Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
  >  Festivals
  >  >  Festivals en 2014
  >  >  Festivals en 2012
  >  >  Festivals en 2011
  >  >  Festivals en 2010
  >  >  Festivals en 2007
  >  >  Festivals en 2006
  >  Bilan par année
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Fantasia 2014
Film japonais, coréens et indiens 3/3 - Page 5
Infos
Auteur(s) : Yves Gendron
Date : 26/12/2014
Type(s) : Compte rendu
Critique
 
 Liens du texte  
Personnes :
Tony Ching Siu Tung
 
< Précedent
Page 4 : Les films coréens
 
Suivant >
Page 6 : Le Ciné Massacre scandinave


Krrish Curry : Super-héros made in India: Krrish 3

Krrish 3 est la suite de Krrish présenté comme le premier film de superhéros Indien moderne, qui est lui-même la suite d'un autre film : Koi... Mil Gaya un récit sans héros masqué mais avec un extra-terrestre et un idiot savant qui semblerait être une sorte de mélange entre ET : l'Extra-Terrestre et Rain Man.

La genèse compliquée de Krrish 3 a été expliquée aux spectateurs avant le début du film par un des organisateurs du festival qui a conclu qu'il n'était pas nécessaire de voir les deux premiers films pour comprendre le troisième. De toute façon, un petit prologue apparaissant pendant le générique d'ouverture résume l'origine de Krrish super-héros masqué doté d'une force surhumaine et de son père le génial mais enfantin Rohit. Krrish est le diminutif de Krishna prénom du héros mais également une des figures les plus vénéré de la mythologie hindou. (voir : Wikipedia).

 

Dans Krrish 3 Kaal, un savant fou, crée un terrible virus meurtrier et contamine des pays entiers afin de vendre le vaccin et gagner une fortune. Grâce à l'intervention de Krrish et de son père Rohit, un vaccin est développé indépendamment, ce qui attire l'ire de Kaal sur le héros masqué et sa famille. Son épouse, la ravissante Pria, se retrouve même être remplacée par un double. Un terrible lien lie toutefois Kaal et Rohit, avec Krrish pris entre les deux, qui va transformer le conflit entre le héros et le savant fou en un terrible affrontement fratricide.

 
Krrish 3 a l'allure d'un mélange entre une production bollywoodienne exubérante avec ses allures de fiesta kitch rempli de numéro musicaux, et un film de la série des X-Men dont il reprend, le concept de mutant, un savant en chaise roulante et le look de verre et d'acier. Les exploits super héroïques du personnage sont rendus avec des CGI et des cascades suffisamment crédibles et spectaculaires et ses vedettes ont assez de charisme pour porter le film pendant 2h30.

 

Krrish 3, Krrish et le film qui a débuté la série, Koi Mil..Gaya, ont tous été réalisés par Rakesh Roshan et mettent en vedette son propre fils Hrithik Roshan, un Mel Gibson indien plus beau, jeune et musclé. Avec son charisme tout sourire, sa superbe musculature couplé avec ses talents de chanteur et de danseur je n'ai pas été surpris de lire qu'il a été désigné comme l'homme asiatique le plus sexy deux années de suite. Par contre, j'ai été stupéfait de découvrir qu'en plus de jouer Krrish, il jouait également son père, l'idiot savant Rohit, un véritable tour de passe-passe à la Clark Kent/Superman. Après coup, c'est évident, mais sur le moment, je n'avais pas remarqué les traits identiques entre les deux personnages tellement leurs personnalités et manières étaient distincts.

 

Le budget du film s'est élevé à environ 18 million d'Euros, considérable pour une production indienne mais une fraction d'un film de superhéros hollywoodien. Bien que l'histoire soit de Rakesh, cinq scénaristes ont également œuvré à l'écriture du récit. Le tournage s'est déroulé sur plus d'un an et demi avec quelques scènes tournées dans les Alpes suisses (pour la base secrète du méchant qui est en fait l'observatoire du Sphinx) de même qu'en Jordanie (pour un numéro musical exotique).

 

 

Le directeur musical du film fut le propre frère de Rakesh Roshan : Rajesh. Pour les scènes d'action, en particulier celles impliquant du wire-fu, Rakesh Roshan a fait appel à un grand spécialiste en la matière : nul autre que le chorégraphe hongkongais Tony Ching Siu-tung, qui avait d'ailleurs déjà chorégraphié des scènes d'action du premier Krrish. Au départ, le film devait être présenté en format 3 D mais le temps a manqué pour effectuer le traitement digital nécessaire.

Détails relativement anodins mais néanmoins amusants : les quatorze films mis en scène jusqu'à maintenant par Rakesh Roshan commencent tous par la lettre K (Krrish, Krrish 3, Koyola, King Uncle etc). Aussi, mis à part son superbe corps d'Apollon, Hrithik Roshan a une particularité physique singulière : sa main droite comptant deux pouces.

 

Pour un amateur de film de super-héros comme moi, Krrish 3 se laisse voir comme un sympathique pastiche, superficiel, dérivatif, kitch et parfois mièvre bon enfant mais tout de même spectaculaire et d'un certain charme naïf. Bref un bon divertissement.

Cote : ***

Bande Annonce :

 

 
KRRISH CRASH: KRIRSH

 

Avant de revoir Krrish 3 pour les besoins de ce dossier, je me suis procuré et j'ai visionné le film Krrish qui introduit le personnage et raconte ses origines. Bien que les pouvoirs de Krrish soit présentés dès le départ, ce n'est que vers le début du deuxième tiers qu'il revêt un costume et commence à faire des exploits super-héroïques qui ne totalise qu'à peu prêt 30mn, incluant l'affrontement final. Pour un film de presque 3 heures c'est peu. Le méchant lui-même n'entre vraiment en scène que dans la dernière demi-heure.

 
La première moitié du film prend essentiellement la forme d'une comédie romantique dans laquelle Krrish ou plutôt Krishna courtise sa belle à coup de grands sourires béats, de numéros de danse bollywoodiennes et de gags burlesques, qui mettent bien en valeur le charme fou et l'expressivité conquérante de ces deux vedettes. Cela pourrait bien séduire un public féminin avide de romance et de beaux gosses avec de belles gueules, mais un amateur de film de super-héros doit attendre très très longtemps avant d'y trouver un tant soit peu son compte.

 

Tout comme Krrish III cinq années plus-tard, les scènes d'action de Krrish sont de Ching Siu-tung. Les exploits du super-héros consistent surtout en des scènes de wire-fu et des bagarres contre des cascadeurs presque tous chinois, le tout filmé la plupart du temps au ralenti. Ce sont des scènes spectaculaires pour un film bollywwodien mais rien de vraiment comparables aux films de super-héros d'Hollywood ou au héros martiaux Chinois.

D'une durée de presque 3 heures, il aura fallu que je me donne de longues et nombreuses pauses tout le long d'une journée pour passer à travers ce film qui bien que pas sans charme et énergie ne satisferait pas grandement l'amateur de super-héros. Krrish permet surtout de constater les grand progrès que les artisans du cinéma indiens auront fait en effets spéciaux entre la production du premier Krrish et sa suite cinq années plus-tard, Krrish 3 en 2013.

 

À noter que Krrish a fait également l'objet d'une série animée TV et qu'une 4eme partie est maintenant en production au moment d'écrire cet article.

Cote : **1/2

Bande annonce :

 

 
Page :  1  2  3  4  5   6  Top
Précedent :
Page 4 : Les films coréens
Suivant :
Page 6 : Le Ciné Massacre scandinave

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com