Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Interview Nicholas Chin : Magazine Gap Road
Un flair artistique 1/1 - Page 3
Infos
Auteur(s) : Mounir Zekhnini
Thomas Podvin
Date : 7/12/2008
Type(s) : Interview
 
 Liens du texte  
Personnes :
Comfort Chan Kwong Wing
Films :
Happy Together
In The Mood For Love
Infernal Affairs
Magazine Gap Road
My Blueberry Nights
 
< Précedent
Page 2 : Casting et équipe exceptionnelles
 
Suivant >
Page 4 : Nick Chin et le cinéma HK


HKCinemagic : La musique de Comfort Chan Kwong-wing est envoutante. Comment avez-vous collaboré ensemble ?
Nicholas Chin : Comfort Chan [le compositeur de la bande originale de la trilogie Infernal Affairs, ndlr] est très demandé donc nous savions tous deux que notre temps était limité quand on a commencé. Donc nous avons décidé d'aborder la musique de façon différente. On souhaitait avoir le sentiment d'une musique jouée en directe, comme les orchestres live des films muets, donc on a recréé cela en studio. On passait de longues scènes sur l'écran et Chan jammait dessus, improvisait au fur et à mesure que la scène se déroulait. On explorait ce qui marchait bien et on enregistrait constamment. Plus tard, il a fait quelques retouches avec certaines prises qu'on a utilisées dans le film. J'adore travaillé de cette façon ! C'est rafraîchissant et cela libère le style.
 
HKCinemagic : Magazine Gap Road est un film élégant et ressemble à peu de films de Hong Kong. La production value est excellente. Pourquoi avoir opté pour ce genre de visuels, puisqu'un tel niveau de sophistication est rare dans les films indés ?
Nicholas Chin : Merci, c'était une des questions qu'on se posait lorsque l'on a commencé : Pourquoi tous les films indés devraient se ressembler visuellement ?
HKCinemagic : La coloriste Deborah Huen, qui avait travaillé sur Happy Together et sur In The Mood For Love, a donné au film ce look spécial en réhaussant les couleurs ultra-saturées. Dîtes-en nous plus sur ce choix visuel.
Nicholas Chin : Il y a eu une erreur dans le dossier de presse -- Deborah s'est occupée de la couleur dans My Blueberry Nights et NON PAS Happy Together ou In the Mood for Love. Elle est très talentueuse et nous avons passé énormément de temps sur la couleur du film. Personnellement pour moi, la couleur est un plaisir visuel, elle peut émouvoir et c'est une des raisons pour laquelle on va au cinéma. Pour donner au film cette froideur distincte et cette richesse, il nous a fallu travailler sur les bleus et les pourpres, des couleurs qui sont apparues lors du tournage sur certains lieux et qui ne faisaient pas parties de notre gamme de couleurs initiales. Elles ont donné le ton pour toute l'ambiance du film.
HKCinemagic : Pensez-vous que le visuel de votre film pourrait évoquer les films de Wong Kar Wai ?
Nicholas Chin : C'est un maître et un original. Il y a une complexité et une sophistication visuelle dans chacun de ses plans de ses films qui appartient autant à la peinture qu'au cinéma. J'ai une formation en histoire de l'art, et j'ai toujours senti qu'il était autant un peintre qu'un réalisateur.
 
HKCinemagic : Une critique a dit que le film était un drame froid, manquant de chaleur. Vouliez-vous donner consciemment ce ton au film ?
Nicholas Chin : Magazine Gap Road se situe dans une partie de HK, au-dessus du centre ville, qui s'appelle le Peak, et c'est un monde très différent là-haut, pleins d'endroits de rencontre discrets, de demeures recluses et de gardes. Ca a son propre style, mais au final, c'est plutôt stérile, sans autant d'émotions que dans les rues fréquentées d'en dessous. Je voulais capter cette froideur glacée et montrer une autre facette de cette ville que j'aime.
 
HKCinemagic : J'ai lu que vous étiez également inspiré par Max Ophuls. De quelle manière ?
Nicholas Chin : J'ai vu et revu beaucoup de films d'Ophuls quand j'écrivais le script. J'adore la juxtaposition de couches, de beautés, les valses de Vienne, les robes de bals, etc. Mais sous cette beauté, les histoires sont brutales et concernent des personnages battus par l'amour.
HKCinemagic : Quelles ont été vos sources d'inspiration pour le film ? Le film a un sorte d'atmosphère de polar. Comment avez-vous conçu cela ?
Nicholas Chin : J'aime Paul Schrader. Ses films sont de vrais polars mais sont très contemporains, ce ne sont pas de simples polars. J'ai beaucoup regardé ses films comme Light Sleeper (1992), Comfort of Strangers / Etrange séduction (1990) et American Gigolo (1980). J'ai réalisé beaucoup plus tard qu'en changeant la couleur sur votre poste de télévision, ces films pouvaient avoir l'air de dater des années 1940.
 
HKCinemagic : Vous avez écrit le script vous-même. Avez-vous utilisé votre expérience personnelle pour créer ces personnages ?
Nicholas Chin : Je connaissais une des ces ex-maîtresses à HK. Je l'ai rencontrée bien après qu'elle ait quitté ce milieu. Mais un jour, quand nous étions ensemble, elle a reçu un coup de fil d'une de ses amies qui était toujours dans ce milieu. J'ai écouté leur conversation et j'étais surpris de la façon complétement différente dont mon amie parlait à ce moment, plus dure, plus froide. Et la fille à l'autre bout du fil avait des problèmes.

J'étais fasciné par la dualité entre mon amie que je connaissais et la personne que je voyais pour la première fois, celle qu'elle avait été dans sa vie passée. Ma vision des choses était immature alors, très noir et blanc. Prostituée, c'est mal, un membre distingué de la société, c'est bien. Mais après avoir entendu leur échange cet après-midi-là, j'ai réalisé que ce n'était pas si simple. Je voulais explorer ces zones de gris.

 
Page :  1  2  3   4  Top
Précedent :
Page 2 : Casting et équipe exceptionnelles
Suivant :
Page 4 : Nick Chin et le cinéma HK

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com