Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Critiques Express

La Vengeance d'une courtisane    (1984)
Douze ans après le succès phénoménal en 1972 de Confessions intimes d'une courtisane chinoise avec Lily Ho dans le rôle titre de Ai Nu, Chu Yuan réalise lui-même ce remake en 1984. Il explique qu'il n'aime pas tourner deux fois le même film, ainsi il modifie un peu l'esprit de l'œuvre, nuance et inverse les rôles existants.

Dans l'original, la prostituée Ai Nu est assoiffée de vengeance et son bourreau de partenaire homosexuelle Lady Chun profondément monstrueuse dans ce rôle secondaire. Dans le remake Lust For Love Of A Chinese Courtesan, Chu Yuan atténue l'aspect de vengeance et supprime l'effet gore des bras coupés sanguinolents présent dans l'original. Quoiqu'au début du remake, Candice Yu a tout de même sectionné le bras d'un brigand à coup de sabre. Une hypothèque pour la marque de fabrique sans doute !

Le cinéaste fait de Lady Chun un personnage principal, plus étoffé avec des flash-backs qui relatent son passé, ce qui lui donne une dimension plus humaine. Est-ce directement lié au statut de star de Candice Yu, l'ex-femme de l'acteur Chow Yun-fat ? En tout cas, le jeu de l'actrice se révèle tout en nuance. À l'écran, elle personnifie merveilleusement cette femme fatale, égocentrique, cupide, égoïste, cruelle et narcissique. En même temps, elle humanise le personnage de la maquerelle avec ses moments de désarroi et d'égarement lorsque son lourd passé de victime la rattrape. Lady Chun, ici transformée en bisexuelle est tourmentée par son double amour pour Ai Nu et Xiao Ye. Chu Yuan saisit la trame de triangle troublant pour agrémenter son remake d'une pléthore de scènes sexuelles assez explicites.

Par exemple, le cinéaste filme une séquence pour le moins curieuse qui alterne en parallèle le déroulement du meurtre et l'acte sexuel entre Lady Chun et Xiao Ye. A l'instant précis où ce dernier enfonce l'épée dans le cœur de l'enquêteur, la maquerrelle pousse un cri d'orgasme ! Lorsque Ai Nu et Lady Chun s'adonnent aux plaisirs lesbiens, Xiao Ye, humilié et troublé, se livre à des plaisirs solitaires, et tout se termine par une pluie sensationnelle...!

Autant dire que le remake dérive vers une œuvre purement érotique au détriment de l'essence de l'original qui mêle suspense, manipulation, vengeance et meurtres en série.

Dans ce remake, la belle actrice taiwanaise Nancy Hu succèdant à Lily Ho ne retrouve pas la hargne de son aînée mais livre néanmoins une prestation honnête. Dommage que l'acteur Alex Man Chi-leung qui remplace Yueh Hua dans le rôle de l'officier Ling Yun soit réduit au rang de guest-star.

L'intérêt du film réside dans l'évolution de Ai Nu. La prostituée à l'âme blessée par son amour, l'officier Ling Yun qui la rejette à cause de sa profession, transcende son mal être en couchant avec Xiao Ye pour provoquer Lady Chun. La maquerelle aveuglée par sa possessivité, détruit tout ce qui entrave son chemin : la relation de Ling Yun et Ai Nu, ainsi que Xiao Ye. Elle continue à utiliser sa maîtresse Ai Nu pour satisfaire les clients haut placés pour assurer l'avenir du bordel. S'aiment-elles vraiment ? Finalement, qui divise pour mieux règner ?

Dans Lust For Love Of A Chinese Courtesan, Chu Yuan ne lésine pas sur les moyens pour rendre les scènes esthétiques (les décors sont somptueux) grâce à un savoir faire maintes fois éprouvé. Un film qui se laisse regarder avec plaisir mais demeure inférieur à l'original Confessions intimes d'une courtisane chinoise de 1972.
Chris Violet 5/2/2004 - haut

Index de la page
 5/2/2004 Chris Viole...

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com