Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Trois Épéistes et la Tour de la Mort :Un regard sur Have Sword Will Travel de Chang Cheh
Suite de la présentation des personnages et de l'histoire 1/1 - Page 2
Infos
Auteur(s) : Yves Gendron
Date : 1/11/2004
Type(s) : Analyse
Critique
 
 Liens du texte  
Personnes :
Chan Sing
Chang Cheh
Cheng Pei Pei
David Chiang Da Wei
Ku Feng
Li Ching
Lo Lieh
Ti Lung
Jimmy Wang Yu
Wong Chung
Films :
Dead End
The Delinquent
Police Force
Lexique :
Wu Xia Pian
 
< Précedent
Page 1 : Introduction et présentation de l'histoire et des personnages
 
Suivant >
Page 3 : Action et conclusion


Histoire et personnage derrière le film (partie 2)

Le pivot romanesque de Have Sword tourne autour de la romance prude entre les personnages de David Chiang et celui de Li Ching. Cela fait un peu bizarre qu’un film de Chang Cheh, cinéaste des amitiés martiale viriles, ait un personnage de femme épéiste et que le film tourne autour d’une bluette amoureuse mais il faut dire qu’à l’époque même si se Chang avait imposé des héros masculins forts, ses thèmes homo-érotiques, qui allaient plus tard dominer son œuvre, n’étaient encore qu’au stade du balbutiements. En fait le wu xia pian se conjuguait encore presque totalement au féminin comme le prouvait le grand succès des films mettant en vedette Cheng Pei Pei qui trônait au sommet du box-office encore plus que ceux de Chang Cheh. Quoi qu’il en soit dans Have Sword Li Ching, véritable petite fleur, n’est guère crédible en tant qu’épéiste. Excepté pour un petit bout de scène où elle est aisément vaincue par « le Fléau » Chang Cheh ne lui donne aucun combat à faire et ce n’est que dans la dernière partie qu’elle entre brièvement dans le feu de l’action. Même si sa supposée romance avec David Chiang fait assez mièvre et convenue, Li Ching dans son rôle d’avenante ingénue n’en n’a pas moins un charme indéniable et s’impose suffisamment pour ne pas paraître un personnage purement superflu et accessoire comme bien des rôles de femmes le sont chez Chang Cheh.

 

Li Ching et David Chiang

Pris entre Chiang et Li Ching, Ti Lung hérite du rôle dévolu auparavant à Lo Lieh du chevalier faire-valoir celui qui est toujours dans l'ombre du héros et doit jouer le prétendant malheureux et/ou le rival envieux. Effectivement le personnage de Ti Lung se voit remettre à sa place chaque fois qu'il confronte Chiang et sa fiancée n'arrête pas de jeter des regard évocateur à ce dernier. Pourtant Chang Cheh donne à ce triste sire une dimension pleine de fougue et d'ambiguité inusitée. En effet Ti Lung a vraiment l'air superbe dans son habit tout blanc et il a droit à quelques excellents moments d'action au début et à la fin du film alors qu'il abat une demi-douzaine de bandits à coup d'épée ou en lançant des dards. La relation entre les deux héros épéistes est tendue dès le départ, souvent explosive mais aussi étrangement équivoque avec Ti Lung qui n'arrête pas de jeter ses regard ou autant la méfiance, l'envie et l'admiration secrète se lit tout à la fois. Même si elle n'est pas autant mise en avant que la petite amourette de Li Ching et Chiang, c'est le chassé-croisé entre ce dernier et Ti Lung qui s'avère être le plus pétillant.

 


David Chiang, Ti Lung et Li Ching : un trio amoureux complexe
Après Dead End Chang Cheh continuait donc avec Have Sword à développer davantage autant la personnalité filmique de ces nouveaux protégés que leurs relations entre eux. Bien que Chiang et Ti Lung reprenaient les principaux attributs de Jimmy Wang Yu et Lo Lieh, Chang savait déjà jouer sur leur propres contrastes complémentaires -l'un étant impulsif et impérial l'autre svelte et secret- pour créer des liens interpersonnels aussi dynamiques qu'ambivalents. Ce n'était là qu'un début et Chang saura plus tard exploiter la présence et les liens de ces nouvelles vedettes martiales d'une manière bien plus forte et contournée dans d'autres films mais ça c'est une autre histoire.

Pour jouer les méchants Chang Cheh fit appel au vétéran Ku Feng et le patibulaire Chen Sing qui interprétèrent respectivement le bandit distingué et l'homme de main inquiétant. Un troisième larron était joué par un nouveau venu nommé Wong Chung un jeune acrobate au faciès singulièrement sinistre. Il est introduit bondissant dès le générique d'ouverture et c'est en faisant un saut acrobatique le haut d'un balcon que son personnage fait son entrée dans le film comme pour montrer ce quoi ce débutant était capable. C'était là un bon commencement et le début d'une belle carrière de second couteau pour le jeune homme qu'il continua tout au long des années 70. Il fut même la vedette de deux films de Chang : The Delinquent et Police Force.

Ku Feng, Chen Sing et Wang Chung : les méchants de l'histoire

 

 
Page :  1  2   3  Top
Précedent :
Page 1 : Introduction et présentation de l'histoire et des personnages
Suivant :
Page 3 : Action et conclusion

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com