Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
  >  Festivals
  >  >  Festivals en 2014
  >  >  Festivals en 2012
  >  >  Festivals en 2011
  >  >  Festivals en 2010
  >  >  Festivals en 2007
  >  >  Festivals en 2006
  >  Bilan par année
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Hong Kong Filmart 2011
Le marché du film n°1 en Asie 1/1 - Page 2
Infos
Auteur(s) : Frédéric Ambroisine
Date : 14/1/2012
Type(s) : Compte rendu
 
 Liens du texte  
Personnes :
Stephen Shiu Yeuk Yuen
 
< Précedent
Page 1 : Filmart : 15 ans. Entertainment Expo : 7 ans
 
Suivant >
Page 3 : Rendez-vous. Projections. Organisation.


Marché du Film n°1 en Asie

Un peu moins d'un mois avant la sortie local du film érotique 3D Sex and Zen : Extreme Ecstasy, le producteur hongkongais Stephen Shiu Jr. mit au point une stratégie marketing très efficace pour éveiller l'attention d'acheteur potentiels : stand du marché décoré en donjon des supplices, campagne d'affichage agressive dans les rues de Hong Kong, conférence de presse au FILMART en présence des comédien(e)s. « Le «  Sex and Zen  » de 1991 qu'a produit mon père, est très populaire en Asie. Il est donc évident que FILMART est un marché très important pour nous. 3D Sex and Zen a déjà été pré-vendu dans 10 pays, et nous comptons le vendre dans beaucoup d'autres durant ce marché. »

 

Centré principalement sur l'Asie, FILMART rassemble en effet une grande majorité de sociétés asiatiques. Jérémy Segay, spécialiste du cinéma asiatique et consultant au Festival Paris Cinéma (1) nous confirme : « Au FILMART, il y a énormément de sociétés asiatiques qui ne viennent pas forcément aux autres marchés, que ce soit à Berlin ou à Cannes, ou même à Pusan. Il est donc toujours utile de venir ici à Hongkong pour voir ce que proposent des pays comme l'Indonésie, pays très présent, les Philippines, qui cette année ont un grand pavillon, et même le Cambodge ou le Vietnam ».

(1) Anciennement programmateur à la Quinzaine des Réalisateurs du Festival de Cannes, Jérémy Segay est actuellement attaché audiovisuel au bureau français de Taipei.

 

Montée en puissance de la Chine

Producteur et distributeur japonais très actif basé à Los Angeles, Ko Mori, qui était au FILMART pour vendre - entre autres - le film d'animation japonais en 3D Little Ghostly Adventures of the Tofu Boy déclare : « J'adore Hong Kong, je pense que FILMART est le meilleur marché du film en Asie. De plus, on sent que c'est la porte d'entrée pour le marché chinois qui grandit de façon vraiment spectaculaire. ». Yann Marchet, responsable marketing et communication de la Commission du film d'Ile-de-France, qui accompagne chaque année au FILMART une dizaine de sociétés françaises, rajoute : « On sent que cette année, il y a une vraie montée en puissance du coté de la Chine... Il y a eu beaucoup plus de tournages chinois en France récemment dont Perfect Baby [avec Jane March]. Deux autres gros projets vont bientôt arriver en France. Il y a donc une vraie relation qui s'installe avec les partenaires chinois. FILMART est un marché qui devient vraiment clé pour nous. »

 

Productrice malaisienne basé à Hong Kong depuis plusieurs années, Lorna Tee, qui est venu proposer un projet taiwanais au HAF (Lonely Together de Ho Wi-ding) remarque également que la présence chinoise est de plus en plus importante au FILMART depuis environ trois ans : «  On peut voir qu'en terme d'espace physique, les société chinoises prennent à peu près la moitié de la plateforme du FILMART. »

Basé en Chine, Elliot Tong, responsable des ventes et acquisitions à Tianjin Film Studio venait présenter à FILMART Legend of a Rabbit, le premier film d'animation chinois en 3D, qui avait déjà fait parler de lui au festival de Berlin, durant lequel il fut vendu dans une vingtaine de pays. « FILMART est un marché génial et excitant, c'est la première fois que notre société est présente à Hongkong. Nous souhaitons pouvoir y trouver plus de distributeurs, dont le Japon par exemple. Pour l'Asie, nous avons déjà mis en place un système de distribution, en Corée, à Singapour, en Malaisie et à Hongkong.»

 

Production et co-productions

Présent pour la première fois à l'occasion de ce 15 ème marché du film, Julien Ezanno, chargé de mission au Centre National du Cinéma et de l'Image Animée (CNC) déborde d'enthousiasme : « Sur la vingtaine de rendez-vous que j'ai eu, j'ai rencontré surtout des producteurs ou distributeurs de Hong Kong, qui pour certains d'entre eux ont aussi une activité ou un bureau à Pékin. J'ai aussi rencontré des coréens et des taiwanais. Des gens très demandeurs et désireux de travailler avec la France, donc ça fait plaisir… Je suis très impressionné et je pense qu'il faut que l'on soit désormais chaque année à FILMART. Je trouve que c'est un marché très dynamique où les gens on plein d'envies. Ça donne vraiment envie de revenir, et c'est vraiment prometteur pour l'avenir des coproductions entre la France et la Chine. »

Le français Eric Porcher, a lui produit One O One de Franck Guérin, un film se déroulant en France et à Taiwan : « Grâce à FILMART, j'ai pu rencontrer pas mal de producteurs et de distributeurs taiwanais. C'est un très bon marché pour moi cette année puisque le film que je suis venu présenter va être sélectionner au Festival du Film de Taipei dans quelques mois.»

Concernant les projets de co-production entre l'Asie et la France, Yann Marchet précise : « Nous avons initié beaucoup de rendez-vous entre les sociétés asiatiques et les sociétés françaises, notamment avec la Taipei Film Commission, ce qui a permis a deux producteurs qui ont des projets de coproduction avec l'Asie, de rencontrer un certain nombre de partenaires potentiels, pour faire de la coproduction. »

Snowchild

 

L'allemande Uta Arning, dont le premier long-métrage Snowchild, conte moderne tourné au Japon et produit par sa propre société Snowchild Filmproduction, était présente à FILMART pour y rencontrer notamment Ko Mori, co-producteur du film via sa société Eleven Arts : « J'arrive de Singapour où le film est actuellement en post-production. J'ai eu aussi d'excellents rendez-vous avec les gens de l'EFP [European Film Promotion] et des producteurs européens. J'ai revu des personnes que j'avais rencontrées l'an dernier à FILMART, d'autres que j'avais rencontré à Cannes et à Berlin, ma ville d'origine… J'ai aussi revu ici de vieux amis d'Okinawa, de Sapporo, d'Hakkaido… J'étais très heureuse de voir tant de sociétés japonaises présentes. Je m'inquiétais de ne pas les voir à cause de la situation actuelle au Japon [Tremblement de terre et tsunami de Tohoku survenu le 11 mars 2011]

 
 
Page :  1  2   3  Top
Précedent :
Page 1 : Filmart : 15 ans. Entertainment Expo : 7 ans
Suivant :
Page 3 : Rendez-vous. Projections. Organisation.

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com