Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Interview avec Arthur Wong, chef op'
Disco, Cinema City, D&B 1/1 - Page 3
Infos
Auteur(s) : David Vivier
Thomas Podvin
Date : 12/1/2005
Type(s) : Interview
 
 Liens du texte  
Personnes :
Lau Kar Leung
Karl Maka
Dickson Poon Kik Sun
Michelle Yeoh
Brandy Yuen Jan Yeung
Yuen Woo Ping
Films :
The Fool Escape
Le Sens du devoir 3
Le Sens du devoir 4
Studios :
Cinema City & Films Co.
Shaw Brothers
 
< Précedent
Page 2 : A la vitesse du Kung Fu
 
Suivant >
Page 4 : La nouvelle vague


HKCinemagic : Plongeons nous dans les années 1980, en 1987 vous êtes embauché par la société D&B et vous réalisez votre premier film, In The Line of Duty 3.
Arthur Wong : En fait mon premier film date de 1979, Fool Escape. C'est une comédie appartenant à Lau Kar Leung et à son frère, à leur société de production. Quand j'étais à la Shaw Brothers, je leur ai demandé de m'envoyer aux Etats-Unis ou en Angleterre pour étudier le cinéma et en échange j'étais prêt à signer un contrat de cinq ou sept ans. Ils ont refusé. Puisqu'ils produisaient 150 films par an, pourquoi enverraient-ils quelqu'un apprendre quelque chose et revenir et leur dire : "Oh c'est dépassé ou ce n'est pas bien" ? Donc j'ai appris sur le tas, à distinguer le bon du mauvais.

A l'époque à HK, le disco était très populaire. C'était la folie du disco avec Saturday Night Fever et j'étais encore un jeune homme quand je suis devenu cadreur de la première équipe. J'avais 23 ans. J'adorais le disco et certains réalisateurs voulaient que je devienne acteur, et j'ai commencé à écrire mon premier scénario sur le disco et les jeunes hommes qui s'engouffraient dans cette mode. La société de production refusa que je fasse ce film, car ils craignaient la censure, ils craignaient que tous les étudiants ne pensent qu'à jouer ou à danser. Cette mauvaise influence sur la jeunesse les mettrait dans le collimateur des censeurs. Donc il y avait une forte chance pour que le film ne passe pas la censure.

Je n'avais que 23 ans, j'étais furieux et j'ai demandé la résiliation de mon contrat. Je suis parti de la SB, convaincu que je pouvais trouver d'autres producteurs capables d'accepter mon projet. Donc j'ai tout quitté, même mon contrat de cadreur et suis parti de la SB. C'était une mauvaise année pour moi, car toutes les autres sociétés disaient la même chose : Si le plus grand studio n'est pas prêt pour ce projet, nous ne sommes pas prêts non plus. Bien évidemment.

Donc j'avais démissionné, étais abattu et de mauvaise humeur. Lau Kar-leung est venu me parler : "D'accord, fais-le pour moi, mais sans disco. Pense à une comédie d'action pour moi." Donc j'ai réalisé [et écrit] mon premier film.

Après ce premier coup d'essai, je me suis rendu compte que je n'avais pas d'expérience en tant que réalisateur, j'étais trop jeune. Donc j'ai préféré être un cadreur réputé plutôt qu'un mauvais réalisateur. J'ai rapidement rejoint une nouvelle boîte spécialisée dans les comédies, la Cinema City. Le patron de la Cinema City était un de mes bons amis, Karl Maka. On s'est rencontré quand je travaillais sur une production internationale, il était le premier assistant réalisateur, j'étais aussi un assistant. Nous sommes devenus de bons amis. Après quelques années, il m'a dit qu'il ouvrait sa propre boite et m'a demandé de la rejoindre. Peu après, et heureusement, chaque film de la Cinema City est devenu un grand succès au box office.

 
HKCinemagic : Vous avez travaillé sur tous les succès de la Cinema City ?
Arthur Wong :Oui. Et après quelques années, je suis allé à la D&B et le patron [Dickson Poon] voulait que je m'implique dans des films d'action.
HKCinemagic : Vous avez été scénariste et réalisateur sur In The Line of Duty 3 (sorti en 1987).
Arthur Wong :Oui. En fait le script fut écrit sur mesure pour Michelle Yeoh. Un jour elle m'a appelé pour déjeuner, et j'ai pensé qu'elle allait m'annoncer une mauvaise nouvelle. Elle a dit : "Je vais me marier avec le patron." Et il ne voulait pas qu'elle fasse d'autres films. Donc je suis allé à Taïwan et HK pour un gros casting et pour trouver une fille qui puisse se battre et être une seconde Michelle Yeoh.
 
HKCinemagic : Il s'agissait de Cynthia Khan… Donc vous avez écrit le film, réalisé et fait le casting ?
Arthur Wong :Oui, à HK quand on est le réalisateur on s'occupe de tout. Donc j'ai trouvé une femme à Taïwan. Mais à l'époque, je ne savais pas très bien contrôler le budget d'un film. J'ai fait confiance aux mauvaises personnes. J'ai dépassé le budget. Mais c'était une expérience, et la prochaine fois en tant que réalisateur je saurais combien coûte chaque scène, et je pourrais calculer le coût total du film. C'est pour cela que j'ai co-réalisé le film avec le frère de Yuen Woo-ping, [Brandy Yuen Jan Yeung].
 
HKCinemagic : Et Yuen Woo Ping a lui fait In the Line of Duty 4 après cela, mais vous n'aviez pas pris part au film.
Arthur Wong : Non.
 
Page :  1  2  3   4  5  6  7  8  9  10  11  Top
Précedent :
Page 2 : A la vitesse du Kung Fu
Suivant :
Page 4 : La nouvelle vague

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com