Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
32e Festival du Film International de Hong Kong (HKIFF 2008)
Besieged City de Lawrence Lau 1/2 - Page 3
Infos
Auteur(s) : Arnaud Lanuque
Date : 3/5/2008
Type(s) : Compte rendu
Critique
Interview
 
 Liens du texte  
Personnes :
Lawrence Ah Mon
Films :
Besieged City
Gangs
Gimme Gimme
Spacked Out
 
< Précedent
Page 2 : Critique du film The Way We Are
 
Suivant >
Page 4 : Interview Lawrence Lau sur le film


Toujours méconnu en Occident, Lawrence Lau est à l’heure actuelle un des tous meilleurs réalisateurs en activité à Hong Kong. Sa capacité, toute Hong Kongaise, à s’adapter à tous les formats, à tous les sujets et à n’importe quel budget lui permet de signer rien de moins que 3 films en un an ! Une belle performance en ces temps de crise de l’industrie cinématographique. Deux de ces films’entres eux étaient présentés au HKIFF de cette année, l’occasion de démontrer que le metteur en scène n’avait rien perdu de son talent et de faire monter la pression pour son ambitieux thriller politique Taiwanais, Ballistic.

Besieged City, le premier des films présentés, est une continuation directe des thèmes développés par réalisateur dés ses débuts derrière la caméra en 1987. Gangs avec son approche documentaire réaliste et sa vision sans concession d’une frange de la jeunesse Hong hongkKongaise avait fait forte impression sur le public et la critique. Spacked Out, réalisé plus de 10 ans après, se concentrait sur un groupe de jeunes filles désoeuvrées de Tuen Mun (une banlieue de HK) et réussissait à nouveau à capter avec justesse un certain visage de la jeune génération locale.

critique
L’action de Besieged City se passe cette fois-ci à Tin Shui Wai. Situé à l’extrême nord des nouveaux territoires, à la frontière avec la RPC, Tin Shui Wai est devenu en quelques années, et sous un flot soutenu d’émigrés Chinois, la principale banlieue à problème de l’ancienne colonie. Nombreux ont été les faits divers scabreux (suicides désespérés, meurtres au sein de mêmes familles…) qui ont fait la triste renommée de la zone résidentielle la plus pauvre de HK.

Dès le début du film (première séquence choc) et tout le long du récit, Lawrence Lau nous décrit une banlieue en crise où les institutions sont dépassées (l’école infestée de triades, la police inefficace) et les lieux de vie viciés par la violence et le désoeuvrement. Les hautes tours impersonnelles dominent constamment les personnages, les écrasant de toute leur masse lugubre. Lau inscrit la perte de repère de ses protagonistes dans ce paysage urbain déshumanisé. Il pointe l’architecture impersonnelle de ces hautes tours, où chaque appartement est semblable à une cellule isolée des autres, favorisant l’incommunicabilité et la continuation de secrets inavouables, comme un des facteurs de la désocialisation des jeunes de Tin Shui Wai.

Mais si l’impact de l’environnement est bien mis en valeur, Lau n’en fait pas une excuse facile pour autant, les faiblesses et lâchetés personnelles des personnages sont également à l’origine de leurs malheurs. Jun, par exemple, n’a jamais le courage de prendre son destin en main. Son frère, Ling, fait preuve d’un égoïsme constant, ne se préoccupant que des événements l’affectant personnellement.
Laissé à eux-mêmes, sans exemples positifs à suivre, les protagonistes tombent logiquement dans la petite délinquance et les plaisirs destructeurs. Lau n’y va pas avec le dos de la cuillère en décrivant le désoeuvrement et la perte de valeurs morales dans laquelle s’enfonce les personnages : Concours de prise de drogue, trafics en tous genres, cambriolages, viols en groupe… … L’accumulation de malheurs et d’événements tragiques pourrait nuire au réalisme de l’ensemble mais la justesse du casting (tous débutants) et de la direction d’acteur, la crédibilité des émotions et des attitudes lors de ces séquences font passer la pilule.

Bien qu’il conserve un visuel proche du documentaire (caméra à l’épaule, couleurs ternes et réalistes), Lau poursuit l’évolution qu’il avait entamée avec Spacked Out vers davantage de sophistication (voir la séquence d’avortement très stylisé du long métrage de 2000). Celle-ci se ressent en premier lieu dans le scénario, prenant la forme d’une investigation criminelle, construite en flash-back. Chaque intervenant rencontrée apporte une pièce au puzzle jusqu’à la révélation dramatique finale. Le procédé pourrait être laborieux mais les personnages sont suffisamment attachants et le script suffisamment inventif pour que l’ensemble conserve l’attention du spectateur sur la durée. Lau n’hésite également pas à placer davantage de séquences stylisées au cours du récit, un bon moyen de visualiser avec le maximum d’impact la perte de repères des adolescents.

conclusion

Avec son parfum social, Besieged City conserve ce qui a fait la force du cinéma de Lawrence Lau tout en apportant suffisamment d’éléments nouveaux pour ne pas apparaître répétitif. Cette évolution du réalisateur trouve une forme encore plus surprenante avec City Without Baseball. Une nouvelle fois, le thème de ce long métrage est la jeunesse de Hong Kong mais dans une approche nettement plus optimiste, un peu comme Gimme Gimme avait été le versant lumineux du noir Spacked Out au début des années 2000.

 
Page :  1  2  3   4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  Top
Précedent :
Page 2 : Critique du film The Way We Are
Suivant :
Page 4 : Interview Lawrence Lau sur le film

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com