Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Bibliographie en Anglais
Des livres en Anglais 21/21 - Page 21
Infos
Auteur(s) : Jean-Louis Ogé
Laurent Henry
François Henry
Thomas Podvin
Anne Saïdi
Anel Dragic
Date : 24/10/2004
Type(s) : Information
 
 Liens du texte  
Personnes :
Jackie Chan
Chia Ling
Ding Sin Saai
Bruce Lee
Lo Meng
Bey Logan
Ti Lung
Barry Wai Ji Wan
Films :
La 36ème Chambre de Shaolin
Le Maître Chinois
Opération Dragon
5 Venins Mortels
Kung Fu Kids
Shaolin contre Ninja
Le Moine d'Acier
Lady Tourbillon
Studios :
Shaw Brothers
 
< Précedent
Page 20 : The Cinema of Hong Kong : History, Arts, Identity (NEW)


The Ultimate Guide to Martial Arts Movies of the 1970s: 500+ Films Loaded With Action, Weapons and Warriors
De Dr. Craig D. Reid
Publié par Black Belt Books
ISBN-10: 0897501926 -- ISBN-13: 978-0897501927
Novembre 2010, US, $26.95, £15.29, 19.42 euros, broché, 287 pages, papier glacé, photos en couleur
 
CONTENU DU LIVRE
- Dédicaces, remerciements, préface, avant propos, à propos de l’auteur (8 pages)
- Introduction (5 pages)
- Les clés des « martialogies » (5 pages)
- Martialogies de A à Z (226 pages)
- Les 20 meilleurs films d’art martiaux avant et après écriture du livre (1 page)
- Index des noms et titres alternatifs (11 pages)
- Liste intégrale des références des films d’art martiaux période: 1970 – 1979 (27 pages)
 
A PROPOS DE L’AUTEUR
Le Dr. Craig D. Reid est un des historiens et critiques de films d’arts martiaux les plus respectés d’Amérique. En 1979, il devint le premier cascadeur occidental à tourner régulièrement dans des films de Kung Fu en Chine, et dans des séries TV Kung Fu à Taiwan. Depuis lors, il a ajouté plusieurs cordes à son arc : scénariste, chorégraphe des combats, étudiant du kung fu, intervenant télévisuel, ainsi que conférencier à l’université et sur des événements d’arts martiaux.
Le Dr. Reid a commencé à collectionner les films d’arts martiaux en 1975 (à 19 ans, sur cassettes Betamax) et il en possède maintenant plus de 5000.
Il a écrit plus de 1000 articles, en majorité liés aux arts martiaux qui ont été publiés dans des magazines tels que Black Belt, The Hollywood Reporter, Cinefantastique, Impact, etc. En 1993, son article pour Film Quarterly est le premier article publié dans un journal académique à avoir eu une véritable approche érudite et universitaire dans l’analyse des chorégraphies des combats des films hongkongais.
 
A propos du Livre

The Ultimate Guide to Martial Arts Movies of the 1970s fouille en profondeur cette décennie qui fit connaître le film d’arts martiaux au grand public. Ce guide se lance dans les “martialogies” de plus de 500 films, dont les fameux The Five Venoms, The Big Boss, Drunken Master, Enter the Dragon, Heroes of the East, ou encore la série Baby Cart.

Chaque martialogie est décrite avec humour, et contient un résumé concis de l’intrigue, des notes sur le tournage aussi bien qu’historiques, le nombre de combats, des éléments d’information sur leur chorégraphie et leur style, ou encore de surprenantes anecdotes.
La seconde partie du livre est un index complet qui recense plus de 2 000 acteurs et films avec toutes les variantes en anglais sur leur nom ou titre. On y trouve aussi un index des films classés selon leur pays d’origine. (Détails Fournis par l’éditeur)
Lorsqu’il travaillait sur le livre, le Dr. Reid regardait cinq à six films par jour, menait ses recherches et écrivait 15 heures par jours, et cela cinq ou six jours par semaine. Un dévouement et une passion indéniable ! Par ailleurs, le Dr. Reid parle couramment le Mandarin, a été cascadeur sur des films de Kung Fu et a vécu à Taiwan pendant un temps. Là bas, il a connu en première ligne l’industrie du film chinois et le monde des cascadeurs. L’étendue de son savoir sur les arts martiaux, l’histoire, la religion et la culture chinoise au sens large n’est donc pas surprenante. Toute sa passion, son énergie et son expertise se retrouvent dans ce livre. Il possède une connaissance profonde de son sujet, auquel il a de plus appliqué une approche méthodique, scientifique dans l’écriture –après tout, il est homme de science. Ses notes sur plus de 500 films ne sont pas de simples critiques. Le Dr. Reid est plus que qualifié pour proposer ce qu’il appelle une ‘martialogie’ sur chacun de ces films. Martialogie est un terme qu’il a inventé et qui se définit come une « dissection of composantes anatomiques d’un film: intrigue, acteurs, secrets de la chorégraphie des combats, rumeurs, info, rapports entre réalité et fiction, personnages et styles d’arts martiaux. » Chaque fiche de « martialogie » (en moyenne une demi page par film) comprend aussi les statistiques martiales : le nombre de séquences d’entraînement ou de combat, leur durée, leur style martial ainsi que le pourcentage du « contenu d’arts martiaux » pour chaque film.
La majorité des 500 films (et plus) critiqués ici proviennent principalement de Hong Kong, de Taiwan, du Japon, des USA, ou d’Inde, l’accent étant mis sur les films de Kung Fu en langue chinoise (354 fiches/500), la plupart de ces derniers provenant de la Shaw Brothers.

Les belles images des films illustrant le livre ont été fournies principalement par Celestial Pictures Ltd., la compagnie qui possède les droits du catalogue Shaw Brothers.
Les écrits du Dr. Reid possèdent plusieurs niveaux de lecture, son style est clair, entraînant, malin et séduisant.

Ce qu’on a aimé :
- Beaucoup d’infos très intéressantes: les anecdotes de tournage, ainsi que les références culturelles, religieuses ou historiques
- Le livre lui-même, avec ses photos couleur et son papier glacé, est un bien bel objet.
- L’évidente passion et la non moins évidente expertise que l’on perçoit derrière chaque phrase.
- Des « énigmes » dans certaines fiches qui incitent le lecteur à fouiller dans le livre pour trouver d’autres films avec les solutions, en général des films avec les mêmes références, acteurs ou thèmes.
- L’approche de l’auteur, pour chaque film il propose de l’info brute, des résumés d’intrigue et des anecdotes de tournage. C’est une approche que l’on juge pertinente. Il nous offre un recueil de valeur, un qui ne sera pas obsolète dans 10 ou 15 ans.

Ce que l’on regrette :
- On trouve des films d‘arts martiaux provenant de différents pays, possédant chacun leurs propres arts martiaux et leurs différences culturelles dans l’approche de l’action (Hong Kong et ses wu xia pian, le Japon et ses films de yakuzas/samouraïs ou encore des films d’action Indien). Ceci dit, le livre parle des films d’arts martiaux du monde entier, mais il y a une telle majorité de films chinois, que, lorsqu’on voit une fiche d’un film d’un autre pays, celle-ci a l’air un peu déplacée.
- Il manque un certain nombre de très bons films de la décennie (Hapkido).
- Il n’y a pas d’index avec le nom des films et la page qui y correspond pour une recherche rapide.
Ce que ce critique a préféré :
- L’introduction de l’auteur racontant les événements de sa vie l’ayant conduit à écrire ce livre est extrêmement intéressante. La vie du Dr. Reid mérite un livre à elle seule (voir ce qu’il a amené à doubler des films chinois, tel qu’il le décrit dans le livre et dans l’interview ci-dessous).
- Les fiches fabuleuses deThe Iron Fisted Monk, Enter The Dragon, Lady Whirlwind et The 36th Chamber of Shaolin.
- La façon dont le Dr. Reid analyse les figures du Kung Fu et les chorégraphies.

 
EN BREF

Ceci est une œuvre unique: un beau livre sur un beau cinéma de genre (principalement) asiatique. Les anecdotes de tournage et les références culturelles et historiques rendent à elles seules l’achat de ce livre obligatoire pour tous ceux qui maîtrisent la langue de Shakespeare, évidemment. Les fans de films d’arts martiaux ne peuvent pas se passer d’un tel ouvrage, si bien documenté, surtout si on prend en compte son prix très honnête.
Le livre est disponible sur le site internet de Black Belt aux USA et aussi sur Amazon (USA, Royaume Uni et Europe).

Thomas Podvin (Traduction de l'anglais par Emmanuel Paul)

 

Dr. Craig D. Reid avec son épouse
 
ENTRETIEN AVEC L’AUTEUR
Comme nous avions quelques questions sur la méthodologie de travail du Dr Reid, et sur ses choix d’inclure ou non certains titres, nous lui avons envoyé un e-mail. Voici l’interview qui en résulte.
 
Introduction
HKCinemagic: Pouvez vous nous décrire votre travail dans les domaines cinéma /TV à Taiwan? Qu’y faisiez vous exactement et avez-vous travaillé sur des films célèbres ?

Dr. Craig D. Reid: Mon premier "gros" film a été The Flying Tigers and the Kung Fu Kids (1981, de Ding Shan-xi aka Ding Sin Saai, avec Chia Ling aka Judy Lee). Je devais simplement être un des acteurs principaux, et effectuer bien sûr moi même mes cascades et combats. A l’époque j’avais des connaissances en Okinawan Goju Ryu, Wing Chun, boxe, Jeet Kun Do (à l’époque, nous disions tous qu’on pratiquait le Jeet Kun Do pour émuler la liberté de ton de Bruce Lee qui cherchait à s’éloigner de ces « arts martiaux classiques ») et en kendo. C’était un film anti japonais sur 12 enfants qui nous faisaient évader, mon partenaire et moi (nous étions des pilotes des Tigres Volants capturés) d’un camp japonais de prisonniers de guerre. J’ai vite remarqué que dans les combats entre les héros chinois (qui utilisaient des épées larges et des jian – épées droites) et les méchants japonais (avec leurs sabres de samouraïs), les deux camps utilisaient les épées « à la chinoise ». Je l’ai fait remarquer à Ding et il m’a demandé des suggestions. Très rapidement je me suis retrouvé responsable de ces chorégraphies là. De plus, tous les cascadeurs du film voulaient se battre avec moi (il y aurait toute une histoire à raconter là-dessus !), Ding m’ayant présenté comme le Bruce Lee américain…dur, dur.


Le Dr. Craig D. Reid lors d’une fête pour son premier film, avec Judy Lee (1980)

La nouvelle qu’il y avait un « blanc » capable de jouer, se battre, utiliser des armes, parler chinois (ce qui n’était pas vraiment le cas à l’époque) et régler les chorégraphies, s’est vite répandue dans l’industrie filmique locale. Après un ou deux films de kung fu à petit budget (du genre, on tournait des scènes de combat avant de bricoler un scénario autour), j’ai reçu un appel de CTV, une télévision chinoise, pour jouer le grand méchant dans un Lian Xu Zhu (une sitcom kung fu). La série s’appelait Wei Zhen Nan Tai, et j’y jouais un trafiquant d’opium anglais pendant la dynastie Ching. Tous les dialogues étaient en chinois et le film tourné en son synchrone, il était donc essentiel que je parle clairement le chinois. Un jour, mon homme de main à l’écran devait combattre le héros (joué par Wei Zi-yuin aka Barry Chan), mais l’acteur américain qui le jouait avait du mal à comprendre ce que les chorégraphes attendaient de lui (à la fois en termes de langages, et physiquement, en termes de mouvements). Je les aidés pour le combat, en traduisant et en faisant des démonstrations pour l’acteur américain. Wei a été très impressionné (lui-même parlait assez bien anglais) et à partir de ce moment, j’ai régulièrement joué le méchant pour la CTV, et je donnais toujours des coups de main pour la chorégraphie des combats. Ce qui était cool dans ces séries (et fatigant aussi), c’est qu’on tournait 30 épisodes ou plus d’un coup, on tournait pendant des mois d’affilées, six à sept jours par semaine, on faisait un épisode en 3 ou 4 jours, et il y avait de 12 à 17 minutes de scènes de combat par épisode. Il fallait constamment imaginer des combats, les tourner, en imaginer d’autres, etc. Sur une période de deux ans et demi j’ai travaillé en tant qu’acteur/cascadeur/chorégraphe sur cinq séries pour la CTV. Heureusement, en tant qu’étranger qui n’était pas sous contrat avec CTV, je n’avais pas de problème à tourner aussi pour l’autre grande chaîne de l’époque, TTV (Taiwan Television). J’ai aussi travaillé sur un film Shaw Brothers avec Ti Lung et Lo Meng, Fight for the Republic of China aussi connu sous le titre The Battle for the Republic of China (un autre film de Ding). Pas en tant qu’acteur mais en « coach de voix » pour l’acteur Liu De-kai qui avait beaucoup de dialogues en anglais. J’ai aussi fini par effectuer le doublage de tous les acteurs anglophones du film (quatre au total; je faisais de faux accents français, allemand, japonais et russe). Et rappelez vous que durant cette période, j’étais étudiant à temps plein à la National Taiwan University, je préparais un diplôme de Master sur la façon de gérer les insectes nuisibles du riz, j’apprenais le Qi gong pour me maintenir en vie [Ed.: Le Dr. Reid a été diagnostiqué à l’âge de 16 ans de fibrose cystique] et je donnais des cours d’anglais à temps partiel.


Le Dr. Craig D. Reid avec Barry Chan dans une émission TV (1981)

 
A PROPOS DU LIVRE
HKCinemagic: Vous avez dit qu’il ne s’agissait « pas d’un livre de recommandations, mais d’un livre de connaissance ». Comment pensez vous que les lecteurs vont utiliser votre livre? Comme un livre grand format à un usage décoratif, un guide d’achat, un livre de référence pour son contenu à la fois martial, culturel, historique etc.?
Dr. Craig D. Reid: Votre question est en même temps la meilleure réponse.
J’ai lu un commentaire d’un internaute sur Amazon.com, qui disait que si j’écrivais le même type de livre sur les années 80, il l’achèterait dans la seconde, mais dans le même temps il faisait remarquer que le livre n’était pas un vrai guide car je n’avais pas introduit de système de notation (par exemple un nombre d’étoiles sur cinq). Au départ, Black Belt voulait que je note les films avec une image de petit personnage effectuant un coup de pied latéral, et plus le coup de pied est haut, meilleur est le film. Bien que cette idée soit sympa, j’ai choisi de ne pas mettre de notation, car chacun a son opinion pour ses propres raisons, et si on garde ça à l’esprit, la notion même de notation n’a pas d’intérêt. De toute façon, j’ai remarqué ensuite un autre commentaire qui lui répondait sur Amazon.com:
« Je ne suis pas d’accord avec le premier internaute qui a donné une note passable [au livre sur le site], en disant que ce livre n’est pas un guide car il ne donne pas de notes. Ce commentaire, contrairement au livre, est trompeur. Il y a beaucoup de différentes sortes de guides - notation, critique, listings, instructions, information... Ce livre est clairement exhaustif au niveau du listing, et un guide informatif. Et il est judicieusement appelé "The Ultimate Guide" [le guide ultime] parce que, bien qu’il ne note pas explicitement chaque film, on ressent très bien à travers le texte l’avis de l’auteur sur le film en question, et il est mentionné si le film est considéré culte ou s’il a connu un grand succès. De plus, Mr. Reid établit clairement à la fin du livre deux listes, « Les 20 meilleurs films d’arts martiaux des années 70 », une datée d’avant l’écriture du livre, l’autre d’après. Avec toutes ces informations, il est impossible de NE PAS savoir quels films l’auteur recommande. »
(Commentaire: « Un guide minutieux, impressionnant, utile, et divertissant” par Furball (New York, NY), 13 novembre, 2010, » retrouvé le 16 novembre 2010.)
 
HKCinemagic: Vous avez choisi 500 films après en avoir visionné 900. Ces 900 films provenaient-ils de votre collection personnelle où avez-vous dû en rechercher auprès d’organismes (cinémathèques de HK, de Taïwan, etc.) ou de distributeurs ?
Dr. Craig D. Reid: A l’origine, le livre devait être le Top 1001 Films de tous les temps, puis le Top 1001 des années 70. Je me suis d’abord fourni dans ma propre collection (d’à peu près 5000 films aujourd’hui – dont 1200 en Betamax), puis j’ai commencé à acheter des coffrets DVD en édition spéciale. Sur internet on peut trouver des coffrets regroupant dix films ou plus, qui me revenaient à moins d’un dollar le film. J’ai commencé à travailler sur le livre à l’été 2008. C’était le bon moment parce que Celestial Pictures avait édité la grande majorité de ses films Shaw Brothers des années 1970 à ce moment là, du coup je pouvais en emprunter à des amis, en louer certains, et je suis aussi entré en contact avec plusieurs sites et sociétés qui m’ont aidés à trouver certains films plus rares, et je remercie dans le livre ceux qui m’ont aidés (HKflix.com, samuraiDVD.com, ethaicd.com). J’avais donc 900 films à regarder, et on a décidé que j’en chroniquerai environ 600. Cependant, alors que j’avais commencé à écrire les « martialogies », je me suis rendu compte que je préférais être le plus complet possible sur chaque film, et la qualité est devenue plus importante que la quantité.
Quand Black Belt a vu le travail en cours, ils ont peut-être eu un peu peur que le livre soit trop épais et trop cher, donc on est descendu à environ 500 films. Cela a été très difficile de sélectionner ces 500 films. Quelques classiques comme Brothers Two et Hapkido n’ont malheureusement pas pu être retenus.
 
HKCinemagic: La plupart des films HK dans le livre sont des productions Shaw Brothers et la plupart des illustrations proviennent de la collection Celestial Picture. Pourquoi cela?
Dr. Craig D. Reid: Comme tout passionné avide de ce cinéma, je tenais vraiment à avoir autant d’images que possible. Chaque studio/distributeur que j’ai contacté voulait me faire payer 300 dollars ou plus pour une photo. Certains anciens hauts responsables que je connaissais de la Golden Harvest ont essayé de faire baisser les droits StarTV (c’est eux qui possèdent la collection Golden Harvest maintenant), mais cela n’a pas fonctionné. La seule compagnie prête à négocier a été Celestial Pictures, d’où toutes les photos Shaw Brothers. Pour moi, ils sont les plus passionnés concernant leur films de kung fu de toutes les compagnies que j’ai contactées. Je comprend bien qu’il s’agisse d’un business, mais un business n’est pas que de l’argent, il faut aussi de la passion. Seuls les gens de Celestial ont prouvé qu’ils en avaient.
 
HKCinemagic: Les résumés des intrigues sont très détaillés. Vous n’aviez pas peur d’en dire trop ou de gâcher des surprises avec de telles sommes de détails sur chaque intrigue?
Dr. Craig D. Reid: J’ai essayé de bien prêter attention à ne pas révéler les grosses surprises, et quelle que soit la quantité de détails que j’ai pu donner sur les intrigues, je n’ai raconté aucune fin. Je parle le mandarin, et je me suis rendu compte qu’en suivant le film avec les sous titres anglais, on passe régulièrement à côté de certains éléments de l’intrigue et de nuances culturelles. En outre, beaucoup de wu xia pian ont des intrigues très alambiquées, et si l’on s’endort ne serait ce que quelques secondes, on peut rater un point important de l’histoire ou une évolution d’un personnage. J’espère qu’en m’étant montré aussi complet, les spectateurs pourront suivre plus facilement les films.
 
HKCinemagic: Chaque fiche de film est une « martialogie », pouvez vous nous expliquer ce fascinant concept?
Dr. Craig D. Reid: J’apprécie le compliment sur mon concept de “martialogie.” J’ai une formation de scientifique (Doctorat en Entomologie, avec spécialités en Insectes nuisibles et Entomologie médicale) et j’ai reçu 12 prix pour avoir enseigné 8 cours liés à la biologie, en premier comme en second cycle. Ce que j’écris correspond donc plus à une « biologie »(en quelque sorte, son fonctionnement intérieur et ses rapports avec « l’environnement ») du film qu’à une critique, et puisqu’il s’agit d’un livre sur les films d’arts martiaux…”martialogie” me semblait correspondre à l’idée de biologie des arts martiaux.
 
HKCinemagic: Comment avez-vous calculé aussi précisément le pourcentage d’Arts martiaux dans le film? Avez-vous directement chronométré les séquences d’entraînement et de combats? Ce qui revient à regarder 900 films avec le chronomètre à la main… Vous deviez avoir des centaines de pages de notes, de chiffres. Voilà ce qu’on peut appeler une approche scientifique, et surtout, quel dévouement !
Dr. Craig D. Reid: Une fois de plus, vous visez juste, la réponse est dans la question. J’ai effectivement chronométré chaque scène de combat et chaque séquence d’entraînement, à la seconde près. Comme vous dîtes, et de la même manière que pour le concept de »martialogie », l’approche des combats et entraînements s’est faite scientifiquement. Ce qui est cool quand on est le seul auteur d’un livre (d’autres recueils de ce type sont écrits par plusieurs personnes), c’est que je pouvais constamment me référer aux autres films, ce qui m’a permis d’établir une interdépendance entre les fiches.
 

Dr. Craig D. Reid avec Barry Chan
 
VOTRE PASSION POUR LES FILMS D’ARTS MARTIAUX
HKCinemagic: Dans vos « top 20 » faits avant et après écriture du livre, vous incluez moins de films de Bruce Lee dans le second. Comment avez-vous réévalué les classiques du petit dragon après écriture ?
Dr. Craig D. Reid: Très bonne question. Si le film de Bruce Lee, The Big Boss, n’avait pas existé, je serais mort aujourd’hui (j’explique cela dans le livre). Par ailleurs, sur les 500 films sélectionnés, il y en a à peu près 200 que je n’avais jamais vus, ou pas vus depuis 25 ans. Donc mon choix initial avant d’écrire le livre était en grande partie basé sur des souvenirs ou sur des émotions liées à Bruce Lee (pour des raisons évidentes). Mais maintenant, avec mon passé et mes connaissances en cinéma, chorégraphie, scénario et ma compréhension plus profonde des arts martiaux, mon regard a changé et peut être que j’ai développé une nouvelle sensibilité par rapport aux arts martiaux, ainsi qu’une meilleure appréciation « cinéphilique » de ces films.
 
HKCinemagic: Avez-vous fait beaucoup de recherches en dehors du visionnage des films? Pouvez-vous nous décrire votre journée type lors de l’écriture de ce livre?
Dr. Craig D. Reid: J’ai commencé à dégrossir le travail sur le livre à l’été 2007. Avant même de commencer à écrire où à regarder des films, je devais d’abord savoir combien de films avait été produite dans les années 70, trouver leurs titres alternatifs, ensuite faire une liste parmi ceux-ci des films que je possédais, que je pouvais avoir pour pas cher ou emprunter ou louer par quelques moyens que ce soit. Le processus de visionnage et d’écriture en lui-même a duré un peu plus de 8 mois. Ensuite il a bien sûr fallu effectuer la révision du livre. Pendant ces 8 mois, je regardais cinq à six films par jour, ou encore j’écrivais et effectuais des recherches pendant 15h par jour, et ceci cinq à six jours par semaine. Au moment où je commençais, ma femme a malheureusement été victime de la crise économique et a perdu son travail, sans la moindre indemnité. Pendant un bon moment, on ne pouvait s’offrir que des nouilles instantanées et du pain pour nous nourrir. J’ai voulu trouver un travail à mi-temps mais Silvia a insisté pour que je me concentre sur le bouquin, pendant que nos économies fondaient comme neige au soleil. Comme vous vous en doutez, l’avance que j’avais perçue pour le livre ne pouvait même pas me faire vivre un mois, j’ai donc fini par créer une compagnie de services de « santé et bien être alternatifs » avec ma femme Silvia (www.vivalachi.com). Donc le temps libre qui me restait était consacré à la mise en place de ce projet. Ce livre est véritablement une question de passion pour le genre. Et il est aussi né de la frustration que je ressentais à acheter trois ou quatre fois le même film sous des titres différents, ainsi que la frustration de ne jamais savoir à quel point un film se consacrait vraiment au kung fu ou aux arts martiaux… d’où les statistiques et le pourcentage d’arts martiaux dans le film…en gros, pour savoir si on a sa dose de combats, si on en a pour son argent.
 
HKCinemagic: Le livre est clairement un travail de passionné, bien loin d’une froide analyse ou d’une sèche étude théorique. Malgré cela, vous donnez un grand nombre d’informations brutes et des chiffres, comme le Pourcentage d’Art Martial Contenu (MA) ou le Nombre de Séquences d’Entraînement /Durée Cumulative des Séquences d’Entraînement (NOT/LOT). Pouvons-nous réellement quantifier la qualité de ces films? Un film de Chu Yuan peut avoir un MA de 15% tout en étant un chef d’œuvre…
Dr. Craig D. Reid: Merci pour l’expression « travail de passionné » [labor of love, ndt] parce qu’au final, on ne vient pas à bout d’un tel projet pour l’argent mais parce qu’on est passionné. Vous soulevez un point intéressant en parlant des statistiques de combat. En effet, on ne peut pas dire qu’un grand nombre de combats suffise à faire un bon film. Il suffit de regarder les chambaras réalisés entre 1950 et 1980, qui ne possèdent en moyenne que 10 minutes de scènes de combat au sabre, et encore, à l’intérieur de ses scènes, il y a beaucoup de regards, de grognements, suivis de quelques balancements de sabre . Comme vous le signalez, les films de Chu Yuan sont magnifiques, bien réalisés, avec des intrigues bien ficelées pourvues de fausses pistes, de retournements de situation très réussis. La plupart de ses films possèdent de nombreuses séquences de combat, mais qui ne durent que 10 ou 20 secondes. Le spectateur moyen des films de kung fu les regarde pour les combats, d’où ces statistiques qui permettent au lecteur de savoir quelle dose de combat il aura pour son argent. Au final, un nombre élevé de combats ne suffit pas à faire un bon film, mais cela peut être suffisant pour ceux d’entre nous qui ont juste envie d’entendre des bons vieux bruitages et voir de la bonne bagarre furieuse.
 
HKCinemagic: Vous n’avez pas fourni de bibliographie, car, de votre propre aveu, elle aurait occupée plus de 60 pages. Si vous aviez à choisir trois livres de référence sur le cinéma de Chine/HK, lesquels choisiriez-vous?
Dr. Craig D. Reid: C’est une question difficile car il y a beaucoup de bons livres qui existent. Parmi mes favoris sur le cinéma japonais, on a The Samurai Film d’Alain Silvers et Japanese Cinema: The Essential Handbook de Thomas et Yuko Mihara Weisser. Pour ce qui est des livre sur le cinema chinois je citerais Hong Kong Action Cinema de Bey Logan, From Bruce Lee to the Ninjas (Richard Meyers, Amy Harlib, Bill and Karen Palmer), Kung Fu Cinema of Vengeance de Verina Glaessner, ou encore A Study of Hong Kong Cinema in the Seventies par le Conseil Urbain de Hong Kong.
 
HKCinemagic: Quels films de HK, de Chine et de Taïwan, qui ne soient pas des films d’arts martiaux, regardez vous?
Dr. Craig D. Reid: Avant 2007, je ne regardais pratiquement que des films d’arts martiaux comme films chinois. Mais depuis cette date, je tiens un blog officiel pour le San Diego Asian Film Festival et la San Diego Asian Film Foundation, et je regarde donc à peu près tous les films que je peux.
 
HKCinemagic: Avez-vous prévu un second volume?
Dr. Craig D. Reid: Cela dépendra du succès de celui-ci. Si les choses se passent bien, Black Belt doit m’en commander un sur la période pré-1970, puis les années 80, les années 90 et enfin les années 2000. Seul l’avenir nous le dira.
 
HKCinemagic: Souhaitez-vous ajouter autre chose ?
Dr. Craig D. Reid: Je vous remercie de m’avoir consacré de votre temps. Jackie Chan

m’a dit un jour que ses fans étaient comparables au riz… C’est une analogie qui convient. Pour rester dans les termes utilisés en biologie donc, j’espère que mes nombreuses années d’études sur les insectes nuisibles qui se nourrissent de riz, et sur la façon dont on peut les empêcher de détruire les récoltes, serviront à fournir plus de riz qu’auparavant, qui se transformera alors en assez de nourriture pour que je puisse écrire les volumes suivants !

Propos recuillis par Thomas Podvin. Traduction de l'anglais par Emmanuel Paul.

 
Page :  1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  21   Top
Précedent :
Page 20 : The Cinema of Hong Kong : History, Arts, Identity (NEW)

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com