Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Interview Eric Tsang Chi Wai
Cinema City 1/1 - Page 2
Infos
Auteur(s) : Gina Marchetti
Amy Lee
Thomas Podvin
Date : 14/12/2004
Type(s) : Interview
 
 Liens du texte  
Personnes :
Jackie Chan
Jackie Chan
Sam Hui Koon Kit
Sammo Hung Kam Bo
Teddy Robin Kwan
George Lam Chi Cheung
Bruce Lee
Dickson Poon Kik Sun
Tsui Hark
Barry Wong Ping Yiu
Raymond Wong Pak Ming
Films :
Mad Mission
All The Wrong Clues For The Right Solution
Le Flic de Hong Kong 2
La Danse du lion
Studios :
Cinema City & Films Co.
D&B Films Co.
Golden Harvest
Shaw Brothers
Lexique :
Kung Fu Comedy
 
< Précedent
Page 1 : Les débuts dans l’industrie
 
Suivant >
Page 3 : Les années 80, Mr Dynamite et Jackie Chan


HKCM : Fin 70/début 80, vous rejoignez Cinema City. Pouvez-vous nous raconter la façon dont vous avez commencé à travailler sur la série des Aces go Places ? (il a réalisé les deux premiers films).

ET : Jackie Chan et Sammo Hung voulaient que je vienne à la Golden Harvest. A cette époque, Jackie Chan tournait The Young Master (1980). A peu près au même moment je suis retombé sur Karl Maka, et il m'a demandé de venir à Cinema City. Il m'a demandé combien je voulais, j'ai donc dressé la liste de mes dépenses, ma voiture, ma femme, mon fils, et j'y ai ajouté environ 20.000 HK$. Je lui ai donné le chiffre et il a accepté, en moins d'une minute. J'ai donc dit à Jackie Chan que j'avais un contrat avec Cinema City. Je négociais avec lui depuis un mois, et avec Cinema City j'ai eu un contrat en moins d'une minute.

Ma première tâche a été de réaliser un film pour le Nouvel An chinois. Nous pensions faire un film similaire à Aces Go Places qui parlait de deux voleurs, l'un des deux était en prison, l'autre était en cavale, nous pensions qu'il serait formidable d'apporter un élément comique avec Sam Hui. C'était une très bonne histoire, nous pensions que ce serait un succès, mais il nous fallait plus. Le gros blockbuster de cet été était un James Bond. Il y avait des Bond girls, des courses poursuites, des gadgets, c'était très stylé. Nous voulions faire un film comme ça, mais avec en plus de la comédie. Je pensais à Young Master, sans filles, sans gadgets, sans nouveautés, juste des trucs à l'ancienne. Je me sentais capable de faire mieux, je me sentais vraiment comme dans une compétition. C'était comme si nous nous entraînions pour un match de boxe avec le champion du monde, car si nous battions ce champion, Jackie Chan, nous deviendrions importants. Je me sentais comme un boxeur. Tout le monde, Tsui Hark, Karl Maka étaient comme des boxeurs à l'entraînement. Nous étions comme une famille en train de tourner Aces go Places. Nous avions une formule comique, avec des filles et des effets spéciaux.



My Lucky Stars (Le Flic de HK) avec Richard Ng, Eric Tsang, Charlie Chin, Samo Hung & Stanley Fung

 
HKCM : A l'époque à Cinema City vous étiez un membre du « Gang des 7 », un comité censé approuver, financer et tourner les projets. Avez-vous des souvenirs particuliers de cette période ? Karl Maka avait une « salle de réflexion » où vous travailliez toute la nuit… Nanshun Shi, la femme de Tsui Hark, nous a dit que votre contribution au Gang des 7 était votre connaissance de la rue, votre débrouillardise. Que faisaient les autres membres ?
ET : Nous avions chacun nos points forts et nos points faibles. Karl Maka écoutait tout le temps. Tsui Hark et moi parlions tout le temps. Tsui Hark parle très vite et parfois les gens ne peuvent pas suivre ce qu'il dit. Je prenais alors ce qu'il disait et je l'expliquais à tout le monde. Tous les jours nous nous rencontrions de 11 heures du soir à 8 heures du matin car, pendant ce temps, nous n'avions pas à prendre de coups de fil. Nous nous asseyions dans une pièce minuscule et nous devions nous serrer si quelqu'un d'autre entrait. Tous les soirs nous parlions du cinéma de Hong Kong, de nouvelles idées d'histoire… Nous regardions de vieux films à la télévision pour trouver de nouvelles idées. Nous faisions tout dans cette petite pièce. Raymond Wong Pak-Ming tenait le stylo, il enregistrait ce que nous disions et mettait tout sur papier pour le lendemain. Il avait cependant un problème. Quand il travaillait sur la retranscription il devait vider sa maison à cause de tous les mots grossiers qui étaient sur les bandes.

Quand nous travaillions, nous essayions toujours de prévoir ce qui allait se passer d'ici six mois ou un an. Même si nous étions sept, nous nous sentions minuscules car Golden Harvest et Shaw Brothers étaient les grands studios. Après Aces go Places, ces deux géants ont dû s'associer pour pouvoir nous suivre. Par exemple, Sammo Hung a fait la série des Lucky Stars (à partir de 1985). Les autres faisaient des films du même genre, nous devions alors trouver de nouveaux concepts pour qu'on ne puisse pas nous rattraper. Nous avons produit le All the Right Clues for the Right Solution de Tsui Hark, avec George Lam et Teddy Kwan. Nous avons fait toutes sortes de films, soutenu de nouveaux réalisateurs. Nous savions que la Shaw Brothers et la Golden Harvest étaient dirigées par des distributeurs, pas des gens qui connaissaient le cinéma. Ils ne savaient engager des acteurs rentables, pour un Bruce Lee il y avait 10 acteurs qui ne seraient probablement jamais des stars, et cela coûtait cher aux studios. Ce que nous avons fait c'est de mettre toute l'équipe de production devant la caméra, Karl Maka, Tsui Hark et moi avons tous joué dans les films Cinema City. Avant les acteurs étaient beaux, mais nous nous étions petits, gros, chauves, et après ça tout le monde pouvait devenir acteur. Cinema City mettait l'accent sur la comédie et le divertissement. Nous tentions aussi d'être les premiers sur les nouveaux styles de comédie, la comédie kung fu, la comédie horrifique, tous les sous-genres.

 
HKCM : En 1984 vous quittez Cinema City. Mais vous possédiez des parts de cette société. Qu'est-ce qui vous a fait partir ?

ET : Je me souviens avoir parlé à Karl Maka. Quand j'ai débuté, nous étions sept bébés mangeant dans le même plat de riz, puis nous avons été rassasiés et avons eu besoin de changer d'air. Nous avions grandi, et je voulais essayer de nouvelles choses. J'ai cependant gardé une partie de mon investissement dans la société. Je voulais qu'ils promettent de me reprendre si je quittais la boite et que ça ne marchait pas pour moi. Je voulais partir et voir comment ça se passerait. Nous étions comme des frères, ils ont donc compris.

A cette époque Sammo Hung m'a contacté. Il m'a dit qu'il avait beaucoup d'ennemis à la Golden Harvest, et il voulait que je sois son stratège, j'étais producteur associé sur My Lucky Stars 2 (Le Flic de HK 2) : Twinkle Twinkle Litte Stars (1985). A cette époque j'étais heureux de produire et réaliser, mais Sammo Hung et Dickson Poon avaient fondé Duk-Bo (D&B Films Co). J'ai reçu un appel du patron de la Golden Harvest, qui me disait qu'il y avait urgence. Il avait du mal à établir une date de sortie pour le prochain My lucky Stars, alors je me suis attelé à sa mise en scène. Je lui ai dit que s'il me donnait sept tickets d'avion, je pouvais lui avoir un scénario en trois jours. Je ne doutais de rien. Wang Bu-yi (Barry Wong) a écrit énormément de scénarios pour le cinéma hongkongais. Quand il est mort il y a dix ans, j'ai eu le sentiment que notre cinéma avait perdu quelqu'un de très intelligent. Il écrivait beaucoup, était très intelligent. Je l'ai emmené lui et l'équipe de production au Japon, et j'ai terminé le film dans les temps. C'est ainsi que j'ai rejoint les "Lucky Stars".



Twinkle Twinkle Lucky Stars avec Samo Hung, Miu Kiu Wai, Richard Ng, Stanley Fung et EricTsang

 
 
Page :  1  2   3  4  5  6  7  Top
Précedent :
Page 1 : Les débuts dans l’industrie
Suivant :
Page 3 : Les années 80, Mr Dynamite et Jackie Chan

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com