Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Critiques Express

Island Of Fire    (1991)
Island Of Fire est un film bizarement construit. Il bénéficie de la présence de quatre stars hongkongaises (Jackie Chan, Sammo Hung, Andy Lau et Tony Leung Ka Fai) qui ont chacune leur "histoire dans l'histoire" et ne jouent ensemble que dans les quinze dernières minutes du film. Un peu comme si le metteur en scène avait voulu tirer un maximum de leur pariticipation au générique en s'arrangeant pour qu'il y en ait toujours un à l'écran. Deux protagonistes se taillent tout de même la part du lion, Sammo Hung dans le meilleur rôle du film (sa composition de prisonnier allant jusqu'à la trahison pour revoir son fils est assez réussie) et Tony Leung Ka Fai dans le rôle clé (il est la justification de notre plongée dans l'univers carcéral).
S'il n'est pas étonnant de rencontrer Andy Lau ou Tony Leung dans un film somme toute assez violent, il est inattendu d'y retrouver Jackie Chan. En effet, Island Of Fire est assez proche de Crime Story pour sa noirceur (et on sait que l'acteur, qui renvoya Kirk Wong du tournage, le déteste) et a même la particularité d'être le seul film dans lequel son personnage n'hésite pas à tuer ses ennemis (alors qu'habituellement il ne fait que les mettre KO) et meurt à l'écran. Ses fans se rassureront en sachant que sa présence n'est que la résultante d'un coup de pouce donné à son ami Jimmy Wang Yu (grand producteur, réalisateur et acteur, notamment de The Chinese Boxer, The One Armed Boxer, Beach Of The War Gods, Return Of The Chinese Boxer et le génial One Armed Swordsman qui inspira à Tsui Hark son The Blade) et qu'il a même essayé de racheter les droits internationaux du film pour en limiter la diffusion.
Island Of Fire est un film sur l'univers carcéral, à l'image du Cool Hand Luke (Luke la main froide) de Stuart Rosenberg, avec Paul Newman, qu'il pille de manière éhontée et récurrente (jusqu'au nom de Lucas ou bien au plagiat de la scène pendant laquelle une jeune femme tombe en panne à côté de forçats au travail...). Est-il besoin de dire que la comparaison s'arrête là ?
Island Of Fire est un film hybride, un film bizare qui s'apparente à un collage de "morceaux de bravoure". Quelques scènes de kung-fu (dévolues à Jackie Chan, Sammo Hung n'ayant droit, pour sa part, qu'à un coup de pied à l'encontre d'un berger allemand), plusieurs séquences de prison bien convenues (repas, intérieures de cellules, mitards, amitiés entre détenus, amitié entre détenu et petit animal... tout ça bien mieux traité dans les deux Prison On Fire) et, posé comme un cheveu sur la soupe, un gun fight final à la John Woo, histoire de se plier aux modes du moment...
En conclusion,Island Of Fire ressemble à une de ces séries Z hongkongaises, excepté qu'il est gonflé aux amphétamines de quelques des plus grosses stars de l'ancienne colonie. Un film réservé aux amateurs.
David-Olivier Vidouze 1/7/2001 - haut

Island Of Fire    (1991)
Jackie Chan joue dans ce film un second rôle qui lui permet de se sortir de son image habituelle de mec sympa et plutôt naïf. On retiendra surtout le coté sombre et violent de ce film créant ainsi une atmosphère très particulière. Ce film n'apporte pas grand chose au genre carcéral d'autant qu'il est postérieur aux deux sublimes Prison on Fire, mais il mérite largement d'être vu.
Benoît Duverneuil  - haut

Index de la page
 1/7/2001 David-Olivi...
 Benoît Duverneuil

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com