Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Critiques Express

La Furie du maître de kung-fu    (1979)
Candidat à l'élection du film d'arts martiaux asiatique au titre français le plus ridicule et le moins adapté, La Furie Du Maître Du Kung Fu, qui nous vient de Taïwan, nous montre combien en 1978 les cinéastes de cette ville éprouvaient le désir de faire aussi bien que leurs cousins hong kongais de la Shaw Brothers. Alors que les films de sabre et de kung fu de Chang Cheh et Liu Chia-liang (pour ne citer que deux des plus connus et talentueux officiant pour la Shaw) attirent dans les salles les spectateurs hong kongais par centaines, le réalisateur Wu Man Cheung s'est sans doute dit "pourquoi pas moi ?" comme beaucoup d'autres cinéastes. Nous verrons que La Furie Du Maître Du Kung Fu n'est pas un de ces films fauchés et bâclé, bien qu'il ne puisse éviter de tomber dans des pièges, qu'un expert en kung fu déjouerait sans la plus petite des difficultés.

Pour commencer par les points noirs (et finir sur les touches positives), il faut reprocher à ce brave Wu, qui s'est peut-être muni d'un scénariste qui n'a pas inventé la poudre, d'avoir cru qu'une banale histoire de vengeance de leur famille par une jeune fille et son frère ferait l'affaire et qu'il suffirait de rajouter des combats pour que le spectateur soit content. L'histoire est définitivement trop simple, et le manque de surprise si peu compensé par les scènes d'action qu'on est en droit de se sentir pris pour des idiots. La vengeance, même au coeur d'une faible intrigue comme celle-ci, a toujours été un thème nourrissant pour qui sait s'en servir dans un film d'arts martiaux, ce genre ne demandant généralement pas de scénario compliqué. Mais le manque de retournements de situation, la progression rectiligne de l'histoire viennent s'ajouter à des dialogues peu recherchés.

Il va falloir trouver un autre défaut à ce petit film qui se présente sans aucune prétention, et ce seront les dialogues. Je préfère dès le départ dire que j'ai vu le film en version française, et que j'ai donc manqué la beauté du mandarin en plus de subir un doublage français souvent peu réussi (le beau nom chinois du personnage de Lily Li est prononcé en français et d'une voix brutale "Pied d'Grue", quelle finesse !). Toujours est-il que si les dialogues en langue originale sont les mêmes qu'en français, ils n'atteignent pas des sommets d'inventivité. Les personnages reformulent souvent leurs phrases inutilement, ou ne font que déclarer des choses évidentes, semblant vouloir faire passer le temps. La version française, par certaines voix de doublures ridicules, confère un aspect comique à ces scènes de dialogues qui ne font que meubler. Dans ces cas-là, on peut se permettre de fermer les yeux dans la plus grande insouciance : on ne risque pas d'être noyés dans la complexité.

Si l'on a lu le titre du film, on est en droit de s'attendre à des scènes de combats. Ces derniers ont beau être faibles à côté de ce que montraient les talents de la Shaw à la même période, ils ne sont quand même pas ridicules. Si bon nombre d'attaques et de défenses sont assez molles et débarrassées de spontanéité, il faut reconnaître à certains échanges de coups une qualité chorégraphique. Les affrontements sont trop peu nombreux au cours du film, compte tenu de ce qu'on nous montre d'inintéressant par ailleurs, mais La Furie Du Maître Du Kung Fu nous offre un combat final comme tout film de kung fu qui se respecte doit en comporter.

Au niveau de l'action on décèle les traces de l'influence des kung fu pian hong kongais - pas étonnant me direz-vous puisque les chorégraphes ont travaillé à HK- qui demeuraient à cette époque un modèle à suivre. Si l'on note le pompage d'un plan mémorable de Way Of The Dragon (Bruce Lee abaissait la tête de son adversaire vers lui, son sabre retombait et transperçait le dos du vilain- même chose avec Lily Li), Wu Man Cheung n'a pas du passer à côté des films du maître Liu Chia-liang, en filmant quelques scènes d'entraînement très sympathiques, et même avec mannequin pour apprendre les techniques mortelles.

Le réalisateur n'a pas voulu faire les choses à moitié, en invitant au casting Lily Li et Lo Lieh, deux stars de la Shaw. Les costumes et décors sont aussi soignés, et si le scénario a été expédié en deux lignes, on ne peut pas dire que Wu ait bâclé la mise en scène. Les mauvaises langues qui rabaissent les films de kung fu autres que hong kongais pourront toujours affirmer que le film ne tient à peu près la route que grâce à l'équipe hong kongaise (acteurs, chorégraphes), cette Furie reste furieusement divertissante !
Florent d'Azevedo 7/11/2004 - haut

Index de la page
 7/11/2004 Florent d'...

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com