Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Critiques Express

Painting With Human Skin    (1999)
La catégorie 3, antichambre de l’extrême, reste avant tout l’antichambre des films médiocres. L’appât du gain n’incite pas à produire de grandes œuvres, Painting with Human Skin peut être vu comme un précurseur de ces films minables. Titre alléchant, affiche prometteuse et contenu vide, voilà qui rappellera des souvenirs à ceux qui se sont cassé les dents lors de leurs obscures et infructueuses recherches

Tout comme mauvais Cat3 qui se respecte, il ne faudra pas attendre grand chose en dehors des scènes d’ouverture et de clôture. Tout juste un gunfight incroyablement cheap et un viol pour faire bonne mesure. Le reste se compose d’incessants flash-back (élément typique des Cat3), de romance mielleuse, de belles filles et de badguy très laids. Painting with Human Skin, qui est en fin de compte plutôt un polar, doit sa place dans ce dossier grâce à sa scène phare très Cat3 dans l’esprit comme dans la pratique: un meurtre suivi d’un dépeçage et d’un démembrement.
Même mise en scène esthétisante, même atmosphère glauque.

Ce qu’il y a de formidable avec Painting with Human Skin, c’est que malgré un scénario au ras des pâquerettes, on réussit à n’y rien y comprendre. Certains enchaînements de scènes frôlent le surréalisme, et une fois le « film » fini, on se demande encore de quoi il était vraiment question : Mais d’où sortent donc ces gangs qui s’entretuent pour un tableau qui n’est même pas commencé? Pourquoi la femme du peintre a t’elle tué et découpé la peau de la victime? Et d’ailleurs pourquoi un tel titre?

Painting with Human Skin est définitivement mauvais et accumule tellement de défauts qu’il en finit par être sympathique. Comme disent si bien les anglo-saxons: « a pretty good no-brain waster ». Un met délicat à réserver toutefois aux palais les plus robustes et exercés.
Martin Vieillot 8/17/2004 - haut

Index de la page
 8/17/2004 Martin Vie...

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com