Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Critiques Express

Ghostly Bus    (1995)
Talentueux artiste martial, Wilson Tong a montré beaucoup moins de virtuosité quand il est passé à la réalisation. Tout au plus a-t-il signé une poignée de séries B divertissantes comme Snake Deadly Act, All-Mighty Gambler ou Dangerous Duty. Mais le reste de sa filmographie consiste essentiellement en des œuvres médiocres. C’est particulièrement vrai de son registre de prédilection : Les films de fantômes. Auteur de près d’une dizaine de ces longs métrages fantastiques, Wilson Tong s’y distingue seulement par la pauvreté de ces œuvres. A sa décharge, il faut reconnaître que horreur fantastique et cinéma HK n’ont jamais fait bon ménage. Ce n’est en tout cas pas ce Ghostly Bus qui va nous convaincre du contraire.

L’appellation de film fantastique n’est d’ailleurs pas tout à fait adéquat. Car, comme bon nombre de films en provenance de HK, Ghostly Bus pratique le mélange des genres, meilleur moyen pour réunir un maximum de public et donc faire un maximum d’argent.
Ghostly Bus est donc essentiellement une histoire d’amour, celle qui unit Michael et Ling Ling. Le développement de cette romance est l’axe central du film et Wilson Tong y concentre une bonne partie de son métrage. Hélas, malgré sa volonté évidente de soigner son travail, Tong ne parvient jamais à rendre l’ensemble très prenant. Les raisons de son échec sont diverses. Le manque d’alchimie entre la toujours jolie Valerie Chow et le toujours fashion victim Simon Yam en est une. Les dialogues pesants et stéréotypés en sont une autre. On devine aisément que le faible budget (synonyme de peu de temps pour préparer le script et encore moins pour le tourner) est responsable d’une bonne partie de ces scories mais le résultat à l’écran est sans pitié.

Probablement inspiré par Rouge (avec lequel on ne le comparera pas, ça serait trop cruel pour le film de Tong), Ghostly Bus fait revenir d’entre les morts Ling Ling et avec elle une flopée d’autres esprits décédés dans le même accident. Or, si l’aspect romance du film n’était pas très convaincant, il avait au moins l’avantage d’être essayé avec cœur, ce qui n’est pas le cas du versant fantôme du film. Tong y rabbache tout ce qui fait la médiocrité des films d’horreur HK. Il serait grand temps qu’on dise aux réalisateurs de l’ex-colonie spécialisés dans le genre qu’un éclairage verdoyant sur un visage en gros plan vaguement maquillé n’est pas suffisant pour faire peur ! Pourtant, l’introduction du film avec de mystérieux fantômes donnant une représentation d’opéra dans le fameux bus du titre laissait augurer d’une meilleure inspiration de la part du réalisateur. La suite ne sera que déception sur déception avec effets de montage prévisibles (la première rencontre entre Hero et Ling Ling), situations pseudo angoissantes très mal amenées (toutes les manifestations surnaturelles au sein du bus) ou attaque fantomatiques ridicules (le conducteur du bus qui fait son Freddy Krueger du pauvre). Décidemment, l’horreur à Hong Kong, ça ne fait pas partie des spécialités locales.

Le reste de Ghostly Bus est occupé par les démêlés que connaît Michael avec les triades. Tong s’y montre en terrain connu et concocte toutes les séquences attendues : torture de l’ami du héros, scène d’action dans un entrepôt et autres gimmick du genre (Michael qui utilise une lame de rasoir cachée dans sa bouche comme arme). L’ensemble est sans génie mais professionnel, à l’image de la prestation de Simon Yam.

Pour aussi moyen que soit Ghostly Bus, le film avait réussi à trouver son public lors de sa sortie en 1995. Il est cependant fort peu probable que beaucoup de personnes chercheront à le voir sur le marché de la vidéo. Il est des Bus qu’il vaut mieux parfois éviter…
Arnaud Lanuque 9/11/2005 - haut

Index de la page
 9/11/2005 Arnaud Lan...

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com