Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Les Trois Voies du Poing de Hung
Des héros de Shaolin aux 3 voies 1/1 - Page 1
Infos
Auteur(s) : Yves Gendron
Date : 30/1/2005
Type(s) : Analyse
Reflexion
Critique
 
 Liens du texte  
Personnes :
Chang Cheh
Chen Kuan Tai
Chi Kuan Chun
Alexander Fu Sheng
Kwan Tak Hing
Lau Kar Leung
Bruce Lee
Jimmy Wang Yu
Films :
Cinq maîtres de Shaolin
2 Héros
Le Monastère de Shaolin
Shaolin Martial Arts
Three Styles Of Hung Fist
Studios :
Shaw Brothers
Lexique :
Tao
Temple de Shaolin
Wong Fei-hong
 
< Précedent
Index
 
Suivant >
Page 2 : Leçon de cinéma


une introduction aux heros de shaolin

1974 marqua un tournant dans le cinéma kung-fu et un nouveau départ pour deux de ses plus grands initiateurs : le metteur en scène Chang Cheh et le maître chorégraphe Lau Kar Leung qui réalisèrent ensemble cette année là un cycle de film tournant autour des héros légendaires de Shaolin et d'une nouvelle représentation de leurs arts martiaux aussi authentique que tranchante. Ces films sont par ordre : Heroes Two, Men From The Monastery, Shaolin Martial Arts et Five Shaolin Masters.

Trois Voies du Poing du Hung est un court-métrage mis en scène et chorégraphié par Lau Kar Leung destiné à servir de prologue démonstratif à Heroes Two. Il ouvre avec une brève introduction (écrite et en voix-off) résumant les origines du style martial sudiste appelé «Hung Kuen» (c'est-à-dire Poing de Hung) qui sont intimement liées aux exploits de héros patriotes anti-manchous issus du temple de Shaolin, et surtout de Hung Hei Goon (Hung Xi Kwan en mandarin) le fondateur qui aura aider à propager des techniques de combat de Shaolin dans les provinces sudistes de la Chine. La mise en contexte historique établit trois acteurs-combattants : Chen Kuan Tai, Alexander Fu Sheng et Chi Kuan Chun viennent exécuter l'un à la suite de l'autre une série différente de tao, tiré du Hung Kuen, les « voies » du titre.

Jusqu'au début des années 70, le Hung Kuen n'avait été vraiment représenté dans le cinéma martial que dans la série des Wong Fei-hong mettant en vedette Kwan Tak Hing dans les années 50 et 60. Bien qu'on y ait recherché à donner une représentation la plus authentique et réaliste possible de cet art martial traditionnel, les scènes de combats y apparaissaient la plupart du temps assez maniérées et théâtrales. En 1974, beaucoup d'eau avait coulé sous les ponts depuis, les beaux jours de maître Wong, notamment Jimmy Wang Yu et surtout Bruce Lee et il semble que l'on tenait le Hung Kuen pour un style manquant la prestance pour bien passer au cinéma et appartenant donc à un genre de films martiaux maintenant dépassé. Le but recherché de Trois Voies du Poing Hung était donc de démontrer que le Hung Kuen pouvait être aussi âpre et flamboyant au cinéma que les coups de pieds de Bruce Lee.

les trois voies

Le court métrage se divise en trois segments où chacun des acteurs combattant le torse nu accomplit son tao dans un décor totalement dépouillé, enjolivé seulement par un éclairage rouge ou orange. Ils sont filmés en longues séquences dont l'échelle varie de plan d'ensemble à plan moyen permettant de voir les acteurs exécuter les mouvements dans toutes leurs ampleurs. Aucune acrobatie ou trucage visuel ne vient pimenter ces prestations bien que quelques artifices soient bel et bien utilisés, tels des bruissements d'air accompagnant les mouvements rapides de même qu'un montage qui suggère que les taos aient été accomplis par les acteurs d'un seul jet mais filmés par plusieurs caméras dans des positions différentes ce qui en fait n'est probablement pas le cas.  

Chaque prestation présente un aspect différent du Hung Kuen. Ainsi Chen Kuan Tai exécute un tao appelé « Gung Ji Fu Fuk Kuan » (Le poing dompteur de tigre) où le corps tendu et les jambes fortement inclinées il accomplit une série d'enchaînements à la gestuelle brusque et exagérément prononcée donnant l'impression d'une grande puissance brutale.

Fu Sheng quant à lui fait le tao « Fu Hok Seung Ying Kuan  » (le tao tigre-grue). Son exécution est beaucoup plus rapide, svelte et expressive que celle de Chen Kuan Tai. Un tao combinant des enchaînement tiré de deux styles animals opposés (le tigre étant une technique de force, la grue une technique plus souple et rapide), la démonstration de Fu Sheng montre le Hung Kuen sous son aspect le plus dynamique voire foudroyante.

Chi Kuan Chun finalement fait le tao le « Sup Ying Kuen  » (Poing des dix formes) et avec une gestuelle rapide mais virtuose il passe à travers toute les formes animales et des éléments c'est à dire serpent, tigre, léopard, dragon, grue, métal, bois, feu, eau et terre, démontrant la grande diversité pouvant être trouvé à l'intérieur du Hung Kuen.

Un autre but primordial du court métrage était d'établir la crédibilité martiale de ces acteurs qui allaient être les vedettes du cycle Shaolin à venir. Chen Kuan Tai s'était déjà fait un nom dans le cinéma kung-fu mais Fu Sheng était encore un nouveau venu ayant apparue dans quelques rôles non combattant alors que Chi Kuan Chun était encore tout à fait inconnu.  Des trois acteurs, c'est Chi Kuan Chun qui est le plus authentique, ayant été entraîné dans le Hung Kuen depuis l'enfance. Chen Kuan Tai est un champion médaillé de boxe du singe qui s'est adapté sans problème au Hung Kuen. Fu Sheng est le novice du trio ayant seulement tâté du judo et de karaté dans son adolescence avant d'être prit en charge par Lau Kar Leung lorsqu'il devint un acteur pour les studios Shaw Brothers. Il n'est le maillon faible en aucune manière cependant et avec ces mouvements rapide et svelte il s'avère tout aussi crédibles que ces deux compagnons. Pour les non initiés au kung-fu ces démonstrations de formes s‘avèrent donc tout à fait convaincant mais on a rapporté qu'un adepte du Hung Kuan ayant vu le court-métrage aurait trouvé les mouvements plus abruptes et secs qu'ils ne devraient l'être.

 
Page :  1   2  3  4  Top
Précedent :
Index
Suivant :
Page 2 : Leçon de cinéma

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com