une période de plusieurs années et j'ai surtout apprécié son mélange détonant de générosité et de cruauté envers les personnages. Générosité parce que le film donne des premiers rôles à des personnages handicapés et leur donne un relief plein d'humanité, ce qui est rare dans un thriller de ce genre : cruauté parce que le film prouve dès le départ comment il est tout à fait impitoyable et qu'au fur et à mesure que les morts s'accumulent et que le désespoir s'accentue chez les survivants, ceux-ci se mettent à faire des choix monstrueux mais au combien humains.

Avec Warrior of the Rainbow, Human Race est le film dramatiquement le plus fort que j'ai vu au festival. Nul doute que certains ayant vu le film culte dont il s'est inspiré vont trouver que Race n'est qu'un Battle Royale Redux. Toutefois, il n'en demeure pas moins qu'à mes yeux il s'agit quand-même d'un film qui force une certaine admiration tant pour sa débrouillardise démontrée dans sa production que ses choix narratifs casse-cou (après tout combien de films américains ont un unijambiste comme héros et un quart des dialogues fait dans le langage des signes). Cote : ****


Alter-ego est une comédie de super héros dont le protagoniste Fridge est perturbé par des ennuis personnels (sa petite amie le trompe avec son alter ego civil c'est à dire lui-même) et qui sans le savoir est au cœur d' une conspiration machiavélique visant à redorer le blason ternis des justiciers masqués mais au prix de sa réputation, et peut être même de sa vie.


 

Alter ego est un film à très... très petit budget qui repose non pas sur des scènes d'action ou des effets spéciaux mais sur des dialogues et des situations comiques mettant en relief les revers bien peu reluisant de ces hurluberlus en collant. C'est amusant et sympathique mais sans plus. À noter que la bande son est composée par Sean Lennon (fils de John) qui apparaît également en hobo allumé. ***


Tout comme A Fantastic Fear of Everything, Toad Road est un choix de dernière minute que j'ai subséquemment regretté. Ayant appris que le film avait gagné un prix de la meilleure mise en scène et du meilleur acteur, j'ai visionné le film la toute dernière journée du Festival. Dans un coin perdu des USA, quelques jeunes se défoncent à l'acide, et aux champignons hallucinogènes. Un des jeunes relate à sa petite amie citadine la légende locale de la « route du crapaud » un sentier forestier qui mènerait au sept portes des enfers. Captivée par cette histoire, la jeune fille entame la randonnée de cette piste avec son ami, une excursion aux conséquences aussi mystérieuses que fatales.

 


Dans Toad Road, on observe de près des jeunes vivre leur malaise existentiel avec une caméra collée sur le visage et une bande son évocatrice créant une atmosphère envoûtante particulière. Certains spectateurs pourront y voir une variation existentielle et mystique de Blair Witch Project tournée à la façon d'un Gus Van Sant. Par contre, d'autres amateurs de cinéma plus âgés et connaisseurs pourraient plutôt décrire le film comme une reprise actualisée du classique culte australien Pic Nic at Hanging Rock. Pour ma part, bien que j'ai reconnu la qualité très évidente de l'interprétation et de l'atmosphère, je n'ai pas vraiment accroché, ayant deviné très vite les tenants et aboutissement du film que j'ai trouvé sans mystère et donc sans grand intérêt. Comme j'ai vu le film en screener, j'ai même pu gagner quinze minutes en faisant de l'Avance rapide. Cote : **

Dans Excision, Pauline une ado aussi frondeuse qu'excentrique, vit en constante confrontation tant avec sa mère qu'avec les autres étudiants et professeurs de son école. Elle a également un imaginaire particulièrement macabre combinant sexe, sang, cadavre et viscères et aspire à devenir une chirurgienne même si le comportement outrée qu'elle pratique tant à l'école qu'à la maison la condamne presque d'avance à une marginalité délinquante. Finalement, la maladie du seul être qui lui est cher va l'amener à commettre un acte irrécupérable.




Excision est le premier film de Richard Bates Jr qui a transformé un court métrage en un long. Mélangeant allègrement humour noir et drame familial, le tout pimené de dialogues incisifs et d'une imagerie violemment macabre et sensuelle, Excision s'avère être une œuvre aussi drôle que provocante avec une touche de pathos.

Ceci dit, à mon idée, la fin est un peu brusque et le film ne convainc pas complètement que la folie de son héroïne soit si profonde qu'elle ne prend pas conscience de la gravité de ses actes lors du dénouement. Malgré ses excentricités, elle m'a semblé être juste un peu trop lucide la plupart du temps, alors que les scènes montrant sa supposée folie sonnent faux. L'actrice principale Anna Lynne McCord a mérité une mention spéciale de la part du jury du festival pour la qualité de sa prestation et son courage à jouer un personnage si extrême. Les caméos des acteurs Ray Wise, Malcom McDowell et du réalisateur trash John Waters sont aussi courtes que délicieuses et l'ex-star porno Traci Lords trouve également un grand rôle dans son personnage de mère plutôt garce déchirée entre l'amour qu'elle éprouve pour sa fille et la colère voire la répugnance que son comportement suscite. Cote : ***1/2

 
 
Page :  1  2  3  4  5  6  7   8  9  10  11  12  13  14  15  Top
Précedent :
Page 6 : La sélection internationale
Suivant :
Page 8 : Documentaires et Animations non asiatiques

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com