Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Bruce Lee : sa vie, son oeuvre
Sa filmographie 5/6 - Page 9
Infos
Auteur(s) : Denis Gueylard
Yves Gendron
Date : 26/9/2004
Type(s) : Information
Critique
 
 Liens du texte  
Personnes :
Jackie Chan
Robert Clouse
Jim Kelly
Bruce Lee
Angela Mao Ying
John Saxon
Sek Kin
Tai Bo
Wilson Tong Wai Shing
Stephen Tung Wei
Robert Wall
Herman Yau Lai To
Bolo Yeung Tze
Films :
Opération Dragon
Le Jeu de la mort 2
Lexique :
Jeet Kune Do
 
< Précedent
Page 8 : Opération Dragon / Enter The Dragon (1/2)
 
Suivant >
Page 10 : Le Jeu de la Mort / Game of the Death


le dragon entre en scene

Et alors, artistiquement que vaut le film ? Tout simplement une accumulation quasi sans interruption de scènes d'anthologies que le fan de base du cinéma d'arts martiaux connaît par cœur (toutes les scènes de combat de Bruce Lee, la scène de bagarre avec Angela Mao, Bolo Yeung contre les gardes, Jim Kelly contre Sek Kin). Ne dépassant le cadre du cinéma d'exploitation, Opération Dragon reste un monstrueux divertissement, le genre de films que l'on ne se lasse pas de revoir en boucle.

Malgré les énormes difficultés rencontrer au cours du tournage Robert Clouse et son directeur de la photographie Gilbert Hubbs ont su donner un lustre inusité à Opération Dragon qui demeure un des films de kung-fu les plus luxurieux jamais fait . Puis comment ne pas parler d'Opération Dragon sans évoquer le thème de Lalo Schiffrin : superbe, et tout simplement considéré comme le thème du cinéma martial. Souvent utilisé dans des documentaires de films ou lors des festivals d'arts martiaux tels que Bercy, cette musique ne peut s'oublier une fois entendue et colle à la perfection au film.

Et Bruce Lee lui-même ? Rien à redire, Toujours aussi impressionnant et charismatique, superbement épaulé par un casting en or. D'ailleurs c'est tout le casting (une première pour un film de Bruce Lee) qui cette fois est exploité comme il se doit.

Et bien entendu, question principale : les combats ? Mis à part le court intermède martial avec les quatre gardes (dont Bolo Yeung punira leurs incompétences lors d'une scène brutale), toutes les scènes martiales sont des morceaux d'anthologie (Le combat de départ, l'affrontement contre Bob Wall, la scène du tunnel, le final dans le labyrinthe aux miroirs). Bruce a abandonné le style de combat réaliste et basé essentiellement sur le Jeet Kune Do de La Fureur du Dragon pour revenir à des combats moins crédibles, plus violents comme dans La fureur de vaincre mais pour un résultat toujours aussi spectaculaire.

L'histoire du film n'est prétexte qu'à une accumulation d'affrontements dans un cadre fastueux et exotique : Monsieur Han (Sek Kin) vit sur une île qui est en fait une base fortifiée et qui lui sert pour le trafic d'opium et la prostitution. Le seul contact qu'il a avec le monde extérieur est le tournoi d'arts martiaux qu'il organise tous les trois ans et qui lui sert à repérer des professionnels qui seraient susceptibles de faire partie de son organisation. Lee (Bruce Lee) fait partie d'un temple de Shaolin dont Han est membre renégat. Il reçoit la visite d'un dirigeant d'un service spécial lui demandant d'aller sur l'île pour participer au tournoi et pour ramener des preuves de ces trafics.

Voyant l'occasion de se venger de Han mais aussi de son garde du corps (Robert Wall) responsable du suicide de sa sœur ( Angela Mao ) Lee accepte et va croiser sur sa route deux participants au tournoi (John Saxon et Jim Kelly) qui vont essayer de l'aider à détruire l'organisation de Han.

Le seul gros défaut du film est que l'affrontement Bruce Lee - Bolo Yeung n'ait pas eu lieu. (D'ailleurs à croire que cette petite frustration eut un violent impact chez les réalisateurs de « Fake Bruce Lee », Bolo Yeung étant utilisé dans un nombre conséquent de faux Bruce Lee.

Première scène : sur une plate forme de combat dans un temple Shaolin, Bruce Lee affronte Sammo Hung, dès le départ le ton est donné, ce film sera un monument de coups et blessures porté par un casting des plus alléchants.

Jim Kelly, authentique pratiquant de Karaté, deviendra une star (de courte durée) et se lancera dans tout un tas de films de Karaté assez médiocre parmi lesquelles il faut retenir La Ceinture Noire (Black Belt Jones) également mis en scène par Robert Clouse. Son personnage de Williams dans le film capte toute notre attention à chacune de ses apparitions. John Saxon est limité sur le plan martial mais nous convainc sans problème dans l'interprétation de son personnage Ropers. La star Angela Mao venue jouer la sœur de Bruce Lee nous offre un très bon combat où elle poursuivit dans un petit village par Bob Wall et ses hommes (parmi lesquels on compte Wilson Tong de même que Tai Bo le future comparse de Jackie Chan dans nombre de ses films).

Bruce nous offrira un combat à un contre plusieurs tout simplement ébouriffant : la scène dans le tunnel où le Petit Dragon affronte une trentaine d'adversaires à mains nues mais aussi à l'aide de bâtons, matraques, nunchaku... A noter que Jackie Chan sera présent à deux reprises au cours de cette scène : une première fois en agrippant Bruce par derrière, puis en lui faisant face alors que le Petit Dragon est armé d'un bâton et plus tard d'un nunchaku .

Puis la scène finale des miroirs, ou l'image de Bruce tout griffé et multiplié à l'infini (jolie fleur à son narcissisme). Plastiquement superbe .

Il faut noter toutefois que le critique et essayiste Stephan Teo, a fait remarquer que Bruce Lee jouait dans son film son personnage le plus impersonnel et stéréotypé. Il n'est plus le héros fier, rageur et tourmenté ou le pèquenot martial si cher au public hongkongais, comme dans ses films précédents mais joue à la place le chinois impavide et mystérieux comme se les imaginent les occidentaux. Bruce était d'ailleurs très soucieux de l'image qu'il projetait dans le film, car il ne voulait pas passer pour un larbin aux services des occidentaux. Ces appréhensions étaient justifiées puisque Opération Dragon connut à Hong Kong un succès moindre que ses deux films précédents. Le public hongkongais était encore sous le choc de la mort subite du Petit Dragon mais aussi ils n'appréciaient pas le rôle qu'il lui était assigné.

 

des coupes sanglantes

La version intégrale est importante car elle montre que les notions d'apprentissage et de philosophie n'étaient pas exclues du cinéma du petit dragon.

Après le premier combat du film, Bruce discute avec son maître dans les jardins du temple Shaolin, dialogue très intéressant qui prépare la scène suivante présente sur toutes les versions ou Bruce donne un court enseignement à un de ses élèves (joué par le futur chorégraphe Stephen Tung). Scène de dialogue portant sur la philosophie martiale, elle est assez atypique chez Bruce Lee donc forcement intrigante et de plus très réussie. Coupée lors du montage initiale d'Opération Dragon, cette scène sera récupérée dans le film le Jeu de La Mort 2 (Game of Death 2 / Tower of Death) mais sans son dialogue ou sa signification originale. Elle sera finalement réincorporée pour une version restaurée du film mais la bande sonore d'origine ayant été depuis longtemps perdu les dialogues seront recréés. C'est le biographe de Bruce Lee, John Little qui imita (avec brio) la voix de son idole.

La scène de philosophie martiale ayant été coupée, on élimina aussi la voix off du moine qui se fait entendre lors du final de la salle aux miroirs. Bruce Lee n'arrivant pas à battre Sek Kin se rappelle tout d'un coup l'enseignement de son maître, ce qui lui permettra de remporter la victoire. Ce passage (depuis restauré) renforce celle du dialogue pour les deux notions évoquées plus haut.

Opération Dragon passe souvent pour le meilleur film de Bruce Lee et a même longtemps été considéré par certains en occident comme le plus grand film d'arts martiaux jamais fait. C'est de l'hyperbole. Grâce à la participation américaine, Opération Dragon est effectivement le film de Bruce qui est le plus techniquement abouti, de même que le plus fastueux mais en même temps, c'est aussi celui que l'on sent le plus surfait et dénaturé par rapports aux autres films chinois du Petit Dragon, celui-ci ayant eu à adapter sa personnalité pour souscrire aux critères du cinéma hollywoodien. Opération Dragon n'en demeure pas moins superbement efficace et plein de panache. Un film phare qui aura marqué son époque et aider à l'établissement d'un des plus grands acteurs mythiques du cinéma.

 
Page :  1  2  3  4  5  6  7  8  9   10  11  Top
Précedent :
Page 8 : Opération Dragon / Enter The Dragon (1/2)
Suivant :
Page 10 : Le Jeu de la Mort / Game of the Death

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com