Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Young Master / La Danse du Lion, la mise en place du système Jackie
The Young Master 2/2 - Page 2
Infos
Auteur(s) : Arnaud Lanuque
Date : 23/11/2004
Type(s) : Critique
Analyse
 
 Liens du texte  
Personnes :
Jackie Chan
Chang Cheh
Chiang Kam
Fan Mei Sheng
Sammo Hung Kam Bo
Kwan Tak Hing
Lau Kar Leung
Bruce Lee
Lily Li Li Li
Lo Wei
Ng See Yuen
Sek Kin
Wang In Sik
Yuen Woo Ping
Films :
La Danse du lion
Lexique :
Danse du Lion
Hung Gar
Kung Fu Pian
 
< Précedent
Page 1 : Partie 1


L'héritier du Kung Fu

Ce respect des valeurs traditionnelles exprimé par Jackie Chan se retrouve aussi dans la manière dont il aborde le genre du Kung Fu Pian. Pour The Young Master, l'acteur/réalisateur réutilise des éléments de la très longue série des Wong Fei Hong interprétée par Kwan Tak Hing, véritable institution pour le public de Hong Kong. Il reprend l'idée de la danse du lion, figure récurrente des films avec le docteur Wong et que les films ultra violents de Bruce Lee et Chang Cheh avaient mis au rabais, et fait appel à un acteur pilier de la série, Sek Kin. On sent dans ces choix la volonté de marquer sa filiation, son caractère de digne héritier d'une longue tradition. D'autres choix de casting montrent que Jackie connaît ses classiques et respecte ses aînés dans le métier. Ce qui le fait penser, c'est d'abord la présence de Lily Li. Régulière des films de Lau Kar Leung, entraînée par le fameux chorégraphe, la façon dont son personnage traite Dragon dans le film semble symboliser le rapport entre le maître de Hung Gar et le prodige de l'opéra de Pékin, faite de rivalité (la scène de combat où Lily surpasse Jackie) et de respect (les deux personnages ne sont pas fondamentalement ennemis). Le choix de Wang In Sik, lui, se place davantage dans la lignée des travaux de Sammo Hung. L'artiste martial Coréen avait eu son heure de gloire au début des années 70 en tant que méchant de service sur une série de films chorégraphiés par Hung. Le fait de l'inviter à revenir travailler à Hong Kong indique que Jackie reconnaît la valeur de l'homme, de son travail avec le gros Samo et, implicitement, qu'il entend faire mieux que son grand frère sur son propre terrain.

La danse du lion version Jackie

La protégée de Lau Kar Leung met Jackie au tapis

Jackie Face au légendaire Sek Kin

Wang In Sik, le méchant favori des années 70

 

Un scénario ? Pour quoi faire ?

Les valeurs exprimées par Jackie Chan se croisent et se recroisent dans un scénario prototype de ce qui sera la norme de l'homme. Le tournage ayant commencé sans un script achevé et s'étant étalé sur une longue période, on ne s'étonnera pas de certaines grosses ficelles ou autres raccourcis scénaristiques (personne ne reconnaissant Tiger lors de la danse du lion, le marché avec la police pour avoir droit au combat final…). De toute façon, un scénario béton n'est pas le souci principal de Jackie. Son credo, c'est de conserver une ligne directrice claire tout en bâtissant son film sur quelques scènes clés où son talent pourra s'exprimer de manière optimale. Une méthode de travail qu'il n'avait jusqu'alors jamais pu mettre totalement en pratique, coincé entre Lo Wei ou le duo Yuen Woo Ping / Ng See Yuen. Ici, la ligne directrice, c'est Dragon qui doit retrouver son ami Tiger. Cette base simple lui permet de faire constamment avancer le film, de maintenir à rythme à l'ensemble du récit en multipliant rencontres et confrontations.

Les scènes clés se retrouvent généralement aux mêmes endroits : Ouverture, milieu et fin de métrage. The Young Master épouse un peu près cette structure. Le film s'ouvre par une belle séquence de danse du lion et se finit en apothéose avec le duel contre Wang Ing Sik. Il est un peu plus délicat d'isoler une séquence emblématique à la moitié du film entre le combat à l'éventail, la libération du méchant ou le chassé croisé comico-action dans la maison du Shérif. Il s'agit probablement d'un excès de zèle de Jackie lié à la nature « prototypaire » de The Young Master. Quoiqu'il en soit, c'est au cours de ces séquences que Jackie a l'occasion de s'exprimer le mieux en mélangeant chorégraphies virtuoses et humour bon enfant. La star du Kung Fu est dans son élément et assure un spectacle total.

 

Entre classicisme et modernité

Même si Jackie croit en des valeurs traditionnelles, il est aussi conscient qu'il doit s'exprimer sous une forme moderne. C'est d'ailleurs là le fondement de la méthode Jackie : L'expression d'idées conservatrices, moralisatrices (sincères, l'homme y croit vraiment) lui assurant un large public sous une forme attractive (la combinaison action + humour) et contemporaine (il suit le genre roi du moment tant que ça ne déroge pas à ces principes).

C'est justement dans The Young Master que la dualité de la formule se remarque le plus, tout spécialement à travers les combats. Une majorité des affrontements du film ne se distingue en rien des autres Kung Fu Pian de l'époque. Qualité et rythme « old school » sont de rigueur. Son combat à l'éventail contre Fan Mei Sheng (et Chiang Kam) est d'ailleurs une merveille du genre. Mais, alors que le style du film et sa progression semble tracée, arrive La scène avec le puissant Wang Ing Sik. Après une introduction old school très réussie, Jackie définit le style moderne de chorégraphie dès que Wang est libre. Montage au couteau, utilisation de câbles et de poudre pour renforcer les impacts, vitesse d'exécution ultra rapide… L'effet est garanti ! Cette rupture par rapport aux standards de l'époque ne peut pas manquer de faire son effet sur les spectateurs, même si les chorégraphies antérieures étaient de grande qualité. Etonnamment, le film reviendra après cette séquence éclatante à des combats old school. Une nouvelle preuve du caractère décousu du tournage de The Young Master. Jackie reviendra à ce style d'action moderne pour le final mais en un peu plus dilué. Le montage est moins serré mais on trouve le souci de rythme et d'impact qui deviendra la norme dans les années à venir. Une synthèse des deux styles, le meilleur des deux mondes en une séquence. Le résultat est superbe, tout particulièrement grâce aux capacités physiques de Wang et la mise en valeur des talents de cascadeur (plus que d'artiste martial) de Jackie Chan.

Dragon retrouve enfin Tiger L'impressionnante libération de maître Kam

 

Film annonciateur de la fin d'une époque et ouvrant sur une nouvelle période, œuvre prototype du système Jackie Chan… The Young Master, c'est tout ça à la fois mais c'est avant tout un des chef d'œuvre du film de Kung Fu !
 
Page :  1  2   Top
Précedent :
Page 1 : Partie 1

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com