Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
All The Wrong Clues… Le grand tournant
Critique analytique Page 1
Infos
Auteur(s) : Laurent Henry
Date : 1/10/2003
Type(s) : Analyse
Critique
 
 Liens du texte  
Personnes :
Ann Hui On Wah
George Lam Chi Cheung
Ringo Lam Ling Tung
Leung Yiu Ming
Karl Maka
Patrick Tam Kar Ming
Eric Tsang Chi Wai
Tsui Hark
Films :
Mad Mission
All The Wrong Clues For The Right Solution
Butterfly Murders
City On Fire
L' Enfer des armes
Shanghai Blues
Histoires de cannibales
Studios :
Cinema City & Films Co.
Film Workshop
Lexique :
Nouvelle Vague
 
< Précedent
Index
 
 Notes  
All The Wrong Clues… est disponible en DVD chez Deltamac dans une copie et un encodage très moyens, qui accentuent le caractère daté du film.


En dépit de son succès au box office, la quatrième réalisation de Tsui Hark est tombée dans l'oubli. Il aura fallu attendre 2003 pour que le film sorte dans l'anonymat le plus complet en VCD et DVD. Il est enfin possible de découvrir l'œuvre charnière qui fait passer Tsui Hark du jeune contestataire au réalisateur à succès.

Depuis 1979 une poignée de cinéastes avait tenté de renouveler un cinéma de Hong Kong en pleine mutation. Improprement surnommée "nouvelle vague", Tsui Hark, Ann Hui, Patrick Tam et quelques autres ont réalisé des œuvres très audacieuses sur le plan thématique et formel. Mais sur le plan commercial, les échecs ont été sans appel. Si quelques films sortiront encore dans cette veine après 1981, le mouvement s'achemine vers sa mort, faute de financement.

En 1981, en réalisant All The Wrong Clues For The Right Solution… Tsui Hark opère alors une terrible volte face vers le cinéma commercial. L'univers de cette comédie policière tranche en effet singulièrement avec l'ambiance glauque de l'Enfer des armes. On passe ici aux aventures rocambolesques d'un privé dans les années 40, aux prises avec le terrible gangster Ah Capone ! Avec ses nombreux plans sur les jambes de belles pépées, ses gags et son scénario à rebondissements multiples, il ne semble pas rester grand chose des premières œuvres engagées. De ce fait ce film a été perçu comme un renoncement et une trahison. Mais Tsui Hark avait-il le choix ? Il était sur le point d'abandonner le cinéma et c'est le succès du film qui lui a permis de continuer à développer sa carrière. Aucun de ses collègues ne parviendra d'ailleurs à se sortir de cette crise. Soit comme lui, ils tourneront des films plus conventionnels, soit ils s'éloigneront du cinéma.

 

 

Mais surtout, il ne serait pas juste de voir All The Wrong Clues… comme une simple comédie décervelée, dont le seul but serait de faire de l'argent. D'abord parce que le film est produit par la Cinema City. Fondée par Eric Tsang et Karl Maka, cette société avait pour objectif de promouvoir de nouveaux talents tout en restant dans une logique commerciale. Spécialisé dans la comédie, elle a eu son heure de gloire avec la série des Mad Mission (Aces Go Places). Elle a surtout permis à Tsui Hark de rebondir et de lancer la carrière d'un certain Ringo Lam en produisant notamment City On Fire. Si les productions Cinema City sont aujourd'hui très datées, cette maison de production reste le modèle de toutes celles qui se développeront à partir du milieu des années 80.

Impliqué au niveau de la direction de la Cinema City, Tsui Hark et sa femme Nansun Shi avaient pour ambition de recréer un petit Hollywood à Hong Kong. Avec son univers policier des années 30, All The Wrong Clues… s'inscrit pleinement dans ce programme. Dès son générique, une succession de vignettes sur le thème du polar, le film multiplie les clins d'œil au cinéma de genre américain de l'âge d'or des studios. Plus qu'une simple marque de son amour pour le cinéma, en choisissant cet univers pour son premier film commercial, Tsui Hark lance un ambitieux défi à l'industrie cinématographique de Hong Kong. Redonner aux studios en déclin leur place en produisant des œuvres à la fois ambitieuses et populaires.

Tsui Hark ne réussira pas un film à la hauteur de ses ambitions. All The Wrong Clues… est une œuvre d'apprentissage vers un nouveau champ d'exploration que son réalisateur maîtrise mal. Trop nombreux, les gags et les situations comiques tombent souvent à plat. La direction d'acteurs manque cruellement d'efficacité. Et la musique au synthétiseur est particulièrement insupportable. Mais dans le même temps Tsui Hark développe certains aspects de son style.

 


George Lam entrevoit son enquête sous un angle différent...

 

Dans Nouvelles Chines Nouveaux cinémas, Bérénice Reynaud avait mis en évidence que le principal moteur du cinéma de Tsui Hark repose sur la méprise. All The Wrong Clues… est son premier film à systématiser ce principe. Si les faux-semblants et les quiproquos sont avant tout ici une source inépuisable de situations comiques, le film développe également une nouvelle vision du monde. Dans Butterfly Murders et Histoire de cannibales, la vérité se dissimulait derrière des apparences trompeuses. Avec All The Wrong Clues… la vie n'est qu'un jeu de dupe, une immense arnaque où même les arnaqueurs se font avoir.

Dans ce film Tsui Hark continue aussi de développer son style. On y trouve déjà un art du cadrage biscornu, un gros travail sur les profondeurs de champ et un découpage dynamique et elliptique, à l'instar de la bande dessinée. L'intrigue est également construite sur le mélange des genres et sur toutes les formes d'humour, avec une préférence pour l'absurde. On retiendra à ce sujet la scène d'anthologie du film, celle du bar. Hommage aux Marx Brothers, Tsui Hark réussi une brillante chorégraphie burlesque où se mélangent musique, bagarre et danse. Enfin le discours politique n'a pas totalement disparu. Ah Capone et ses pairs ont pour principal objectif de se partager Hong Kong, symbolisé par un gros gâteau. C'est bien évidemment une référence directe aux négociations entre la Chine et l'Angleterre au sujet de la rétrocession. En contrecarrant les plans de ces gangsters, le privé et son ami le policier symbolisent le peuple de Hong Kong qui intervient dans les décisions politiques.

 


Si All The Wrong Clues… reste brouillon et maladroit, il annonce clairement l'esprit qui animera la Film Workshop. Il faudra encore quelque année à Tsui Hark pour régler sa formule. C'est ainsi que le travail commencé sur ce film débouchera sur Shanghai Blues, l'une des plus belles comédies du cinéma hongkongais. Rien que pour cela la vision de All The Wrong Clues… est indispensable.
 
 
Page :  1   Top
Précedent :
Index

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com