Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Critiques Express

Le Violent kid du karaté    (1975)
1975 : Deux ans après la mort du petit dragon, la bruceploitation est un genre qui devient de plus en plus en porteur (voir le succès grandissant des films avec Bruce Li à Taiwan). Si certains films ne se revendiquent pas en tant que tels, on peut facilement les rapprocher par la ressemblance des acteurs principaux avec leur modèle où la reprise de certaines de ses mimiques. De tous les acteurs à avoir joué dans des Bruceploitation, Bruce Leung est le plus talentueux. Non pas lorsqu’il copie bêtement Bruce Lee (Dragon lives again par exemple est un navet insupportable) mais quand il joue dans des films ou il est le héros, quand il se bat avec pratiquement plus de talent que Bruce Lee (ses coups de pieds sont dévastateurs). Bruce Leung fait parti de ces acteurs qui comptent à leur actif plus de mauvais films que de bons. Mais lorsqu’ils sont réussis, ils ne le sont pas qu’à moitié (Ten tigers of shaolin, Broken oath)

Little super man
constitue le meilleur film de Bruce Leung. A l’époque l’homme est l’acteur vedette du réalisateur Ng See Yuen qui le fera jouer dans des pseudo Bruceploitation comme Kidnap in Rome. Ensemble, Ng See Yuen à la réalisation et Bruce Leung à la chorégraphie, ils vont mettre sur pied un film de kung fu où les méchants sont encore une fois les Japonais et où le héros peut s’apparenter à un clone de Bruce Lee.

Jusque là rien de bien palpitant il est vrai. Mais, fruit du hasard, la collaboration entre les deux hommes va se montrer incroyablement productive. Au vu du résultat, on suppose qu’ils ont dû travailler très étroitement ensemble, tant les combats sont spectaculaires.

Il faut bien l’avouer, l’histoire de Little super man n’est que prétexte à accumuler les scènes de combat. Les Japonais mettent sur pied un complot pour déstabiliser la Chine. Mille fois vu. Là où le film prend ses distances avec d’autres productions du même acabit, c’est dans l’action.
Bruce Leung est un combattant incroyable et fait preuve d’une telle puissance dans ses coups que l’on ne peut qu’être hypnotisé lorsqu’il entre en scène. L’acteur dépasse même le stade du simple type s’apparentant à Bruce Lee en composant un solide gaillard avec ses propres attitudes. Son personnage est à la fois un baroudeur et le solide patriarche d’un petit groupe de bagarreurs composé de Hon Kwok Choi, Meng Hoi et Ng Ming Tsui, qui apportent une petite touche comique au film.

Tout ce petit monde va se retrouver à faire face aux Japonais menés par James Nam, acteur qui donnera le meilleur de lui-même dans Little super man. Et ne tournons pas plus autour du pot, ceux qui se demandent de quel film provient l’extrait final du documentaire Top fighter peuvent arrêter de chercher : Le combat Bruce LeungJames Nam est apocalyptique, barbare, spectaculaire, affolant. Pendant plus de dix minutes, les deux hommes s’envoient des coups dévastateurs, Bruce Leung effectue des coups de pieds sautés monstrueux, les bruitages sont décuplés pour donner une impression de puissance, cette scène est l’une des plus grandes du cinéma d’arts martiaux.

Little super man est un bon film de kung fu dont la grande attraction réside dans sa scène finale qui, une fois visionnée, reste en mémoire.
Tout amateur de films d’arts martiaux se doit d’avoir vu ce morceau d’anthologie.
Denis Gueylard 4/4/2007 - haut

Index de la page
 4/4/2007 Denis Gueyl...

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com