Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
He Chi Chiang

 
 
 
 
Autres noms : Mau Dui Fai
Mou Tun Fei
TF Mous
Mous Tun Fei
 
Date de naissance : 1/1/1941
Nationalité : Chine
Lieu de travail : Chine, Hong Kong, Taiwan
Activités : Réalisateur (10), Acteur (3)

Biographie

Né en Chine à Shandong en 1941, T. F. Mous quitte son pays natal pour Taïwan avec sa famille en 1949. Etudiant, il rentre à la National Taiwan Film Arts School mais s’avère rapidement peu assidu : d’une part, l’école ne dispose pas de moyens suffisants pour assurer correctement les cours de cinéma (très pauvre, elle n’est même pas équipée en caméra super 8…) ; d’autre part, T. F. Mous a trouvé un emploi d’assistant réalisateur dans des films de propagande anticommuniste (tel que Give Back My Country). A cette époque, il apprend la technique en passant des journées dans les salles de cinéma, armé d’un seul déjeuner froid, n’hésitant pas à regarder un long métrage huit fois de suite, voire en empruntant, contre un paquet de cigarettes, une bobine à un projectionniste. Avec ses amis, il dissèque alors la pellicule à la lueur d’une ampoule, image après image, et étudie ainsi l’art du montage.
Durant ces années de formation, T. F. Mous fait essentiellement ses armes au poste d’assistant, avant de voler de ses propres ailes et mettre en scène ses propres longs métrages.
Il enchaîne alors les mises en scène à un rythme effréné (information sujette à caution, on parle d’une centaine d’œuvres au cours de sa période taïwanaise...) et quitte finalement Taïwan en 1976 pour rejoindre Hong Kong et la mythique Shaw Brothers, toujours encline à embaucher des réalisateurs prolifiques.
Son premier projet pour la compagnie de Run Run est également son premier projet contenant des éléments de cinéma d’exploitation. Il s’agit d’un sketch du cinquième opus de la série à succès The Teenager's Nightmare - The Criminals, Part V (1977), intitulé Gun. T. F. Mous y décrit le parcours de deux jeunes gens qui découvrent un sac contenant une arme à feu, des munitions et une grenade, et de leur descente aux enfers. Si son sketch n’est pas dénué d’intérêt, il est malheureusement surpassé par celui de Kuei Chih Hung (qui narre les exactions d’un fou, violeur de très jeunes filles), pape de l’exploitation à la Shaw.
La même année, en bon « yes-man », T. F. Mous tourne une comédie romantique, Melody Of Love, puis, l’année suivante, un film d’action, Bank Busters.
1980 est riche pour le réalisateur qui met en scène trois longs métrages (un rythme classique pour les bourreaux de travail de la Shaw Brothers). Il débute par un film d’arts martiaux pétri de sadisme et, de ce fait très surprenant, A Deadly Secret. Nous y croisons un homme de loi peu scrupuleux et véritablement pervers (Yueh Hua) qui prend un plaisir certain à torturer régulièrement un prisonnier (Jason Pai Piao) sensé détenir un secret. T. F. Mous tourne ensuite un des deux sketches de Haunted Tales (l’autre réalisateur étant Chu Yuan), une œuvre riche en éléments d’exploitation et bénéficiant de la présence de Chan Shen qu’il retrouvera dans son film suivant. Son récit dépeint les déboires d’un perdant qui gagne à la loterie et voit sa vie considérablement changer pour le meilleur et surtout pour le pire… Son dernier film à la Shaw Brothers est certainement un des plus dérangeants de la vénérable compagnie : Lost Souls. T. F. Mous, sous couvert de critique sociale (l’arrivée des clandestins à Hong Kong et le rude traitement qu’ils reçoivent de la part des petites mafias locales), livre une pure œuvre d’exploitation décérébrée et déviante, pleine de sexe et d’outrages divers. Il s’agit là très certainement d’un de ses meilleurs films. Ne souhaitant plus réaliser de longs métrages de kung-fu, T. F. Mous décide de quitter la Shaw Brothers à la fin de l’année 1980.
En 1982, T. F. Mous part en Chine populaire pour y tenter sa chance. Las, le pays n’autorisant pas les œuvres sociales ou politiques, il doit se tourner vers les films pour enfant et réalise Young Heroes (1983), une gentillette comédie d’action. A l’occasion de ses voyages en terres chinoises, le metteur en scène s’intéresse de plus en plus à des événements historiques s’étant déroulés dans un lieu de sinistre mémoire, le camp d’expérimentation japonais numéro 731, en fonctionnement à Harbin pendant la Seconde Guerre Mondiale. C’est là que des scientifiques nippons, pour le compte de l’Armée Impériale et sous le commandement du Général Ishii, menaient des expériences biologiques sur la population chinoise ou des prisonniers de guerre. T. F. Mous s’empare du sujet et décide de réaliser un documentaire. Bien vite cependant, soi-disant devant le manque de preuves matérielles détruites à la fin de la guerre par les Japonais (ceux-ci filmaient les expériences et renvoyaient les pellicules au pays), le metteur en scène opte pour la reconstitution historique. A cet effet, il se documente grâce aux archives américaines auxquelles ils a accès par l’intermédiaire de sa femme (de nationalité américaine). Le film qui sortira de cette entreprise est rapidement devenu culte parmi les spectateurs avides de sensations fortes : cruauté animale, dissection d’un véritable enfant mort, tortures et morts atroces… Men Behind The Sun est le film de tous les outrages, une expérience difficile à ne pas mettre devant tous les yeux. Une fois de plus, T. F. Mous joue la carte de la réalité historique et se pose en dénonciateur (le Japon n’a toujours pas reconnu les faits et ne s’est donc pas excusé pour ces crimes contre l’humanité). Mais ne soyons pas dupes : l’hypocrisie est claire. Reste la maîtrise de l’image…
Six ans plus tard, de retour derrière la caméra, T. F. Mous dirige un film pornographique, Trilogy Of Lust. L’homme sait décidemment tout faire !
Désireux de retrouver le succès commercial de Men Behind The Sun et la renommée internationale associée, le réalisateur décide de poursuivre dans la même veine et met en scène les massacres (300 000 morts) commis pendant l’hiver 1937-1938 par l’armée japonaise dans la capitale chinoise de Nankin. Black Sun : The Nanking Massacre mélange ainsi images d’archives et recréations, et offre à nouveau aux spectateurs des séquences qu’il ne sera pas prêtes d’oublier. Le film sera malheureusement un échec et T. F. Mous ne pourra pas réaliser le dernier opus de la trilogie qu’il souhait créer sur les exactions nippones de la Seconde Guerre Mondiale. Intitulé No More War, ce film devait dépeindre la retraite japonaise de Mandchourie en 1945 ; on y aurait vu les civils tenter de se venger des soldats nippons en fuite puis massivement périr sous leurs balles et des bandes d’enfants chinois prendre à leur tour les armes après la mort de leurs aînés. Cruelle ironie, ce sera finalement le tâcheron bisseux Godfrey Ho qui se chargera de donner à deux occasions des fausses suites à Men Behind The Sun avec Laboratory Of The Devil / Men Behind The Sun 2 (1992) et Narrow Escape / Men Behind The Sun 3 (1994). Là, plus d’ambiguïté possible : le cinéaste recherche le sensationnel et fonce dans l’exploitation la plus vile (et vaine). Le talent et les moyens financiers n’étant pas au rendez-vous, le résultat est pitoyable.
Cela fait aujourd’hui près de quinze ans que T. F. Mous n’a pas tourné de film. Un retour sur le devant de la scène paraît bien compromis…

David-Olivier Vidouze (Décembre 2008)




T. F. Mous est un personnage quelque peu mystérieux et, au gré des interviews et autres publications sur le bonhomme, un certain nombre d’informations non vérifiées ont été récupérées. En voici certaines d’entre elles :

- Parmi les trois premiers films qu’il tourne à Taïwan deux seront censurés par le gouvernement (Don't Dare Tell You et End of the Track) et il ne porte pas le dernier dans son cœur (Fate Of A Woman, une histoire d’amour). T. F. Mous enchaîne ensuite les mises en scène à un rythme effréné (information sujette à caution, on parle d’une centaine d’œuvres au cours de sa période taïwanaise...) et décide de partir faire le tour de l’Europe dans les années 70 afin de s’échapper d’un pays qu’il trouve trop rigide. Il profite du voyage pour étudier l’économie du cinéma en France (université de Vincennes ?).
En 1976, il quitte l’Europe et se rend par voie terrestre à Hong Kong, utilisant vélo et auto-stop, périple qui durera 6 mois et lui coûtera 600 US$ ! Sur place, il commence l’écriture d’un livre mais est contacté par la Shaw Brothers : si aucun de ses films n’est sorti dans l’ancienne colonie britannique, ils ont circulé sous le manteau et l’homme s’est fait une petite réputation. Arguant qu’il a plein d’idées de scénarios en tête, T. F. Mous décroche un rendez-vous dès le lendemain avec Mona Fong afin de lui présenter un de ces derniers. L’homme s’étant engagé un peu rapidement, il ne lui reste plus qu’une nuit pour écrire quelque chose…
(Rapporté par Master Cyco)

- Après avoir quitté la Shaw Brothers, T. F. Mous a déclaré avoir mis en scène sa première œuvre vraiment personnelle, Snakeheads, prenant à nouveau comme thème central les réfugiés chinois à Hong Kong. (L’histoire est celle d’anciens Gardes Rouges qui entrent clandestinement dans l’ancienne colonie britannique après la Révolution Culturelle et sont contraints, pour survivre et envoyer de l’argent à leurs familles restées en Chine, de dévaliser des banques et autres bijouteries.) Envoyé en comité de censure, l'un des membres, un Canadien, aurait dit que le film était un des meilleurs vu ces dix dernières années... Il est aujourd’hui difficile de dire si Snakeheads a réellement existé ou s’il n’est qu’une affabulation du réalisateur, à l’occasion d’une interview au journal East Side Stories (N°3, hiver 1999).
(Rapporté par Master Cyco)
 
Haut 

Filmographie
 [ 1990 - 1980 - 1970 - 1960 ] 
 Listes alternatives par alpha / genre / année
 
Titre    ( HK -  Tous )    (  Fr. - Int. )  Année Activité
 
 Black Sun : The Nanking Massacre 1995 Réalisateur
 Trilogy Of Lust 1995 Réalisateur
 Camp 731   (Men Behind The Sun) 1989 Réalisateur
 Young Heroes 1983 Réalisateur
 Deadly Secret, A 1980 Réalisateur
 Haunted Tales 1980 Réalisateur
 Lost Souls 1980 Réalisateur
 Bank Busters 1978 Réalisateur
 Call girls   (Call Girls, The) 1977 Acteur
 Melody Of Love 1977 Réalisateur
 Teenager's Nightmare - The Criminals, Part V, The 1977 Réalisateur
 Greatest Fight 1968 Acteur
 Tiao Chan 1967 Acteur
 

 Article    Critique    Affiche/Galerie    Captures DVD    Bande Annonce    Captures DVD/Bande Annonce  
Haut 


Liens Article
 Liens Article Secondaires   (Afficher)
Haut

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com