Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Cantonais Vs Mandarin, l'éternel combat
La mort du cantonais et sa résurrection 1/1 - Page 2
Infos
Auteur(s) : Arnaud Lanuque
Date : 28/8/2012
Type(s) : Analyse
 
 Liens du texte  
Personnes :
Raymond Chow Man Wai
Chun Kim
Bruce Lee
Lee Tit
Patrick Lung Kong
Ng Wui
Run Run Shaw
Films :
The 7 Heavens
In the Face of Demolition
Man On The Brink
Parents' Hearts
Story Of A Discharged Prisoner
The Story Of Woo Viet
Teddy Girls
Studios :
Golden Harvest
Shaw Brothers
Lexique :
Nouvelle Vague
 
< Précedent
Page 1 : La séduction d'un public plus large


la mort du cantonais et sa resurrection

Les studios cantonais, eux, se spécialisèrent dans un public plus spécifiquement local et plus populaire (comprendre plus pauvre). D'où des thèmes souvent très conservateurs... Même chez les studios gauchistes. Disposant également de budgets plus limités (beaucoup de films étaient tournés en une semaine), ils privilégièrent logiquement les drames contemporains, moins chers à produire. In The Face of Demolition de Lee Tit, The Seventh Heaven de Ng Wui ou Parents' Hearts de Chun Kim en sont des bons exemples, tout en étant le haut du panier de ce type de productions.

Les choses auraient pu demeurer ainsi pendant longtemps mais un évènement changea la donne. En 1967, la télévision fit son apparition à Hong Kong. Le public jusqu'ici habitué des films cantonais abandonna rapidement son ancien loisir pour embrasser la petite lucarne et sa séduisante gratuité.

Le cinéma cantonais ne se rendit toutefois pas sans combattre. Une nouvelle génération de cinéaste apparut en son sein et déploya d'importants efforts pour en renouveler le contenu thématique et améliorer ses standards techniques. Les hommes à la pointe de cette tendance furent les réalisateurs Chor Yuen et Patrick Lung. Story of a Discharged Prisoner et Teddy Girls, tous deux par Lung, furent assurément ce que le cinéma cantonais donna de meilleur à cette époque.

La lutte était malheureusement vaine et, malgré tous les efforts consentis, le cinéma cantonais expira définitivement au début des années 1970... La Cathay mourut durant la même période, laissant le champ libre à une Shaw Brothers soudainement toute puissante. Mais le studio de Run Run Shaw créa sa propre concurrence quand Raymond Chow, accompagné de bon nombre de réalisateurs, acteurs et techniciens, quitta la firme pour fonder sa firme, la Golden Harvest.

Ces luttes commerciales ne changèrent pas grand chose au monopole linguistique nouvellement établi. Shaw Brothers et Golden Harvest produisirent ainsi toutes deux leurs films en mandarin. Ce fut le cas des Bruce Lee comme La Fureur du Dragon contrairement à beaucoup d'idées reçues sur le sujet.   

L'instrument coupable de la mort du cinéma cantonais fut aussi celui responsable de sa résurrection. La télévision donna sa chance à de nombreux artistes locaux, leur permettant d'exercer leur talent dans leur langue maternelle à l'image de Patrick Tam et la série CID. La mise en place d'une politique gouvernementale de reconnaissance d'une identité hongkongaise suite aux insurrections de 1967 se conjugua pour renforcer l'envie chez les artistes de faire un cinéma propre, spécifiquement hongkongais dans ses thèmes et dans son expression. Un des premiers hommes à affirmer cette volonté sur les grands écrans de la colonie Britannique fut le comique Michael Hui avec des films comme The Private Eyes.

 

The Private Eyes

 
La nouvelle vague, apparue à la fin des années 70, enfonça définitivement le clou avec ses Man on the Brink et autres Story of Woo Viet. Le cantonais était redevenu "in", ce fut au tour du mandarin d'être poussé vers la porte de sortie. La Shaw Brothers, studio majeur à avoir promu la langue **, l'abandonna définitivement durant la même période. S'ensuivit une longue période de domination culturelle sans partage du cantonais sur le cinéma local.

La rétrocession à la Chine de 1997 changea toutefois à nouveau la donne. L'intégration des deux industries cinématographique et la censure propre à la Chine continentale recréèrent de facto la division à l'œuvre dans les années 50/60 : Le mandarin se retrouva de nouveau la langue des films en costumes de toutes sortes tandis que le cantonais récupérait sa spécialisation dans les films contemporains. Et pourtant, il suffirait que la censure se relâche pour que le mandarin s'impose à nouveau, recréant la situation du début des années 70...

A croire que ce conflit linguistique au sein de l'industrie cinématographique hongkongaise est l'histoire d'un éternel recommencement ! 


** En dépit de quelques expérimentations ponctuelles du début des années 70, la firme (et surtout les réalisateurs cantonais de celle-ci) sentant le vent commencer à tourner
 
Page :  1  2   Top
Précedent :
Page 1 : La séduction d'un public plus large

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com