Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Interview avec Arthur Wong, chef op'
A la vitesse du Kung Fu 1/1 - Page 2
Infos
Auteur(s) : David Vivier
Thomas Podvin
Date : 12/1/2005
Type(s) : Interview
 
 Liens du texte  
Personnes :
Lau Kar Leung
Films :
La 36ème Chambre de Shaolin
Arson - The Criminals, Part III
La Mante Religieuse
Studios :
Shaw Brothers
 
< Précedent
Page 1 : Du clap à l'assistant cameraman
 
Suivant >
Page 3 : Disco, Cinema City, D&B


HKCinemagic : Un des premiers films sur lequel vous avez travaillé était 36th Chamber of Shaolin, un film de kung fu. A l'époque et avec le matériel à disposition, était-ce facile de filmer les films de kung fu ?
Arthur Wong : En fait 36th Chamber of Shaolin était mon troisième ou quatrième film, le premier traitait de criminels [il s'agirait de Arson - The Criminals, Part III. ndlr]. [Mais] ce n'était pas Shaolin Mantis.

Le second film était en fait un film à effets spéciaux, une sorte de film avec Bouddha. Trois Bouddhas apparaissaient dans la même image et pour cela il nous fallait doubler ou tripler l'exposition et chronométrer la pellicule. On n'avait pas d'enregistreur ni de vidéo. On écrivait seulement le numéro du métrage et on levait la main pour signaler aux acteurs leur tour. C'était nos effets spéciaux.

Et c'est ce qui a contribué à ma renommée dans le métier. Lau Kar Leung, l'un des grands réalisateurs, n'était jamais satisfait du cadreur, et il demandait toujours à la Shaw Brothers d'embaucher des cadreurs japonais. Ils lui ont parlé d'un jeune nouveau (moi) qui démarrait et lui ont demandé d'essayer. Ils lui ont dit : "De toute façon le plateau est déjà là, et vous n'avez pas besoin d'arrêter le tournage. Si vous ne l'aimez pas, vous pouvez le virer dans trois jours." Et donc j'y suis allé. C'était une grande épreuve.

Mais une fois que je suis arrivé, M. Lau était fortement impressionné. A l'école, j'ai étudié la gymnastique et je savais faire des sauts et je m'étais aussi entraîné plusieurs années aux arts martiaux. Donc mes mouvements avec la caméra était toujours synchrones avec ceux des acteurs. Parce que je savais pratiquer le kung fu, chaque mouvement de caméra était synchronisé sur le mouvement de l'acteur. Quand le film est sorti, les gens disait que la caméra faisait du kung fu ! Dès lors, j'étais le "jeune gars sous l'autorité" de M. Lau, ce qui veut dire que je n'avais à travailler que pour lui.


La 36ème Chambre de Shaolin
HKCinemagic : Comment avez-vous filmé les scènes d'action. Lau Kar-leung vous donnait des instructions précises ?
Arthur Wong : Comme j'avais étudié ces mouvements d'arts martiaux, je connaissais chaque pose, donc je savais à quelle hauteur un acteur sauterait, ou à quelle vitesse il exécuterait un mouvement. En ce temps là, nous n'avions pas de moniteur de contrôle. On faisait confiance au cadreur, il disait oui ou non. Chaque jour nous regardions les rushs du jour précédent.
 
Page :  1  2   3  4  5  6  7  8  9  10  11  Top
Précedent :
Page 1 : Du clap à l'assistant cameraman
Suivant :
Page 3 : Disco, Cinema City, D&B

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com