Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Critiques Express

King Of Chess    (1992)
King of Chess fait partie, quoiqu'on en dise, des plus grandes réussites de l'oeuvre harkienne, en tant que producteur ou réalisateur (il est en effet souvent difficile de déterminer, dans ses productions, la part de liberté qu'a laissée Tsui Hark au metteur en scène "officiel"... et on sait que King of Chess a été desavoué par son réalisateur officiel, Yim Ho !).
Il a été tourné à une période de doute, cinq ans avant la rétrocession de Hong Kong à la Chine, alors que l'industrie locale était dans ses petits souliers face au grand frère chinois. Mais le scénario ne prend pas parti pour autant : les deux systèmes sont présentés comme des échecs dans leur façon d'appréhender l'être humain. Si la Révolution Culturelle a deshumanisé des couches entières de la société chinoise, si elle a détruit une culture ancestrale, fait perdre leurs repères et leur histoire à des millions de personnes, dressé des membres d'une même famille les uns contre les autres, la société capitaliste (symbolisée par Taïwan, terre d'exil de nombreux Chinois effrayés par 1997) est tout aussi terrifiante : pour s'enrichir, garder leurs acquis sociaux, des adultes n'hésitent pas à user et abuser des dons naturels d'un enfant, quitte à le blesser gravement.
Si les protagonistes jouent aux échecs tout au long du film, ils sont aussi des pions mus par un système qui les dépasse et les ignore.
L'interprétation est quasiment parfaite. Les seules faiblesses viennent des quelques traits d'humour qui, comme bien souvent, laissent un peu à désirer pour nous, spectateurs occidentaux.
La structure narrative du film est complexe (passages d'un récit à l'autre, flashes back...) mais brillante, mention spéciale au dernier quart d'heure qui met en parallèle Tony Leung Ka Fai jouant en aveugle contre huit personnes et l'enfant jouant contre un détestable homme d'affaires.
Une grande réussite !

A noter que le grand metteur en scène taiwanais Hou Hsiao Hsien tient le rôle de producteur associé.
David-Olivier Vidouze 8/31/2003 - haut

Index de la page
 8/31/2003 David-Oliv...

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com