Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Roy Horan

 
 
 
 
Autres noms : 路易士
路易斯
Lou Yi Si
Lu Yi Shi
Lu Yi Si
 
Nationalité : USA
Lieu de travail : Hong Kong
Activités : Réalisateur (1), Assistant-réalisateur (1), Producteur (2), Chorégraphe (1), Scénariste (1), Acteur (6), Brève apparition (1), Directeur de Production (1)

Biographie

Expert en karaté et disciple du super-kicker coréen Hwang Jang Lee, Roy Horan a fait sa petite marque dans le cinéma kung-fu par la nature excentrique de la poignée de rôles qu’il a joué et qui l’auront distingué de la plupart des fiers à bras martiaux occidentaux habituellement utilisés. Hors du grand écran, il aura également joué un rôle non négligeable dans la production et la diffusion de films d’action hongkongais en occident en servant de distributeur et d’homme à tout faire pour le producteur/ metteur en scène indépendant Ng See Yuen et sa compagnie Seasonal. C’est en tant qu’associé de Ng qu’il aura notamment contribué à faire découvrir quelques talents kung-fu occidentaux dont Loren Avadon et Jean Claude Van Damme.

Roy Horan aura connu une vie passablement aventureuse bien avant de commencer à faire des films kung-fu. Né au Maryland, ce fils d’un marine de la Navy américaine transféré dans une base militaire au Panama Roy passe une partie de son enfance au milieu d’une jungle tropicale, ce qui lui à laissé une appréciation durable pour la nature. Arrivé à la jeune adolescence, désirant devenir prêtre, il passe quelques années à un séminaire où il apprend discipline et concentration. De retour dans le secondaire, il fait du sport et du théâtre amateur puis inscrit à l’Université de Rhode Island où il étudie la littérature anglaise et américaine, de même que de nombreuses branches scientifiques. Ces années d’université l’auront également initié aux philosophies orientales notamment le zen alors très en vogue dans les campus américains.

Ces études universitaires achevés, Roy part à l’aventure dans le grand nord canadien. Il est d’abord le chef d’une fouille archéologique pour l’université d’Alberta. Ensuite, avec un ami il remonte le grand fleuve Mackenzie sur plusieurs centaines de km en canoë puis pendant deux années mène la vie rude et solitaire d’un chasseur trappeur dans les territoires du Nord Ouest. Toutes ces expériences joueront un impact décisif sur son physique et son caractère.

De retour à la civilisation, il décide de se lancer dans une nouvelle aventure, devenir un expert martial en se rendant en Japon, un intérêt qu’il aura développé selon ses dires après avoir vu le Big Boss de Bruce Lee. Il s’inscrit d’abord à un dojo de Goroju karaté à Tokyo mais enfin de compte il s’oriente plutôt ensuite vers le Shorinji Kempo un style plus sophistiqué et profond à ses yeux jusqu'à devenir une ceinture noire. Roy décide ensuite de poursuivre ses études en arts martiaux à Taiwan et devient le disciple du Sifu Larry Tan. Or ce dernier entretient quelques liens avec des cascadeurs et chorégraphes faisant du cinéma kung-fu alors en pleine vogue. Se rendant sur un plateau de tournage avec son sifu Roy est invité à faire une brève apparition comme gweilo martial de service se faisant rosser par le héros chinois. Il a du faire une forte impression car on le réinvite plus tard à jouer d’autres gweilos combatifs dans le même film un faux film Bruce Lee intitulé Bruce Lee’s Secret. A ce moment Roy n’envisage aucunement de faire carrière au cinéma, il fait juste cela pour rendre service. Sa participation au film lui permet cependant de croiser un artiste martial nommé Hwang Jang Lee qui l’impressionne fortement avec sa prodigieuse technique de taekwondo

Initialement, ne parlant pas de langue commune, Roy et Hwang parviennent néanmoins à communiquer par leurs expertises communes en arts martiaux, et après plusieurs mois Hwang accepte Roy comme disciple. Il sera entraîné de manière rigoureuse pendant deux ans et fera de Roy un combattant martial au fulgurant coup de pied. Vers la même période, Roy est invité a joué un rôle de soutien important dans une nouvelle production kung-fu intitulée The Snuff Bottle Connection : celui d’un diplomate russe expert kung-fu impliqué dans une conspiration anti-chinoise. C’est à ce moment que Roy fera une autre rencontre cruciale avec Ng See yuen le planificateur du film et à l’époque un des plus importants producteurs et metteur en scène indépendant du cinéma kung-fu ayant fondé sa propre compagnie la Seasonal.

Ng See Yuen emploie Hwang Jang Lee depuis plusieurs films déjà mais juste dans des productions « made in Taiwan ». L’amenant avec lui à Hong-Kong il cherche à promouvoir son protégé en proclamant qu’il peut battre n’importe qui et invite quelconque challengers à venir le défier dans un combat à mort. En tant que disciple de Hwang, Ng propose à Roy d’être le combattant préliminaire testant la valeur du challenger avant de venir se mesurer au maître. Roy accepte mais bien qu’un challenger se présente et qu’un combat est organisé à grand renfort de publicité, l’événement n’aura pas lieu la police ayant intervenu pour y mettre fin.

A ce stade, Roy n’a aucune intention de continuer le cinéma et se prépare même à retourner à Taiwan. C’est alors que Ng See Yuen lui fait une seconde proposition, celui d’un rôle secondaire dans sa prochaine production : une kung-fu comédie intitulée Snake in The Eagle Shadow mettant en vedette Hwang dans le rôle du méchant et Jackie Chan dans celui du héros. Barbu et élancé, Roy a une certaine allure « à la Jésus » qui est utilisée d’astucieuse façon puisqu’il y apparaît d’abord comme missionnaire venu prêcher la bonne parole en Chine, ce qui donne quelques bon moments comiques. Or quelques scènes plus tard voilà que le missionnaire se révèle être en fait un assassin déguisé, une révélation complètement loufoque dans le contexte du film. Grâce à sa propre expérience au théâtre, Roy joue son rôle selon la manière extravertie propre au style de jeu d’acteur chinois sans verser dans la caricature aussi inepte que disgracieuse qui est le propre de la plupart des fiers à bras occidentaux présentés habituellement dans les productions kung-fu asiatiques. Le missionnaire assassin réapparaît à la fin du film pour affronter Jackie en tant que combattant préliminaire. S’étant déboîter l’épaule suite à une cascade ayant mal tourné, Roy continue néanmoins de se battre pendant deux jours d’affilée en utilisant un sabre et un usage parcimonieux de coups de pied.
Roy contribue également à Snake d’une autre façon, suggérant à Ng See Yuen la scène de l’affrontement entre le chat et le serpent qui permet au personnage de Jackie d’améliorer son style de combat, une scène qui selon Roy permettra au spectateur occidentaux de mieux saisir la philosophie derrière la pratique martial. Ironiquement cette scène est en grande partie coupée dans de nombreuses versions du film diffusés en occident pour raison de cruauté animale.

Ng See Yuen n’aimant pas semble t’il faire affaire avec des distributeurs étrangers, il demande à Roy probablement parce qu’il est l’occidental qu’il connaît le mieux, de faire un deal de vente de film avec un distributeur anglo-indien. Même si il n’a aucune expérience dans ce domaine, Roy s’avère être un vendeur sagace et audacieux qui réussit à vendre les films plusieurs fois au dessus du prix courant. Initialement Ng See Yuen n’en revient pas, mais après avoir testé Roy à d’autres occasions il n’y a plus de doute sur ces capacités et il l’engage à titre permanant en tant que directeur de distribution de sa compagnie.

Séjournant en Europe, Roy à la demande de Ng See Yuen, fait des recherches de lieux de tournage appropriés pour un nouveau projet de film « Tower of Death » et teste aussi la possibilité d’utiliser un lion dans un combat martial en rencontrant un célèbre dompteur Italien. L’expérience s’avérera non concluante. En fin de compte, les lieux européens suggérés par Roy ne sont pas retenus puisque Tower of Death sera tourné en Asie à la fois au Japon et dans un temple bouddhiste coréen. Roy se voit néanmoins échu un rôle important dans le film : celui de Lewis, un riche et mystérieux artiste martial américain qui détient la clé du mystère au centre du film. Personnage haut en couleur au tempérament volatile et amateur de viande crue, Roy Horan n’a aucune peine à dominer chacune des scènes dans laquelle il apparaît. Il a droit aussi a combat contre des challengers coréens, ce qui permet à Roy de démontrer toute l’adresse et la férocité de sa maîtrise martiale sans avoir à finir rossé et vaincu par le héros chinois.

Pour Roy, il s’agit là non seulement de son ultime combat au cinéma mais également de son dernier rôle important. Bien qu’il fasse encore quelques petites apparitions dans une poignée de films (Ring of Death et Gun is Law), l’essentiel de son travail consistera désormais à la production ou la distribution pour la Seasonal. Il fonde même sa propre compagnie de production vidéo en association avec Ng See Yuen et en profite pour produire et mettre en scène un film didactique centré sur les techniques martiales de son maître Hwang Jang Lee intitulé the Art of High Impact Kicking. Pour ce film, Roy met non seulement son expérience martiale à profit mais également ses connaissances en sciences pour mettre en évidence l’approche singulière de Hwang dans ses techniques de coups de pied. Les connaissances scientifiques de Roy, sa propre expérience en tant qu’acteur kung-fu et son sens de l’humour sont également mis à profit dans un article qu’il rédige pour la revue américaine Inside Kung-Fu intitulé « How to Fight Your way into Kung-fu Fighting » et qui explique en détail l’approche utilisée par les cinéastes hongkongais pour filmer leurs scènes d’action si dynamiques.

The Art of High Impact Kicking marque l’apogée de la relation entre Hwang et Roy, puisque quelques temps plus tard Hwang quitte Seasonal pour poursuivre sa carrière sous d’autres cieux. Pourtant, quelques années plus tard, la carrière de Hwang s’étant étiolée, Roy utilise quelques un de ses contacts à Taiwan pour relancer la carrière de Hwang sur l’île et ce dernier apparaîtra dans plusieurs séries TV locales.

En 1985 le succès rencontré par le film Karaté Kid mène Ng See Yuen à vouloir tenter l’aventure américaine, c’est à dire produire un film d’action à la hongkongaise mais situé en Amérique et mettant en vedette des occidentaux. Il envoie donc Roy Horan aux USA afin d’établir des contacts utiles, faire du repérage de même que du recrutement c'est-à-dire trouver des artistes martiaux susceptibles de pourvoir faire du cinéma. Parmi les candidats entrevus on retient Kurt McKinnley et un jeune kickboxeur belge Jean Claude Van Damme respectivement le héros et le méchant dans No Retreat No Surrender dont le scénario combine des éléments de Karaté Kid, Rocky IV et même les film clones de Bruce Lee (le protagoniste étant inspiré par nul autre que le fantôme du Petit Dragon). Le succès amène Ng See Yuen à produire quelques années plus tard No Retreat No Surrender II mais avec un casting et une histoire tout à fait différent, le film s’inspirant surtout de la série guerrière de Chuck Norris Portés Disparus (Missing in Action) et étant tourné en Thaïlande. A cette occasion, Roy contribue à nouveau à faire découvrir une poignée d’autres nouveaux venus martiaux occidentaux; Loren Avadon, Max Thayerr et Mathias Hues. Cynthia Rothrock et Hwang Jang Lee font également partie du générique. Cette fois ci, Roy est bien davantage impliqué dans le film puisque mis à part le casting il produit et réalise les scènes dramatiques du film (alors que Corey Yuen s’occupe des scènes d’action). Il joue également un petit rôle : son ultime apparition au cinéma.

No Retreat No Surrender II marque le point d’orgue de la carrière de Roy à la Seasonal et de sa collaboration avec Ng See Yuen. Ayant des vues divergentes sur la direction à suivre pour le marché de la distribution internationale, les deux partenaires décident de se séparer. Roy ne quitte pas le milieu du cinéma hongkongais pour autant. Il est ainsi impliqué dans la production de Shanghai 1920 et pour un temps cherche à monter un projet de film avec Ronny Yu qui n’aboutira pas. Finalement, Roy décide de quitter le monde du cinéma bien qu’il conserve encore quelques contacts et devient professeur à l’université de Hong-Kong. Il s’est converti à la pratique du yoga et est également devenu végétarien. En 2002, Bey Logan entre en contact avec lui et ils font ensemble un commentaire pour l’édition DVD produite par H-K Legend de Tower of Death qui est aussi accompagnée d’une longue interview de Roy dans laquelle ce dernier raconte en détails sa vie et sa carrière dans le cinéma martial et hongkongais.

Yves Gendron (Août 2006)

Pour plus de détails sur la vie et la carrière de Roy Horan voir la longue entrevue faite par notre collaborateur Arnaud Lanuque.
.
Sources:
Edition DVD de Games of Death 2 produite par H-K Legend.
Entrevue avec Roy Horan conduite par rnaud

« How to Fight Your way into Kung-fu Fighting » pouvant être trouvé sur le net à l’adresse suivante : http://www.web-vue.com/fight1.htm
 
Haut 

Filmographie
 [ 1990 - 1980 - 1970 ] 
 Listes alternatives par alpha / genre / année
 
Titre    ( HK -  Tous )    (  Fr. - Int. )  Année Activité
 
 Shanghai 1920 1991 Directeur de Production
 Karate Tiger 2   (No Retreat, No Surrender 2 : Raging Thunder) 1989 Assistant-réalisateur, Producteur, Scénariste, Brève apparition
 Gun Is Law 1983 Acteur
 Art Of High Impact Kicking 1981 Réalisateur, Producteur, Chorégraphe
 Jeu de la mort 2, Le   (Tower Of Death) 1981 Acteur
 Ring Of Death 1980 Acteur
 Chinois se déchaîne, Le   (Snake In The Eagle’s Shadow) 1978 Acteur
 Snuff Bottle Connection 1977 Acteur
 Story of the Dragon   (Bruce Lee's Deadly Kung Fu) 1976 Acteur
 

 Article    Critique    Affiche/Galerie    Captures DVD    Bande Annonce    Captures DVD/Bande Annonce  
Haut 

Galerie
 
 Images de Roy Horan :  (Masquer)
Karate Tiger 2
Gun Is Law
Le Jeu de la mort 2
Ring Of Death
Le Chinois se déchaîne
Snuff Bottle Connection
 
 Autres images de Roy Horan :  (Masquer)
Karate Tiger 2 (1)
Le Jeu de la mort 2 (9)
Ring Of Death (1)
Le Chinois se déchaîne (5)
Snuff Bottle Connection (2)
 
Haut 

Liens Interview   (Masquer)
 
 Interview Roy Horan : acteur et producteur gweilo à HK (résumé)
Dossiers HK > Industrie du film > Gweilos, les étrangers dans le cinéma de HK
Auteur(s) : Arnaud Lanuque
Date : 13/3/2006
Type(s) : Interview
Page(s) : 1  - index
   
 
 
 Liens Interview Secondaires   (Afficher)
Haut

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com