Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Interview Chee Keong Cheung, Bodyguard: A New Beginning
Bodyguard : a new beginning 1/1 - Page 2
Infos
Auteur(s) : Thomas Podvin
Date : 30/12/2008
Type(s) : Interview
 
 Liens du texte  
Personnes :
Chow Yun Fat
Carl Ng Ka Lung
Richard Ng Yiu Hon
Cary-Hiroyuki Tagawa
John Woo
Films :
Le Syndicat du crime
Hong Kong Adrénaline
A toute épreuve
The Killer
 
< Précedent
Page 1 : Un réalisateur sino-britannique
 
Suivant >
Page 3 : Un casting éclectique


HKCinemagic: Les thèmes de loyauté et trahison dans Bodyguard : A New Beginning me font penser aux films des triades des années 1980 - 1990 de John Woo. Avez-vous été influencé par Woo pour ce film ?
Chee Keong Cheung: Totalement. J’ai beaucoup d’admiration et de respect pour son travail. Tous ses films parlent de loyauté, d’honneur, de trahison et d’amitié et c’est ce qui est intriguant. Avec Bodyguard: A New Beginning, j’ai pu mettre en pratique ces thèmes justement et j’avais toujours en tête les personnages des films de John Woo et surtout les films pour lesquels il a collaboré avec Chow Yun Fat, comme Better Tomorrow, The Killer et Hard Boiled. Chow Yun-fat est un acteur très versatile et il a un tel charisme à l’écran. Il y avait quelque chose de spécial dans leur collaboration. En grandissant, je regardais aussi bien des films asiatiques qu’américains et Bodyguard m’a permis de fusionner ces deux influences.
HKCinemagic: Comment considérez-vous votre film ? Est-ce un film d’action hongkongais, un film anglais ou le produit de la fusion Est-Ouest ?
Chee Keong Cheung: C’est certainement la combinaison des deux, un hybride. Je pense que c’est à la fois anglais et asiatique mais c’est un film surtout qui a sa propre identité. Le film a été tourné en anglais et cantonais, ça a toujours été mon intention et avec de la chance le public aimera cette approche.

Après Underground, j’ai voulu faire quelque chose de différent, essayer autre chose, me « réinventer ». Quand je suis allé à HK, je voulais dépeindre ce clash entre les deux cultures et décrire un peu ces deux mondes. Le film commence et se termine à HK mais le milieu du film lui se situe en GB. On va et vient entre ces deux mondes et en ce sens je pense que le film est unique.

HKCinemagic: Bodyguard n’est pas non plus un pur film d’action made in HK, il y a toujours les thèmes sous-jacents de trahison et aussi de la tragédie comme chez John Woo.
Chee Keong Cheung: Dans Underground il y a 13 combats à la chaîne, on était très loin du film conventionnel. Le casting était national et je voulais trouver qui devait se battre avec qui, la meilleure combinaison possible, donc c’était un travail plutôt organique. Et j’ai essayé de faire en sorte qu’il y ait quelque chose pour tout le monde dans ces scènes d’action. Il s’agit d’une fiction, mais j’ai opté pour un visuel proche du documentaire.

Avec Bodyguard, on peut dire que je suis retourné à quelque chose de plus conventionnel dans la manière de raconter l’histoire. J’ai essayé de créer des personnages dynamiques, avec des situations et des sous-intrigues qui connectaient Wong, son fils, la fille et le garde du corps. C’est l’attrait même du film et j’ai pu explorer en profondeur le pourquoi et le comment des personnages.

Le film décrit deux bandes rivales, dont l’une est dirigée par un vétéran des triades (Richard Ng) très respecté et l’autre par un nouveau venu (Cary-Hiroyuki Tagawa) qui va vouloir prendre sa place. Le personnage de Richard Ng se retrouve à un moment de sa vie où il fait le bilan de ce qu’il a fait et de ce qu’il a. C’est un de ces moments étranges où il réalise qu’il ne vit pas forcément la vie qu’il aurait aimé avoir mais c’est celle qu’il a finie par choisir. Il est dans un état contemplatif. Après avoir vu tant de violence et de sang dans sa vie, il n’a plus envie d’en voir plus et pour beaucoup ça devient un signe de faiblesse.

Son fils, Yuen joué par Carl Ng, veut reprendre le business. Wong se voit lui-même en son fils et au fur et à mesure que le film progresse on comprend la tournure dramatique que cela va prendre. J’aime à penser que le film traite de la compréhension et de la réalisation de soi et comment les gens faisant le bilan de leur vie se voient et examinent tous les choix qu’ils ont pu faire dans leur vie.

 
Page :  1  2   3  4  5  6  Top
Précedent :
Page 1 : Un réalisateur sino-britannique
Suivant :
Page 3 : Un casting éclectique

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com