Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Les films tronqués ou la distribution chaotique des films HK
Des années 90 à nos jours 1/1 - Page 2
Infos
Auteur(s) : Laurent Henry
Date : 9/4/2016
Type(s) : Reflexion
 
 Liens du texte  
Personnes :
Jackie Chan
Jet Li
Films :
Black Mask
Contre Attaque
The Matrix
Jackie Chan dans le Bronx
 
< Précedent
Page 1 : Les années 70 et 80


Les années 90 : les américains entrent dans la danse du sabre

Le combat des Christophe Gans et autre Quentin Tarantino pour sortir le cinéma de Hong Kong du carcan populaire et le faire entrer dans la culture des jeunes urbains et des geek, le succès incroyable de Matrix, le passage de certaines star aux USA comme Jackie Chan ou Jet Li, pousse certains studios américains à investir dans les catalogues hongkongais. Miramax, renommé par certains "Miram axe" (hache) va faire beaucoup de dégâts. Et il ne sera pas le seul…

Si les américains vont agir par calcul économique (ramener les films à 1h30 pour leurs sorties en salle), comme par soucis idéologique (éliminer les éléments comiques trop éloignés des habitudes occidentales), ils vont introduire un nouvel élément : la chirurgie esthétique.

Dans les années 90, le problème, du point de vue américain, est que le cinéma de Hong Kong est jugé techniquement trop limité pour plaire au public américain. Les distributeurs vont donc se lancer dans des opérations de cosmétique pour rendre les films plus acceptables. Ce processus commence avec Rumble in The Bronx de Jackie Chan. Nous sommes en 1995 et la superstar asiatique voit arriver, comme beaucoup de ses compatriotes, la rétrocession à la Chine avec inquiétude. Il souhaite donc réorienter sa carrière vers l'international et notamment vers le public occidental. Avec une intrigue se déroulant essentiellement à New York, Rumble in The Bronx va permettre à l'artiste de tenter de séduire le public américain et européen qui le connaît surtout par l'entremise des cassettes vidéos. Mais pour opérer cette opération séduction, les concessions vont être nombreuses. D'abord le film va connaître 17 minutes de coupes afin de le ramener sous la barre des 1h30 et autoriser ainsi plus de séances pour les exploitants de cinéma. Une séquence d'action va être ajouter pour, comme toujours mettre en avant l'action au détriment de la comédie. Mais surtout Jackie Chan va être doublé, alors qu'il parle essentiellement anglais dans le film. Sauf que son accent est jugé trop prononcé. La musique se voit également remaniée avec notamment une chanson en anglais qui remplace la chanson en cantonais du générique de fin. Ces deux changements complètent ainsi une révision très poussée du film qui n'a plus grand-chose à voir avec la version originale. Le succès en salle du film aux États-Unis conduit les distributeurs à considérer qu'un film de Hong Kong ne peut être montré en l'état. Il faut l'adapter aux goûts du public occidental. Tous les films qui sortiront au cinéma connaîtront alors de lourdes défigurations.

Le plus bel exemple de maquillage d'un film de Hong Kong est sans contexte Black Mask. Sorti en 1996 à Hong Kong, il va rapporter 12 millions de dollars sur le territoire américain en 1999. Avec Jet Li à sa tête et son statut de « film ayant inspiré les créateurs de Matrix  », le bon coup commercial était à portée de main. Mais pour se faire, le film va être littéralement réinventé. Comme d'habitude le film va être coupé. Artisan, le distributeur retire tous les plans jugés trop choquants. La musique est entièrement revue pour intégrer une bande son Hip Hop, le tout réenregistré en 5.1 pour correspondre aux standards technologiques US. La photo étant jugé trop sombre, le film va être ré-étalonné en s'inspirant de la photo de Matrix, si bien que tout le métrage prend une teinte verdâtre.

 

2015 : L'enfer du bluray

Depuis le début de l'année 2015, le travail de restauration, entrepris sur le catalogue des films de Hong Kong de la période antérieure au numérique, commence petit à petit à être diffusé, parfois par le biais de sorties en salle, le plus souvent sous la forme de bluray. Or les films modifiés par ou pour les occidentaux ressortent régulièrement dans les formats en haute définition. Les masters sont bien préservés et une sortie vidéo est assez facile et peu onéreuse. Car le coût financier est tel, les éditeurs vidéo sont devenus de telles multinationales que souvent une même version bluray est conçue pour sortir dans le monde entier ou presque. C'est le cas des 2 Jackie Chan Rumble In The Bronx (1995) et First Strike (1997) que possède Warner pour le marché américain et hongkongais.

L'éditeur a donc conçu un bluray unique pour les 2 marchés. Et devinez quoi ? Les Hongkongais devront acheter les versions américaines de ces films ! C'est d'autant plus ironique que ces 2 films ont été des très gros succès à leur époque à Hong Kong. C'est comme si la Belgique imposait aux français une version amputée de La grande vadrouille avec un Louis de Funes redoublé pour avoir l'accent belge et une bande son interprétée par Jacques Brel.

Dans ces conditions, que vont devenir les versions originales ? Face à un bluray à l'image flatteuse, qui va investir pour restaurer ces films ? Le plus grand risque est de ne pouvoir trouver que des copies DVD ou des bluray basés sur des masters non restaurés. Et au final la version originale aura été supplantée par son double dénaturé. C'est, une fois de plus, une partie de la condition du cinéma de Hong Kong qui se répète, encore et toujours, comme une malédiction.
 
Page :  1  2   Top
Précedent :
Page 1 : Les années 70 et 80

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com