Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Interview de Clement Cheng : Gallants
HK Film Award du Meilleur Film 1/1 - Page 5
Infos
Auteur(s) : Thomas Podvin
Date : 1/6/2011
Type(s) : Interview
 
 Liens du texte  
Personnes :
Josie Ho Chiu Yee
Ann Hui On Wah
Edmond Pang Ho Cheung
Tsui Hark
Wong Ching Po
Films :
Dream Home
Kung-Fu Masters
Love In A Puff
Revenge : A Love Story
The Way We Are
 
< Précedent
Page 4 : L’écriture du scénario, la structure de l’histoire
 
Suivant >
Page 6 : L’humour


HKCM: Vous avez fait beaucoup à partir de très peu. Le film a été un succès au box office, et critique. Vous avez fait ce film avec votre cœur et il a gagné le prix du meilleur film aux Hong Kong Films Awards…
Clement Cheng: Comme je l'ai dit, je suis vraiment chanceux, et c'est une expérience qui rend humble. Ce que je veux dire, c'est que le fait même que le film existe tient du miracle. Il y a cette expression « une image vaut mieux qu'un long discours. », mais si vous mettez à la suite 30 millions d'images, alors parfois vous pouvez obtenir un miracle.
 
Masterclass: Qu'est-ce que ça représente pour le film, d'avoir remporté la récompense du Meilleur Film aux HK Films Awards ?
Clement Cheng: Ça me permet d'être ici. Ça me gêne de le dire, mais cela n'est pas important seulement pour moi ou pour les gens qui ont fait le film, mais c'est important pour tous les gens qui se battent pour faire des films sans tenir compte du box office. Une des raisons, j'imagine, c'est que les réalisateurs de ma génération, les trentenaires, essaient de faire des films maintenant eux aussi. Comme Revenge : A Love Story que Wong Ching-po a réalisé l'année dernière, et Josie Ho a fait Dream Home [elle a aussi produit le film, ndlr]. Edmond Pang Ho-cheung a réalisé Love in a Puff.

Il y a en fait quelques personnes de ma génération, probablement plus d'une dizaine, qui font des films qui sont plutôt réussis, plutôt bons, et qui rencontrent leur public. Le public de HK revient vers les salles de cinéma, regarde ces films et les trouve rafraîchissants.

Je pense que gagner cette récompense de Meilleur Film, ça booste tout ce monde, pas seulement l'équipe du film. On est tous de bons amis, proches, et on se parle et s'entraide souvent.

 
Masterclass: Lorsqu'on regarde le palmarès des oscars [de Hong Kong] des trois dernières années, on voit qu'ils ont donné la récompense du Meilleur Film à des productions indépendantes. Cette fois-ci, ils vous l'ont donné. Il y a deux ans c'était à Ann Hui pour The Way We Are. Le règne des indépendants est-il advenu à Hong Kong ?
Clement Cheng: Non, pas du tout. En fait, ça dépend surtout de quels autres films ont été faits la même année. C'est simplement le destin, j'imagine. Ou la chance - si vous faîtes quelque chose que personne n'a fait cette année là, c'est un bon point. Et vous êtes remarqués. Mais on ne sait jamais ce que les autres sont en train de faire.

 

L'équipe de Gallants, une équipe de vainqueurs.

 
HKCM: Est-ce parce que votre film et celui d'Ann Hui sont très locaux ? Parce que vous étiez en compétition avec le film de Tsui Hark, Detective Dee, qui est plutôt un film à gros budget pour le marché de la Chine continentale.
Clement Cheng: Oui, avec le budget de ce film, on pourrait faire quelque chose comme 30 films comme le mien (rires). Ce n'est pas une question d'être local, parce que pour moi, Gallantsn'est pas un film local. C'est exactement le contraire, même. Ça se passe à HK et ça parle cantonais, mais ce n'est pas à propos de HK. C'est à propos d'un genre de film inventé à HK. Et les personnages restent à HK. En fait, le film est vraiment une farce, qui n'arriverait jamais à HK car les gens à HK ne sont pas comme ça. Ils sont vraiment…comment dire ça poliment…très pragmatiques. Ils veulent en faire le moins pour gagner le plus. C'est l'idée générale du succès qu'on se fait là-bas. En faire le moins et gagner le plus, sur le dos des autres. Et si une chose ne marche pas, on laisse tomber et on passe à autre chose.

Mon film, c'est complètement le contraire. Je ne cherche pas à redéfinir la notion de succès, mais je parle de quelque chose qui n'est pas très courant à HK. C'est plus japonais, plus un concept comme l'esprit samouraï. C'est quelque chose de différent, un peu nouveau, à laquelle les gens peuvent se raccrocher.

 
Page :  1  2  3  4  5   6  7  8  9  10  Top
Précedent :
Page 4 : L’écriture du scénario, la structure de l’histoire
Suivant :
Page 6 : L’humour

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com