Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Nam Nai Choi

 
 
Autres noms : 藍乃才
Laam Naai Choi
Lam Nai Choi
Lan Nai Kai
Lan Nai Tsai
Lan Nei Tsai
Lan2 Nai3 Cai2
Simon Nam
Ngai Kai Lam
 
Date de naissance : 1/1/1953
Nationalité : Hong Kong
Lieu de travail : Hong Kong
Sexe : Masculin
Activités : Réalisateur (13), Scénariste (1), Directeur Photo (23)

Biographie

Des Chats Généraux extra-terrestres qui volent et qui étranglent des dobermans, des meurtres au 45 tours vynils, des affrontement d'aliens contre natures et carrément surréalistes, des adaptations manga live plus vrais que natures, le seul hommage cinématographique rendu aux créateurs de "Hokuto No Ken"... derrière toutes ces facéties se cachent Nam Nai Choi. Certainement le réalisateur le plus puriste du cinéma HK, dans le sens où il en exploite ses aboutissement jusqu'à leur quintessence, mais aussi le seul dans sa catégorie, dans le sens où son cinéma est reconnaissable entre 1000. Certainement plus fou que Tsui Hark et Herman Yau réunis, plus barré qu'un Wong Jing au mieux de sa forme, de 1986 a 1992, Nam Nai Choi, réalisateur obscur plus ou moins acoquiné à Wong Jing nous pondit 7 chef d'œuvres du bis, quasiment sans fausse notes... Gros plan sur ce metteur en scène (de génie ?).

Nam Nai Choi par rapport a HK
Nam Nai Choi obscur réalisateur commence dès 1981, alternant une commande pour la Shaw Brothers One Way Only (co-réalisé avec Danny Lee !!), des comédies et d'autres drames sentimentaux. Films certainement impersonnels et introuvables à l'heure actuelle, sa notoriété, sa renommée, il la doit a un tournant pris dans sa carrière dès 1986 qui le fera tourner sans interruption 8 nanars absolus jusqu'à 1992, 8 chefs d'œuvres instantanés du bis ; mus par la même hystérie bis, la même sincérité affligeante et la même volonté de satisfaire jusqu'à plus soif son public. Réalisateur manchot, Nam Nai Choi n'en est que plus mégalomane, et il voit les choses tellement grand que le résultat ne peut (au vu des moyens engagés dans ses films) qu'être minable, réalisateur maudit qui n'a jamais passé la barre des 11 millions de HK dollars dans toute sa carrière (un vrai film à succès génère jusqu'à 50 MHK$) mais ce metteur en scène est adulé dans le monde entier (grâce notamment à tous les festivals bis), et ses chefs d'œuvres inoubliables.

Le système Nam Nai Choi
Nam Nai Choi, roi du bis, certes, mais est-ce que cela a vraiment un sens à HK, la planète du cinéma bis par définition ? On se rappellera que Laurent Courtiaud (HK Mag) avait qualifié la catégorie 3 de bis au carré, élément intéressant quand on sait que Nam Nai Choi est aussi un roi de la cat 3 (du bis au cube ?). "Série Z" serait peut-être la définition la plus proche du cinéma que pratique le monsieur. Dans le passé, la Shaw Brothers s'est surtout illustrée dans la série Z avec ses films de sorcellerie où elle s'étendait sur les mystères de l'Asie dite primitive, ou dans ses reprises de standards occidentaux trafiqués à la sauce locale (les James Bond, King Kong..). Nam Nai Choi pour sa première production vraiment Bis The Seventh Curse se situe dans la continuité de ces studios, et s'inscrit par ce véritable manifeste surréaliste du bis façon Nam Nai Choi dans l'histoire cinématographique la plus récente. En effet The Seventh Curse se passe en Thaïlande (avec la Malaisie, le pays les plus maltraités par les artistes locaux) et traite de mystérieux sorts mortels et autres tribus perdues..

La concurrence
Nam Nai Choi a t-il eu des concurrents sur la scène Bis HK ? Oui et non, soit trop naze pour relever le niveau, Wong Jing réalisateur du film de loup-garou / vampire Return Of The Demon, daubasse triple Z, ou encore Wong Jan Yeung qui seul peut se réclamer de concurrencer le maître, avec un chef d'œuvre mineur mais ô combien jouissif comme Holy Virgin Versus Evil Dead (1991) (même réalisateur qui signera quelques-uns des plus percutants "girls with guns movies" de l'époque), soit des concurrents plus pernicieux du type Tsui Hark, qui est le seul équivalent de Nam Nai Choi au niveau du bouillonnement d'idées, mais la maîtrise en plus... Ainsi, Green Snake par certains abords peut basculer gravement dans le bis tout comme The Magic Crane (production Workshop) a cause non pas d'un jeu d'acteur ou d'une réalisation mièvre mais bien à cause de special fx désastreux (cf les 2 grues, l'une en 3D mal assumés l'autre en peluche bouffante). Son "yes man" attitré, Tony Ching Siu-tung est aussi un concurrent de taille, mais DELUXE aussi, il n'y a qu'a voir The East Is Red - Sworsdman 3 ou encore Witch From Nepal, voire même Dr Wai... bonjour les dégâts ! Nam Nai Choi n'en reste pas moins supérieur à tous ces sinistres individus. C'est autant la folie visuelle de Tsui Hark (du moins la volonté sincère d'y parvenir) et la démagogie mercantile de Wong Jing réunie... tout un programme !

Définition d'un film de Nam Nai Choi
Qu'est ce qui différencie alors un film de Nam Nai Choi des autres films de HK qui se caractérisent déjà par leur hystérie, leurs scènes cathartiques à la pelle, leurs climaxs de fous, leurs scènes cultes en veux tu, en voila et autres délires visuels du même acabit ?
Tout, répondrons en chœur ses aficionados ! Nam Nai Choi repousse le cinéma HK dans ses plus ultimes retranchements, scénario bâclé, intrigue digne du pire des serial, une prédilection pour les acteurs de seconde zone complètement out (ou alors mal réveillés) (mention spéciale à Louis Fan Siu Wong, Amy Yip, Waise Lee, Chin Siu-ho...), des effets spéciaux désastreux "Z" puissance 10.000 qui s'assument tels quels, de l'action ultra jubilatoire (Philip "Hard Boiled" Kwok est son "action director" attitré) ; et bien sûr tout le charme du bis classique, à savoir, des incohérence de part en part tant au niveau spatial qu'au niveau scénaristique....
Que cela soit bien clair, Nam Nai Choi, et cela à tous les niveaux, pousse le délire beaucoup plus loin que les Ching Siu-tung et Tsui Hark déjà précités plus haut, mais c'est aussi nettement moins crédible.. Nam Nai Choi est un réalisateur génial, fauché, vulgaire, naïf, poète, putassier, touchant, surréaliste, anarchiste et aussi ultra conformiste, un "honnête artisan contentieux" comme on aurait dit à la Cinémathèque Française sans une touche d'ironie..

Conclusion
Pour résumer, c'est un cinéma ultra commercial (et ultra-tout en fait) qui n'a trouvé que rarement son public ( en l'occurrence plutôt"male", l'érotisme étant souvent naïvement suggéré dans des séquences franchement ringardes). Nam Nai Choi par rapport à la scène bis mondiale se situe justement comme un suiveur de la vague bis italienne qui meurt quand son cinéma (re)naît ; on sera obligé de le rapprocher à Bruno Mattei, réalisateur cultissime du BIS complètement déglingué, ultra trash, putassier, et père entre-autres du fameux Virus cannibale, (que Herman Yau a forcement vu pour son Ebola Syndrome). On pourra aussi aisément rapprocher Nam Nai Choi à feu Antonio Margheriti, pour son amour du "cinéma bien fait" (la salle rigole) et des jolis effets spéciaux faits maison (la salle rigole bis). Beaucoup auront comparé son The Cat au fameux Plan 9 From Outer Space du pape US du Z Ed Wood, en effet nombreux sont les ressemblances (tournages incohérents étalés sur plusieurs mois, acteurs qui changent 10x de look etc, etc) mis a part que Nam Nai Choi... c'est pire !

Pablo (avril 2003)
 
Haut 

Filmographie
 [ 1990 - 1980 - 1970 ] 
 Listes alternatives par alpha / genre / année
 
Titre    ( HK -  Tous )    (  Fr. - Int. )  Année Activité
 
 Karaté Cat   (Cat, The) 1992 Réalisateur
 Story Of Ricky, The 1991 Réalisateur, Scénariste
 Erotic Ghost Story 1990 Réalisateur, Directeur Photo
 Saga Of The Phoenix 1990 Réalisateur
 Légende du Phoenix, La   (Peacock King) 1989 Réalisateur
 Her Vengeance 1988 Réalisateur
 Killer's Nocturne 1987 Réalisateur, Directeur Photo
 7ème Malédiction, La   (Seventh Curse, The) 1986 Réalisateur
 Ghost Snatchers, The 1986 Réalisateur
 Flying Mr. B, The 1985 Directeur Photo
 Prince Charming 1984 Directeur Photo
 Three Stooges Go Undercover 1984 Réalisateur
 Men From The Gutter 1983 Réalisateur, Directeur Photo
 Brothers From Walled City 1982 Réalisateur, Directeur Photo
 My Rebellious Son 1982 Directeur Photo
 Mobfix Patrol 1981 Directeur Photo
 One Way Only 1981 Réalisateur, Directeur Photo
 Kid With A Tattoo 1980 Directeur Photo
 Rendezvous With Death 1980 Directeur Photo
 Deadly Breaking Sword, The 1979 Directeur Photo
 Professeur De Kung Fu, Le   (Kung Fu Instructor, The) 1979 Directeur Photo
 To Kill A Mastermind 1979 Directeur Photo
 Proud Youth, The 1978 Directeur Photo
 Vengeance de l'aigle, La   (Avenging Eagle) 1978 Directeur Photo
 Assault - The Criminals, Part IV 1977 Directeur Photo
 Cobra Girl 1977 Directeur Photo
 Judgement Of An Assassin 1977 Directeur Photo
 Homicides - The Criminals, Part II 1976 Directeur Photo
 Sexy Killer   (Drug Connection, The) 1976 Directeur Photo
 Very bad girls   (Big Bad Sis) 1976 Directeur Photo
 Carry On Con Men 1975 Directeur Photo
 

 Article    Critique    Affiche/Galerie    Captures DVD    Bande Annonce    Captures DVD/Bande Annonce  
Haut 


Liens Article
 Liens Article Secondaires   (Afficher)
Haut

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com