Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Interview avec Arthur Wong, chef op'
Drame et Infernal Affairs 2 1/1 - Page 6
Infos
Auteur(s) : David Vivier
Thomas Podvin
Date : 12/1/2005
Type(s) : Interview
 
 Liens du texte  
Personnes :
Teddy Chen Tak Sum
Henry Fong Ping
Andrew Lau Wai Keung
Peter Ngor Chi Kwan
Films :
Infernal Affairs II
Studios :
Shaw Brothers
 
< Précedent
Page 5 : Hong Kong Society of Cinematographers
 
Suivant >
Page 7 : Filmer Jackie Chan


HKCinemagic : Vous avez travaillez sur beaucoup de genres différents : policier, kung fu, et comédie entre autre. Quel type de film est le plus complexe à photographier ?
Arthur Wong : Je suis devenu célèbre avec l'action et le kung fu, mais je trouve que le genre le plus difficile pour ce qui est de la technique de photographie, c'est le drame. La faute à l'éclairage qui doit créer l'ambiance. Avec l'action le mouvement est déjà là. Il suffit de suivre l'artiste martial et le mouvement de caméra sera bon. Mais pour les scènes de drame, pourquoi bouge-t-on la caméra de cette façon ? Pourquoi cette vitesse, pourquoi pas plus vite ou plus lent ? Pourquoi choisir ce type d'objectif ? Tout cela dépend du sens du drame. Bien sûr un même script peut être tourner par dix réalisateurs différents de dix façons différentes. La première chose à faire est d'avoir une grande compréhension de la scène et de bien communiquer avec le réalisateur. De comprendre ce qu'il veut. C'est SON film, pas le VOTRE. Vous n'êtes que le cadreur, vous ne faîtes qu'aider les gens à raconter une histoire visuellement. Mais ce n'est pas votre film, c'est avant tout son film.

Tout d'abord, vous devez comprendre le script clairement, pour pouvoir retranscrire l'état d'esprit du personnage et déterminer le but du plan. Ensuite vous comprenez plus clairement le dialogue et les mouvements.

HKCinemagic : Donc vous discutez avec le réalisateur qui vous guide. Mais vous lui soumettez également vos propres idées ?
Arthur Wong :Oui. Certains réalisateurs qui ont un sens visuel accru vous diront ce qu'ils veulent précisément ou vous donneront des exemples, en vous montrant d'autres films. Certains ne peuvent exprimer leurs idées, donc il faut que vous leur donniez beaucoup de choix et il faut bien communiquer. Mais vous ne voulez pas perdre trop de temps lorsque l'on filme. Après avoir travaillé cinq ans en tant que cadreur, j'ai commencé à me concentrer sur les scènes dramatiques. En fait, la plupart des récompenses que j'ai obtenues étaient pour des scénarios dramatiques et non pas des films d'action ! (Rire). Donc si je dois choisir un genre qui donne du fil à retordre, je dirais le drame.

J'ai eu aussi d'excellentes opportunités d'apprendre avec des réalisateurs de la nouvelle vague. J'ai appris auprès d'eux, je les adore beaucoup, car je n'ai pas eu la chance d'aller étudier à l'étranger.

HKCinemagic : Parlez-nous d'Infernal Affairs 2 (2003), dans lequel vous avez un petit rôle de membre de triade.…

Arthur Wong : En fait le réalisateur, Andrew Lau Wai-keung, était mon assistant quand j'étais un cameraman à la Shaw Brothers. Il était mon second assistant. Mais maintenant, c'est un réalisateur réputé. Un jour il m'a appelé car il voulait que je joue dansInfernal Affairs 2.

[SPOILER] A la fin, tous les patrons de triades qui sont réunis autour de la table se font tuer. Je lui ai dit : "Oh, tu veux juste trouver une excuse pour tuer ton mentor." (Rire). [/SPOILER]

En fait, les quatre triades étaient moi, mon assistant opérateur, mon premier assistant et l'assistant d'Andrew. [Il s'agit d'Arthur et de Teddy Chen, Peter Ngor et Henry Fong, ndlr].

 
HKCinemagic : C'est une petite famille et vous êtes vraiment comme le frère aîné.
Arthur Wong : (Rire). Oui, tout à fait.
 
Page :  1  2  3  4  5  6   7  8  9  10  11  Top
Précedent :
Page 5 : Hong Kong Society of Cinematographers
Suivant :
Page 7 : Filmer Jackie Chan

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com