Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Interview Bey Logan : L'évangéliste du cinéma de Hong Kong
Interview (2/2) 1/1 - Page 2
Infos
Auteur(s) : Arnaud Lanuque
Date : 28/12/2004
Type(s) : Interview
 
 Liens du texte  
Personnes :
Julien Carbon
Benny Chan Muk Sing
Gordon Chan Kar Shan
Jackie Chan
Teddy Chen Tak Sum
Cecilia Cheung Pak Chi
Raymond Chow Man Wai
Laurent Courtiaud
Mark Houghton
Aaron Kwok Fu Sing
Dante Lam Chiu Yin
Lau Kar Leung
Bruce Lee
Sam Lee Chan Sam
Bey Logan
Maggie Q
Tsui Hark
Michael Wong Man Tak
Donnie Yen Chi Tan
Riley Yip Kam Hung
Corey Yuen Kwai
Yuen Woo Ping
Films :
Le Tour du monde en 80 jours
Ballistic Kiss
Big Boss
Combats de Maître
Drunken Monkey
Fist Of Legend
Le Jeu de la mort
Gen X Cops
Gen Y Cops
Jackie Chan à Hong Kong
Heroic Duo
Iron Monkey
Jackie Chan : My Story
Jackie Chan : My Stunts
Just One Look
Legend Of The Wolf
Le Médaillon
Il était une fois en Chine
The Prodigal Son
Le Marin des mers de Chine
Purple Storm
Shanghaï Kid 2
Shanghai Kid
Le Talisman
The Twins Effect
Studios :
Golden Harvest
Shaw Brothers
Lexique :
Hung Gar
 
< Précedent
Page 1 : Interview (1/2)
 
 Notes  
Remerciements à Bey Logan pour son immense gentillesse et sa disponibilité.

Propos recueillis par Arnaud Lanuque, au café Zambra (Wan Chai, Hong Kong) le 11 Avril 2003.


L'industrie du cinéma de Hong Kong a trouvé son porte-parole, en la personne de Bey Logan. Bey Logan a commencé à défendre ce cinéma dans les magazines anglais Combat et Impact , puis par ses célèbres commentaires audio dans les DVD de HK Legends. Maintenant basé à Hong Kong avec sa famille, il prend part au cinéma en produisant et écrivant des scripts, et en jouant dans de nombreux films. Voici la suite de l'entretien qu'il nous a accordé.

L'internationalisation du cinema de hong kong
Arnaud Lanuque : Beaucoup de films de Hollywood essayent très fort d'intégrer l'action à la Hong Kong. Est ce que vous pensez qu'ils y arrivent et cela représente-il une menace considérant les moyens colossaux d'Hollywood ?
Bey Logan : Oui, je suis d'accord avec vous, c'est une menace. Et c'est un peu injuste parce que l'Amérique est une nation conçue pour assimiler les cultures étrangères, donc ce n'est rien pour eux de nous assimiler ! A Hong Kong, vous avez vraiment une tradition chinoise ancienne, une ville très chinoise, la langue principale est le chinois, et tout le reste est chinois. C'est pourquoi ils ne sont pas habitués à intégrer les apports occidentaux dans leurs vies, dans leurs industrie cinématographique très, très chinoise. C'est une de nos faiblesses, parce que ça devrait être une voie à double sens, nous devrions dire « Hey, qu'est ce que ces Américains font ? Nous devrions faire la même chose ici ! ». Nous devrions assimiler le meilleur de ce qu'ils font pour nos films. Le danger pour l'industrie hongkongaise n'est pas qu'Hollywood fasse quelque chose de bien, le danger c'est que nous ne le fassions pas. Nous mettons 40 millions de $ US dans The Medallion, je m'attends à 35 ou plus pour Titanium Rain, 20 pour The Touch, ce sont des budgets Hollywoodiens ! Alors pourquoi ces films ne battent pas les films d'action Hollywoodiens au même budget ? Ce n'est pas à cause de l'action. C'est parce que nous n'avons pas pris d'Hollywood ce que nous aurions dû pour l'utiliser dans nos films, mais Hollywood a pris toutes ces choses d'Hong Kong pour les utiliser de manière très efficace. Vous ne pouvez pas empêcher Hollywood d'être performant. Nous devons l'être encore plus. Je pense quand même que même si beaucoup de stars du cinéma d'action hongkongais sont à Hollywood, ils sont encore loin du niveau des films d'action de HK. Je n'ai pas vu une seule scène dans un film Hollywoodien qui m'excite autant que les scènes de combats de Prodigal Son, les meilleurs films de Jackie Chan, Il Etait une Fois en Chineou Iron Monkey. Quelle scène d'un film Hollywoodien avec un chorégraphe hongkongais peut rivaliser avec ça ?

 


Anthony Wong entouré de gweilos dans The Medaillon

 

HKCM : Aucune, mais ils s'améliorent peu à peu.
BL : C'est vrai. Je regardais le DVD du Transporteur, un film Français tourné en Anglais. Si vous regardez ce DVD, vous avez en bonus le montage des combats de Corey Yuen : C'est tellement supérieur à ce qu'il y a dans le film ! Manifestement les producteurs et les censeurs ont coupés et coupés… Cette version que je préfère, et que le public devrait préférer, devrait être dans le style HK, mais c'est coupé de la version internationale ! Nos films de Hong Kong devraient avoir ça, mais nous avons cessé de faire des films d'action. C'est fou ! Le monde entier dit qu'ils veulent acheter des pommes et à HK nous filmons des oranges. Quel était le dernier grand film d'arts martiaux/action de HK ?
 

HKCM : C'est une bonne question ! J'ai bien peur de devoir remonter au début des années 90.
BL : Exactement. Vous êtes en train de me dire que ces chorégraphes hongkongais qui travaillent avec Keanu Reeves et Jason Statham peuvent faire ces films en Amérique et nous ne pouvons plus les faire ? Est-ce de leur faute ou de la notre ? C'est notre faute. Donc j'essaye de battre le rappel maintenant pour que nous fassions des films d'actions avec le style HK mais nous verrons jusqu'ou je peux aller dans cette direction !
 

a quand le retour des films d'arts martiaux ?

HKCM : Continuons là dessus. A HK aujourd'hui les films d'arts martiaux sont complètement passés de mode. Pensez-vous que le genre reviendra et serait-ce par quelqu'un de l'ancienne génération comme Liu Chia Liang (aka Lau Kar Leung) avec Drunken Monkey ou d'un nouveau comme Donnie Yen ?
BL : J'aimerais que ce soit le cas mais je ne le pense pas (à propos de Drunken Monkey) . Plus probablement cela viendra de quelqu'un comme Corey Yuen ou Yuen Woo Ping en revenant à HK et en faisant un film d'action avec la nouvelle génération d'acteurs, avec de l'action géniale et ce serait un hit. A partir du moment où ce sera un succès, tout le monde suivra et se mettra à faire ce genre de films.
 

HKCM : Vous ne pensez pas que Drunken Monkey ait la moindre chance d'avoir du succès ?
BL : Dans mon cœur oui, dans ma tête non. Je sais qu'il y a un gars appelé Wong Kar Hei, le producteur, qui essaye de retrouver la grande époque de la Shaw Brothers. Il aurait vraiment dû prendre sa retraite depuis longtemps. Lau sifu (Liu Chia Liang) est génial, mais ce qu'il devrait faire c'est être chorégraphe et acteur dans le film, mais engager un réalisateur au montage serré style MTV comme Mc G ( réalisateur de Drôles de Dames) pour donner un air neuf au film. Le public local ne viendra pas voir un film de Kung Fu à l'ancienne sur le grand écran. S'ils veulent voir ça, ils achèteront juste plus de DVDs de Celestial pour voir Lau sifu à la grand époque ! J'adore les travaux de Lau sifu , je pense que c'est un génie. Quand vous regardez Drunken Master 2, quel niveau d'habilité il avait dans ce film !
 

HKCM : Jackie a aussi eu son influence sur ce film…
BL : Oui, c'est vrai, bien sûr. Mais montrez moi la dernière fois où Jackie fait des mouvements de kung fu traditionnel comme ça ? Il n'y en a pas. Et ils étaient poussés dans cette direction parce que c'est ce style de film, et parce qu'il est face à Lau sifu qui est un maître. J'adore ce style, j'aurais aimé qu'il en fasse davantage ! Je l'attendais dans Shanghai Kidet Shanghai Knights mais malheureusement il ne fait pas de Kung Fu traditionnel. Les films sont sympas, mais les combats sont toujours inférieurs à ceux de ses films de Hong Kong. Il y avait un peu de ça mais la vitesse de la caméra est mauvaise et compagnie. Même lui n'a pas le final cut, alors quel espoir nous reste-il ?!
 

HKCM : Il y a une théorie qui veut que Jackie ne soit plus très motivé pour mettre en valeur ses adversaires et c'est ce qui rendrait ces derniers combats si peu intéressants.
BL : Oui, Drunken Master 2, était la dernière fois, ou alors Gorgeous. Peut être qu'il y a un peu de ça comme il commence à se faire plus vieux. Il est moins intéressé dans les combats un contre un maintenant et plus intéressés dans d'autres genres de films. Je serai franc avec vous. Je pense que le dernier grand, grand film qu'il a fait c'était Drunken Master 2, tout comme le dernier grand film de Jet Lee était Fist of Legend. Et pour Donnie c'était Iron Monkey . Vous devez remonter à cette époque.
 

HKCM : Legend of the Wolf a ses fans dans le monde.
BL : Je l'aime bien aussi mais si je disais à des gens demain « Nous allons regarder Iron Monkey ou Legend of the Wolf au cinéma ? ». Ils voudront tous voir Iron Monkey. Ou Fist of Legend ou Drunken Master 2. Les autres films, vous les regardez en DVD, vous faîtes des avances rapides… Artistiquement je pense, honnêtement, que Legend of the Wolfest mieux réalisé que Ballistic Kiss, même si j'ai écrit ce dernier.


Donnie Yen dans Ballistic Kiss

 

mark houghton, un gweilo parmi d'autres

HKCM : Il semblerait que Mark Houghton avait mauvaise réputation dans l'industrie. Je peux avoir tort vu qu'il est difficile de réunir des informations sur le sujet mais c'est ce qui semble ressortir de ce que j'ai pu collecter à ce sujet.
BL : J'ai vu ce qu'il y avait de bon et de mauvais en lui. Le bon : Un artiste martial incroyable ! Je n'ai jamais vu quelqu'un s'entraîner avec autant d'intensité que lui !
 

HKCM : C'était un élève de Liu Chia Liang n'est ce pas ?
BL : Plus tard oui. Il avait un autre instructeur avant, je ne me souviens plus de son nom. Je crois qu'il s'appelait Ho Kam Wai. Désolé si ce n'est pas exact ! Enfin en tout cas il avait un professeur en Malaisie. Mark pouvait réellement appliquer le Hung Gar (technique de kung fu). Il a vraiment été le premier à m'ouvrir les yeux sur le kung fu traditionnel, donc je lui suis très reconnaissant pour ça. Et puis c'était un bon ami, un ami loyal. Je pense que c'est devenu quelqu'un de très différent entre le moment où il enseignait le kung fu en Angleterre et celui où il s'est mis à faire des films à HK. Je réalise maintenant qu'il avait vraiment une personnalité de fonceur. Quoiqu'il faisait, il le faisait à 100 % ! Et rien ne pouvait se mettre en travers de sa route. Quand il faisait du kung fu, il le faisait à 100%, si il séduisait une femme, il le faisait à 100%, si il buvait, il le faisait à 100%… Il ne faisait rien à moitié, ce qui faisait de lui quelqu'un de vraiment excitant à connaître mais ça voulait aussi dire que si vous le suiviez, vous le suiviez à 100 % aussi. C'était son caractère. Ceci l'a à la fois aidé et handicapé parce qu'il en est arrivé là où il est (en tant qu'artiste martial) en faisant tout à 100%. Maintenant, avec ma compréhension du kung fu, j'aurais tendance à dire que le Hung Gar ce n'est pas juste être dur mais aussi être doux. Je pense qu'il penchait trop du coté de la dureté. Il n'avait pas la douceur. «  Dur comme l'acier, doux comme la soie  ». Il avait la dureté de l'acier mais parfois il vaut mieux être doux comme la soie. Je pense que je suis trop doux comme la soie et j'ai besoin d'être aussi dur que l'acier ! J'essaie toujours de trouver le bon équilibre. Donc c'était Mark mais je crois qu'il est toujours bien portant. Je le vois de temps en temps dans la rue et lui dit bonjour mais je crois qu'il a eu une très mauvaise période il y a quelques années.
 

HKCM : J'ai entendu parler d'un accident de plongée…
BL : Eh bien, il a essayé de se suicider… J'étais en Thaïlande en train de faire The Medallion, alors appelé Highbinders, quand c'est arrivé et Gordon Chan (le réalisateur) me l'a annoncé au petit déjeuner. J'étais très énervé. J'ai immédiatement essayé de lui laisser un message ou je lui disais « Oublie tout les problèmes du passé, et si je peux t'aider quand je reviens à Hong Kong, s'il te plait dis le moi. Ne fais rien de stupide à nouveau. La vie est belle, revoyons nous et peut être que je peux t'aider, au nom de notre amitié passée ». Je n'ai jamais eu de réponse. Je sais que c'est quelqu'un de très fier alors peut être qu'il n'a pas eu mon message ou il l'a eu et… Vous savez. De mon coté je ne lui souhaite vraiment aucun mal. Mais il vit sa propre vie maintenant et je crois qu'il est heureux, ce qui est le principal.
 
HKCM : Est ce que Maggie parle cantonais ?
BL : Elle le parle, mais pas comme une personne locale. Elle parle mandarin et cantonais.
 
HKCM : D'habitude le public local n'aime pas quand l'acteur principal n'est pas capable de parler la langue, comme Michael Wong par exemple.
BL : Je sais. Michael Wong est parvenu à s'en sortir pendant longtemps parce que tous les films étaient doublés. Puis quand ils ont soudainement tout synchroniser, c'était un peu comme la fin de l'époque du muet à Hollywood. Avant ça, vous pouviez devenir un acteur important même si vous aviez une voix irritante [NDRL : Bey Logan imite la voix de Michael Wong ]. Alors il s'est retrouvé dans plein de séries B ou C. Mais en ce qui concerne Maggie elle est intelligente, elle a refusé beaucoup de projets et elle a toujours beaucoup de fans, donc je pense que ce sera une nouvelle étape pour elle. Nous la ferons parler un peu chinois et beaucoup anglais et Sam parlera beaucoup chinois et un peu d'anglais, ce qui devrait déjà être en soi assez drôle. Reposez moi la question dans un an !
 

HKCM : Continuons sur votre relation avec Donnie Yen, vous avez travaillé souvent avec lui.
BL : C'est un ami cher. Vous savez, travailler avec quelqu'un est difficile. Travailler avec des amis est encore plus difficile. C'est un peu comme travailler avec votre famille. C'est plus dur de travailler avec votre famille parce que vous avez une pression différente. Vous en acceptez plus et vous vous attendez à plus.
 

HKCM : Il a rencontré beaucoup de difficultés dans l'industrie…
BL : Il est un peu comme Mark (Houghton) d'une certaine façon. Plus acier que soie, et je pense qu'il a besoin d'une combinaison des deux. Et je pense que beaucoup d'entres eux devraient se tourner vers Jackie (Chan). Jackie est aimé par tout le monde, il a du succès et est bon dans tous les domaines. Et j'ai eu des conversations avec Donnie et d'autres gens où ils disaient « ouais, je le ferai à ma façon » et je pensais « Eh bien tu sais, tu ne peux être jugé que sur tes résultats ». Pour toute action il y a une réaction. Si votre action est telle que vous parvenez à atteindre un certain succès, accomplissez vos buts, gagnez de l'argent, soyez aimé par tout le monde et que ce soit cohérent avec votre système de valeurs du moment, alors je dirais que vos actions étaient probablement les bonnes. Si ce n'est pas le cas, ce qui en ce qui le concerne n'est vraiment pas le cas, alors vous avez des problèmes. Il ne vous reste plus que deux choix. Vous pouvez faire ce qu'a fait Mark, dire que ça ne peut plus durer, et vivre isoler (de l'industrie), ce qui n'est pas plus mal et faire vos propres trucs. Ou alors vous faites ce qu'a fait Donnie en vous accrochant et en utilisant votre talent. En même temps, si vous aviez un peu plus de douceur en même temps que la dureté cela rendrait les choses plus faciles. Mais Donnie est un génie… Nous avions une grosse dispute à la fin de Twins Effect, nous nous sommes vu dans un club appelé Dragon-i et j'ai commencé à lui dire « Ecoute, ton problème n'est pas que tu es un génial ou non. Tu l'es, il n'y pas de doute. Le truc c'est que tu as besoin de créer un environnement pour montrer ce dont tu es capable, et tu fais ça en cultivant des relations, avec les producteurs, les scénaristes, d'autres réalisateurs… ». Mais Donnie sera toujours Donnie. C'est mon frère, et je l'adore, et c'est un grand artiste martial. Il a beaucoup de qualités, mais notre relation peut être difficile. Et c'est pourquoi nous n'allons pas faire Kung Fu Master avec lui. Mais je travaillerais avec lui dans l'instant, mettant de coté ce que je fais en ce moment, si il m'appelait demain et disait qu'il me voulait sur un projet. Kung Fu Master est un peu difficile, rendu plus difficile encore par certaines personnes à EMG. Comme je disais, travailler avec les gens c'est toujours dur. Travailler avec la famille c'est encore plus difficile !
 

HKCM : Vous êtes un des rares scénaristes étrangers travaillant à Hong Kong, les seuls autres sont les français Julien Carbon et Laurent Courtiaud. Qu'est ce que vous pensez de leurs travaux ?
BL : Je pense que c'est un grand signe d'ouverture de la part de Hong Kong que deux scénaristes français puissent venir travailler ici. Je pense qu'ils ont de très bonnes idées. Mais je crois qu'ils ont un gros problème en écrivant en anglais, qui est leur seconde langue. C'est comme si moi j'essayais d'écrire en cantonais, qui est ma seconde langue. Je dois dire que leur anglais est meilleur que mon cantonais mais ça reste très difficile. Donc je pense qu'ils ont un obstacle, parce qu'en écrivant en anglais ils seront jugés par rapport à des scénaristes dont c'est la langue maternelle, comme moi. C'est un peu comme si je faisais Cyrano en français, en me mettant à étudier le français, je pense que les français qui regarderaient mon script penseraient « Eh, attendez, ce gars ne connaît pas vraiment le français ». Ce n'est pas exactement la même chose.
 

HKCM : J'ai entendu dire qu'ils avaient les mêmes regrets que vous sur les différences entre le scénario et le résultat à l'écran.
BL : Oui, tout change. J'ai vu quelques uns de leurs scénarios et je continue de penser que leurs idées sont excellentes, leur vision est fantastique, mais les dialogues, qui sont un élément clé ne sont pas aussi bons à cause de cette barrière de la langue. En tenant compte de tous ces obstacles je pense que ce qu'ils ont fait est très bien et je leur souhaite tout le succès possible. Autre chose que je peux dire sur eux c'est que ce sont des gars très gentils. Vous ne trouverez personne de plus gentil qu'eux. Nous avons fait une présentation il y a un an sur le métier de scénariste au Festival Littéraire de Hong Kong et ils étaient géniaux, ils avaient beaucoup d'histoires à raconter. C'est la dernière fois que je les ai vu.
 


les souhaits de bey logan

HKCM : Y a t il des réalisateurs ou des acteurs à HK avec lesquels vous souhaiteriez travailler ?
BL : J'aimerais travailler avec n'importe qui du moment que c'est quelqu'un de bien et d'intelligent. J'adorerais retravailler avec Samo. The Medallion a été une expérience très forte pour nous tous. Je veux continuer à travailler avec Jackie, ce qui est toujours une très bonne expérience. C'était vraiment un rêve qui est devenu réalité, de travailler avec lui sur deux documentaires (NDRL : Jackie Chan : My Stunt et Jackie Chan : My Story), et après Gen X Cops, Gen Y Cops et The Medallion . En fait, après The Medallion , on m'a offert de travailler sur un autre film, Titanium Rain , mais j'ai refusé parce que je voulais faire un film sans Jackie, juste pour changer ! Et alors j'ai fait Twins Effect et Jackie a intégré le casting une fois la production entamée ! Qu'il soit remercié, parce que c'est toujours un plaisir de travailler avec lui. Je travaillerais avec lui encore quelque soit le projet, quelque soit le moment. Et il y a Tsui Hark, Yuen Woo Ping… Tous les noms habituels.

 


Twin Effect


HKCM : Personne dans les nouveaux talents ?
BL : Bien sur. Dante Lam. Dante Lam est un bon réalisateur. Et Riley Yip, j'ai vu son dernier film, Just One Look. Il n'a pas rapporté beaucoup d'argent mais c'est un film intéressant. Teddy Chen. J'ai plus ou moins travaillé sur Purple Storm, qui est un très bon film et n'a jamais reçu les éloges qu'il mérite. Je suis en train de l'aider pour le script en Anglais de son nouveau film, Dark October . Benny Chan, même si nous nous sommes disputés à la fin de Gen Y Cops . Son nouveau film, Heroic Duo, est tout simplement excellent. Enfin, n'importe quoi à partir du moment ou c'est un projet intéressant et bon avec des gens biens. Maintenant j'ai une approche différente. Quand vous faites un film ça prend 4 mois, 6 mois, peu importe, et regarder un film prend environ 90 minutes, alors quelle est l'expérience la plus intéressante ? Vous ne savez pas vraiment ce que va donner le film, tout ce que vous pouvez faire c'est travailler au mieux pour que le film soit bon et avoir une bonne expérience chaque jour. Quand je regarde ma vie, ce que j'apprécie ce sont les amitiés et les expériences que j'ai eu. Je me rappelle que quand nous faisions The Medallion, je tournais à Dublin, au milieu d'un pré, un magnifique pré vert irlandais dans la campagne, juste moi et Jackie Chan. Jackie portait une sorte de vieux costume Anglais en tweed et il y avait un chien à qui nous lancions la balle. Être là, juste avec Jackie Chan, à ce moment m'a fait pensé « Wow, quand j'avais 19 ans j'étais tellement fan de ses films et Jackie était mon idole ». Et me voilà maintenant à travailler avec lui ! Et je me souviens que sur Jackie Chan, My Stunts il y a eu, énormément de fois, des problèmes politiques et à la fin du tournage il y avait une fête d'organisé. J'y suis allé, j'étais le producteur, et il y avait la table de Jackie, mais je ne m'y suis pas assis. Et quand nous avons fait Highbinders , 3 ou 4 ans après, nous étions à Dublin, et il y avait une grosse fête dans un restaurant. Je suis arrivé et je me demandais où j'allais pouvoir m'asseoir et Jackie arrive : « Hey Bey ! Qu'est ce que tu fais ? Viens t'asseoir ici ! Viens à ma table ! ». C'est une progression. C'est ce que je veux dire par la tolérance par le talent. Si à cette première fête j'étais arrivé « Hey toi, sale connard, tu ne veux pas ma laisser m'asseoir à ta table ? ». Je ne serais plus dans le business aujourd'hui, mais non, j'ai essayé de gagner le respect, de manière à ce que, quand je travaille avec Jackie, il vient me dire « Viens t'asseoir ici ! ». Pour moi cette progression dans ma propre vie, c'est plus important que si ce film a été un gros succès, ou si ce film est un chef d'œuvre. Bien sûr j'aimerais travailler sur un chef d'œuvre, mais les films ne sont qu'un phénomène temporaire. Ce qu'il y a de plus important c'est de vivre votre vie chaque jour du meilleur que vous pouvez.
 

HKCM : Vous espérez devenir réalisateur un jour ?
BL : J'aimerais au moins tourner un film, ne serait ce que parce que j'ai fait un peu près tous les autres métiers possible dans ce milieu ! J'ai réalisé des documentaires, et quelques parties de films. J'ai juste besoin de trouver le bon projet.
 

HKCM : Ca ferait de vous le premier réalisateur occidental à Hong Kong.
BL : C'est vrai ! Je n'y avais jamais pensé. Ca fait une autre bonne raison de le faire ! J'aimerais bien que plus d'Occidentaux viennent travailler ici, mais, malheureusement, à ce jour, la plupart de ceux qui ont voulu le faire n'étaient manifestement pas qualifiés. Ce sont des fans qui n'ont pas de sens professionnel sur la façon dont on fait les films ou sur la manière de travailler professionnellement, qui n'ont pas la discipline nécessaire. Ou alors ils sont professionnels, mais ils regardent la situation ici et voient que c'est difficile, sans d'argent, manque de respect… Ils ne se sentent pas à l'aise et préfèrent travailler à Hollywood, en Angleterre ou en Australie. C'est pas commun de travailler ici. Je le sais, parce que j'ai du faire cette transition de fan à professionnel. Et Media Asia était un bon camp d'entraînement. Un vrai camps militaire parfois !
 

HKCM : Est ce que vous prévoyez de toujours faire du cinéma d'action ou bien vous voudriez vous diversifier et toucher à la comédie et au drame ?
BL : J'aimerais faire d'autres films, mais personne ne m'a offert de faire autre chose que de l'action, pensant que les seules choses qui intéressent les gens comme moi c'est l'action. J'ai écrit une comédie appelé What You wish For avec Maggie Q et j'ai prévu de la produire et de la réaliser. Nous l'avons développé depuis quelques temps déjà , et tout a été repoussé en raison de problèmes dans la compagnie et plus tard avec le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) Elle (Maggie Q) vient juste de rentrer de Thaïlande où elle tournait Around The World in 80 Daysavec Jackie (Chan) et nous allons en reparler. Pas d'action, juste de la romance et de l'humour. C'est à propos d'un mannequin qui est harcelé par un de ses fans, le fan est joué par Sam Lee. Ce sera à moitié en Chinois, a moitié en Anglais, ça devrait être très plaisant.
 

HKCM : Bonne chance pour ce projet !
BL : Merci !
 

HKCM : Pouvez vous nous parler de certains de vos autres projets ? J'ai entendu parler d'un film réalisé par Gordon Chan appelé Kung Fu Master et un autre qui a l'air très intéressant, une adaptation de Cyrano de Bergerac.
BL : Oh oui, Canton Moon, mon rêve. Je travaille toujours dessus. Franchement je pense qu'il s'agit du meilleur scénario que j'ai fait. Samo Hung joue le rôle de Gerard Depardieu, et ce serait filmé dans le sud de la Chine. Mon idée originale était d'avoir Samo, Cecilia Cheung et Aaron Kwok. Cecilia est tellement belle, tout le monde tomberait amoureux d'elle et Samo a cette apparence un peu étrange mais est si bon à l'intérieur. J'ai envoyé le script à mon agent aux USA mais c'est une vente difficile. Je l'ai montré à Claire Forlani ainsi qu'a Julian Sands quand nous étions en train de faire The Medallion et ils ont tous pensé que c'était un très bon script. C'est une version de Cyrano écrite par moi. Ce n'est pas une copie d'une traduction Anglaise. Je suis vraiment remonté en arrière et j'ai eu une traduction très basique du livre original et j'y ai pris les choses que j'aimais. Si vous lisez le livre il y a beaucoup de détours dans l'histoire. J'ai juste conservé l'idée principale de ce que je pensais être l'histoire et l'ai transposé en Chine avec de l'action et tout. J'essaye de monter ce projet. Oui, c'est mon rêve. C'est bien d'avoir une réponse pour cette question : « Quel est votre rêve ? » « Le voilà ! » ( rires ). Une fois qu'il sera fait je devrais trouver autre chose ! Kung Fu Master avance toujours en ce moment. Gordon ne le réalise plus mais nous continuons à le développer. Nous sommes en train de changer le casting, beaucoup de choses.
 

HKCM : Donnie Yen est toujours associé au projet ?
BL : Malheureusement non. Il y a eu beaucoup de problèmes dans la production, et principalement le fait qu'il n'aimait pas le script tant que ça ! Il voulait faire une série TV ou rien du tout, et je ne voulais pas en faire encore une série TV. Tout le monde en Occident a aimé le script que j'ai écrit, alors j'ai dit (à Donnie) pourquoi ne pas faire un autre film que tu aimerais, quelque chose que tu voudrais vraiment faire, un film d'action contemporain, et nous trouverons quelqu'un d'autres pour avoir le rôle principal de ce film ? Donc nous sommes en train de refaire le casting, mais c'était dommage, parce que c'est vraiment un bon ami, mais il n'avait simplement pas foi dans le projet.
 
le métrage perdu de Game of the Death

HKCM : Vous avez trouvé le métrage perdu du Jeu de la Mort . Comment est-ce arrivé ?
BL : Vous savez il y a deux choses que j'ai sur mes épaules, et a cause d'elles je ne serai jamais seule. Sur une épaule il y a Jackie Chan, sur l'autre il y a le métrage du Jeu de la Mort ! Les gens me poseront toujours des questions sur ces deux choses là, tant que je vivrai.

J'ai rejoint Media Asia et j'ai eu accès à la bibliothèque de films qu'ils possédaient à cette époque. Tout était transféré de Golden Harvest à Media Asia. En tant qu'exécutif de Media Asia, j'a pu rentrer dans l'entrepôt. Vous devez être un exécutif pour y rentrer, un fan ne pourrait pas. En tant qu'exécutif, j'ai demandé à voir tout les métrages des Bruce Lee, donc ils devaient me le montrer. Je n'ai pas rejoint la compagnie pour ça, mais j'avais dit à mon patron de Media Asia « Je pense que je peux trouver davantage de vieux métrage de Bruce Lee. Ca pourrait valoir beaucoup d'argent » et il m'a dit « Vas y ». Alors j'y ai été et un gars m'a dit « Oh c'est marrant que vous demandiez, on a tout transféré, mais nous avons toujours des cassettes de betacam, certaines d'entre elles nous ne savons pas ce que c'est, mais vous pouvez y jeter un œil ». J'y suis allé, leurs archives confortables et climatisées, j'ai pris une cassette de betacam, l'ai mis dans la machine et j'ai regardé. C'était des vieux montages de la version 1978 du Jeu de la Mort , les crédits, des choses comme ça. Finalement je n'étais plus sûr où j'étais, alors j'ai visionné ça, et je ne suis pas un de ces gars qui connaît chaque plan des films de Bruce Lee, mais je me disais « Je ne pense pas avoir vu ça avant… ». Et puis tout d'un coups, il y a une scène avec James Tien muni d'un bâton face à Dan Inosanto. J'ai pensé « Attends une minute ! Ce sont les rushes du Jeu de la Mort  ! ». Alors j'ai tout regardé et l'ai minuté, il y avait environ 90 minutes de métrage. Donc je suis revenu et j'ai dit à mon patron « Vous ne croirez jamais ce que j'ai trouvé ! », j'étais super heureux vous savez, et il était là « Quoi ? », « Les rushes du chef d'œuvre inachevé de Bruce Lee ! ». Mais il a fallu un long moment pour leur faire comprendre la valeur de ce que j'avais trouvé. Ce qui a changé c'est que Artport, une compagnie Japonaise, est arrivée et a dépensé une énorme somme d'argent pour en acquérir les droits. J'ai la réputation d'être mauvais avec les chiffres, alors, quand leur offre est arrivée, mon patron à Media Asia m'a dit « Oh, espèce d'idiot ! Tu as mis le zéro à la mauvaise place ! » et j'ai dit « Non, c'est leur offre ». C'était la première fois, par rapport à mon expérience dans les compagnies de films hongkongaises qu'une compagnie étrangère venait avec une offre et acceptée sans négociations ! C'était largement au dessus de ce à quoi ils s'attendaient pour ce métrage. Une énorme somme d'argent. Je ne dirai pas combien exactement mais c'est beaucoup d'argent. Donc nous avons fait ça, puis ensuite l'accord avec John Little. Avec John Little, nous avions des mauvaises relations à cause d'un très mauvais livre qu'il avait écrit. Il a écrit de très bons livres, mais il en a écrit un de très mauvais, une sorte de «  Méthode de Bruce Lee pour un nouvel age hippie de la connaissance  ». J'avais écrit que c'était mauvais, et, logiquement, il était en colère à cause de ça. Et puis il a commencé à appeler mon patron en disant que moi, Bey Logan, ne devait pas être autorisé à utiliser ce métrage. « Vous ne devez pas laisser Bey le faire ! Vous ne devez pas laisser Bey le faire ! ». Finalement mon patron a dit « J'en ai ras le bol d'écouter ce gars, Bey. Qu'est ce que tu veux qu'on en fasse ? ». En fait je n'avais pas trouvé d'autres façon d'utiliser le métrage. Je ne voulais pas faire un autre documentaire, parce que personne ne les regarde et ça ne fait pas d'argent. Je regardais ça de la même façon que les gars qui regardaient le métrage du Game of Death en 1978 : « Que faire avec ça ? ». A la base c'est Bruce Lee dans un costume jaune orangé combattant une bande de gars qui sont maintenant soit morts soit vieux, ou les deux. Alors pourquoi ne pas se faire un peu d'argent avec et passer à autre chose ? J'ai appelé John moi même et lui ai dit « John, c'est Bey Logan. Arrêtons les conneries et arrête d'appeler mon patron. Adresse-toi à moi. Je pense que c'est une bonne idée de te vendre le métrage. Laisse moi négocier l'affaire ». Et c'était tout pour moi. J'avais comme l'impression une fois avoir fait ça d'être sorti du business Bruce Lee. Et, la meilleure partie de l'histoire, c'est que John et moi sommes devenus amis, ce qui est génial !

 
HKCM : Vous pensez qu'il existe d'autres métrages manquant pour Le Jeu de la Mort  ?
BL : Il n'y a aucun doute dans mon esprit. Je pense que c'était seulement un accident si le métrage a été envoyé à Media Asia. Golden Harvest n'a pas réalisé ce qu'ils ont fait. J'ai exploré toutes les archives, pour voir ce qui avait été transféré de Golden Harvest à Media Asia…
 
HKCM : Mais en voyant les bons résultats financiers que vous avez fait en vendant ce métrage, vous ne pensez pas que ça pourrait donner des idées à certains exécutifs de chercher ce genre de métrage pour l'exploiter ?
BL : Ce n'est pas aussi simple que ça. Quand Media Asia a hérité de la bibliothèque, Golden Harvest a envoyé tout le matériel propre à chaque film, vous aviez tous les trucs de Project A, tous ceux de Big Boss… Et, sur Le Jeu de la Mort , par accident, ils ont envoyés les rushes. Je ne pense que c'était fait exprès, mais ils les ont envoyés tout de même. Et c'est comme ça que j'ai pu les voir. Donc, maintenant, il y a peut être d'autres choses en réserve, mais Golden Harvest n'en a plus les droits aujourd'hui, parce qu'ils appartiennent dorénavant à Star TV. Donc d'abord ils doivent les trouver et ensuite ils doivent faire un accord de partenariat avec Star TV et c'est là que ça pose problème, parce qu'ils peuvent penser qu'ils le vendent pas assez cher. A l'époque où ils ont vendu les films, avoir une archive de films n'était pas quelque chose d'aussi important qu'aujourd'hui. Du point de vue du business, c'est probablement la plus mauvaise affaire qu'ait faite Raymond Chow ! Il y a peut être des choses conservés dans ces entrepôts mais je ne vois pas comment elles pourront être exploitées. Je suis coincé entre être un fan, qui veut voir ces métrages, mais aussi un professionnel de l'industrie, qui est au courant des problèmes de droits que comportent tous ces métrages. Je crois qu'il y a aussi des bouts de métrages conservées par des collectionneurs privés. C'est un grand plaisir pour certains d'entres eux d'avoir ça, ça fait leurs vieux jours !


Game of the Death / Le Jeu de la Mort

Comme Ahna Capri avec ses scènes de tournages de Opération Dragon. Pourquoi ne les commercialise-t-telle pas ? Parce que si elle le fait elle n'est plus spéciale du tout ! Tant qu'elle ne les commercialise pas, et c'est une brave vieille femme maintenant, les gens continueront à venir la voir. Quand elle les vendra plus personne ne l'appellera, parce qu'elle n'est plus spéciale. [NDRL : Depuis que cette interview a été faite, Ahna a apparemment vendu ce métrage mais nous sommes sûr qu'elle est toujours spéciale !] Vous voyez, mon attitude est différente. J'aurais pu être comme ça avec Game of Death « Moi je l'ai et toi tu ne l'as pas ! », mais mon principe comme je l'ai dit c'est de communiquer. Mon seul petit point de friction avec John est qu'il me crédite bien comme ayant trouvé le métrage, mais ça sonne toujours un peu comme si ça aurait dû être lui. Enfin, de toute façon John est John, c'est un gars intelligent, mais c'est quelqu'un de bien et il mérite d'être mieux traité par les fans de Bruce Lee.

 
le mot de la fin

HKCM : Dernière question : avez vous quelque chose à dire à vos fans Français ?
BL : Je pense que, dans le cadre de mes activités d'évangéliste du cinéma d'action hongkongais, on ne doit pas se méprendre sur le message que je veux faire passer, car je ne suis en fait que le messager. Je suis comme Saint Jean et Jackie Chan serait Jésus ! Donc, si j'ai des fans, j'espère qu'ils me voient comme quelqu'un qui montre le chemin vers le cinéma de Hong Kong, a travers mes travaux, que ce soit les livres, les commentaires… Si les gens sont intéressés par les films de HK, en partie grâce à moi j'en suis heureux. Et je suis constamment impressionné par la loyauté et l'énergie déployée par les fans. C'est génial ! Bien sûr, comme pour Star Trek , vous avez des gens, vous savez, qui font de la chirurgie plastique ou des trucs comme ça, qui vont un peu trop loin ! Mais la majorité n'est pas comme ça. Ce sont des gens sympas. Ils trouvent que les films d'action de HK ou d'arts martiaux améliorent leur vie, ce qui est bien. Mon but est de continuer à être actif, en tant que créateur de film, et raconter les histoires que je n'ai pas encore raconté, et partager les choses que je veux exprimer
 
 
 
Page :  1  2   Top
Précedent :
Page 1 : Interview (1/2)

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com