Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
  >  Festivals
  >  Bilan par année
  >  >  Année 2014
  >  >  Année 2013
  >  >  1997-2007
  >  >  Année 2002
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
2013 : La revanche du cinéma de Hong Kong ?
Police Story 2013 1/1 - Page 4
Infos
Auteur(s) : Laurent Henry
Date : 1/1/2014
Type(s) : Analyse
Reflexion
 
 Liens du texte  
Personnes :
Jackie Chan
Ding Sheng
Francis Ng Chun Yu
Anthony Wong Chau Sang
Films :
Armor Of God III : Chinese Zodiac
Jiang Hu
Crime Story
Full Alert
The Man From Macau
Police Story
Police Story 2013
The White-Haired Witch Of Lunar Kingdom
 
< Précedent
Page 3 : So Young


Police Story 2013

Dans un genre radicalement différent, Police Story 2013 est encore plus sombre. De fait mettons fin immédiatement à tout malentendu : Police Story 2013 n'est pas un Police Story ! Il n'en reprend pas la formule composée de cascades, d'humour et d'enquête policière. Le film s'inscrit en réalité dans une veine beaucoup plus noire et réaliste du polar hongkongais, quelque part entre Crime Story et Full Alert. Pour sa deuxième collaboration avec Ding Sheng, Jackie Chan semble avoir accepté de se conformer à la vision du réalisateur-scénariste, qui n'hésite pas à s'éloigner de la formule qui a fait le succès de la star.

A ce titre, les fans risquent d'être déçus. Les cascades spectaculaires sont complètement absentes et l'action tient finalement peu de place dans le métrage, qui prend très vite la forme d'un huis-clos psychologique. Le réalisateur « sabote » même l'impact des premières scènes d'action car elles sont découpées en plusieurs flashbacks, ce qui casse leur rythme. Loin d'être une maladresse, ces va-et-vient entre le passé et le présent permettent, par le jeu de révélations, de construire des personnages complexes, confrontés à des informations nouvelles qui viennent remettre en question leurs certitudes.

Pour sa mise en scène, Ding Sheng choisit de filmer caméra à l' épaule, mais sans tomber dans le style « reportage de guerre » d'un Paul Greengrass. L'action reste lisible grâce à un découpage précis. L'idée est surtout de coller au plus près des personnages, de leurs émotions et de leurs confrontations.

L'ambition formelle et narrative du film vient néanmoins buter sur certains écueils. Si le scénario se veut complexe, s'il progresse par coups de théâtre dramatiques, il est truffé d'invraisemblances et de facilités qui font que l'essentiel de l'histoire paraît tirée par les cheveux.

Mais surtout, le scénario repose sur la confrontation entre 2 personnalités. Or Jackie Chan a conservé 2 aspects peu intéressants de son « personnage ». Le premier, c'est son côté « père la morale ». Au bout de 3 minutes de film, il est déjà en train de ramasser une canette de soda pour la mettre à la poubelle. Pire, il entre dans la boite de nuit où se passera l'essentiel de l'action en portant de long regard sur la jeunesse « dépravée » qui s'amuse. Lui, compare le lieu à une prison. L'autre aspect du personnage est plus insupportable encore. Car régulièrement Jackie se mue en héros sacrificiel. Et là, l'acteur et le metteur en scène en font des tonnes. Quant à son adversaire, il manque singulièrement de charisme. Un Francis Ng ou un Anthony Wong aurait sans doute apporté un grain de folie, une dimension supplémentaire pour faire du personnage un vrai méchant de cinéma ! Trop jeune, trop falot, l'acteur ne parvient jamais à susciter une quelconque fascination pour son personnage.

Ces réserves posées, même si Police Story 2013 est sans doute le plus faible des 4 films sino-hongkongais marquants de 2013, le résultat est quand même très intéressant, à mille lieues du médiocre Chinese Zodiac (2012). Jackie Chan ose prendre des risques. Le succès en salle lui a donné raison.

 

Après 4 succès financiers et critiques en 2013, l'année 2014 commence également très fort sur le plan commercial avec The Monkey King, encore une adaptation du roi singe, qui cartonne ! Mais le retour du "God Of Gambler" est également un retour gagnant, dans un quatrième épisode intitulé From Vegas To Macau. On attend aussi beaucoup de The White-Haired Witch Of Lunar Kingdom, le remake de The Bride With White Hair, qui est sorti le 14 février. Ces films poursuivront-ils sur la bonne lancée de l'année 2013 ? Réponse dans un prochain épisode...

 
Page :  1  2  3  4   Top
Précedent :
Page 3 : So Young

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com