Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Interview Nicholas Chin : Magazine Gap Road
Réaliser Magazine Gap Road 1/1 - Page 1
Infos
Auteur(s) : Mounir Zekhnini
Thomas Podvin
Date : 7/12/2008
Type(s) : Interview
 
 Liens du texte  
Personnes :
Comfort Chan Kwong Wing
Nicholas Chin
Kui Wing
Wenders Li Tung Chuen
Jessey Meng Guang Mei
Richard Ng Yiu Hon
Elvis Tsui Kam Kong
Films :
Magazine Gap Road
 
< Précedent
Index
 
Suivant >
Page 2 : Casting et équipe exceptionnelles


La production indépendante, et visuellement soignée Magazine Gap Road explore le monde reclus du Peak. Le Peak est un lieu particulier à Hong Kong, et est un refuge pour la haute société. Pour son premier long métrage (il a fait un court auparavant, Taitai) Nicholas Chin a réuni des acteurs chevronnés (Elvis Tsui, Richard Ng, Jessey Meng et Qu Ying) des trois Chines et une équipe technique très talentueuse (le producteur Chiu Wah-lee, le monteur Wenders Li, le compositeur Chan Kwong-wing). Avec Magazine Gap Road, Chin a tissé un conte dans le monde glacé des riches Cantonais, des expatriés et des familles de Chine Continentale.

Il nous parle de ses choix et de l'industrie du film à HK.

Réaliser Magazine Gap Road

HKCinemagic : De nos jours il est très difficile de faire des films à HK, sans compter de rentrer dans ses frais au box office. Dans un tel contexte, quelle a été votre motivation pour tourner Magazine Gap Road ?
Nicholas Chin : Ma motivation en tant que jeune réalisateur est d'apprendre un métier, de développer un style et de construire une œuvre. Et aussi de raconter une histoire.

Pour les producteurs du film, il était crucial de contrôler les dépenses pour avoir une chance de rentrer dans nos frais. De plus, lors de notre travail préliminaire, nous voulions faire un film qui n'ait pas l'air d'être un petit budget indépendant typique, ni n'en donner l'impression, donc nous avons pris grand soin de faire un film à l'allure riche, stylé et différent, le tout avec un micro budget. Je pense que nous y sommes arrivés.

Un des avantages des films indépendants sur les films commerciaux est le temps. Sans la pression de sortir le film le plus vite possible en salle, sur la post production on peut se permettre d'atteindre les gens les plus talentueux, comme les monteurs, les ingénieurs du son, les coloristes. On attend qu'ils aient un peu de temps dans leur calendrier surchargé. Cela veut dire récupérer quelques heures ou jours entre deux engagements, souvent des postes de nuit, mais cela veut aussi dire qu'on peut avoir la meilleure personne pour collaborer avec nous. Pour eux, un projet indépendant leur permet d'essayer de nouvelles idées et de faire le meilleur film possible, qui soit aussi atypique. L'attente vous donne aussi du temps pour réfléchir sur le film convenablement.

 
HKCinemagic : Combien de temps vous a-t-il fallu pour achever Magazine Gap Road ?
Nicholas Chin : Magazine Gap Road a demandé trois ans de production. Environ un an et demi pour écrire et développer le script. Puis il y a eu le tournage ce qui était relativement rapide à cause du budget, puis plus d'un an de post production et puis ensuite vendre le film. Le film est une suite de mon court-mètrage Taitai, donc il était crucial de sortir ce long-mètrage.

Jessey Meng
HKCinemagic : Magazine Gap Road est un film indé. En réalisant le film, pensiez-vous en même temps à des méthodes indépendantes de distribution, et une bonne carrière dans les festivals, ou songiez-vous à une sortie commerciale ?
Souhaitez-vous continuer à faire des films indépendants ou faire des films plus commerciaux ?
Nicholas Chin : Honnêtement, je pense que la frontière entre ce qui est indépendant et ce qui est commercial est plus floue pour les films asiatiques, surtout avec les budgets par ici. Comment le film est accueilli ou qui le distribuera est hors de mon contrôle et y songer peut en fait pour un nouveau réalisateur être une distraction et plutôt destructif créativement parlant. Je me suis concentré uniquement sur ce qui fonctionnait ou non pour le film et l'histoire à raconter. On entend souvent des histoires sur les réalisateurs indés qui sortent de leur premier montage et réalisent en fait qu'ils ont un film commercial entre les mains, et d'un autre côté, des réalisateurs expérimentés (ou leur producteurs) réalisent que leur film marchera plus dans les festivals que dans les multiplexes. Il y a du vrai là-dedans.

Parce que faire des films (et j'en ai fait que deux) prend du temps, la décision la plus importante pour des projets futurs est de trouver un sujet qui vous plaise. Quelque chose qui m'obséde et avec laquelle je vis chaque jour pendant des années. C'est plus important que choisir entre indépendant ou commercial.

 
Page :  1   2  3  4  Top
Précedent :
Index
Suivant :
Page 2 : Casting et équipe exceptionnelles

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com