Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Interview Julien Carbon, Laurent Courtiaud : Les Nuits Rouges du bourreau de Jade
Projets & situation de l’industrie à HK 1/1 - Page 9
Infos
Auteur(s) : Léonard Aigoin
Van-Thuan LY
Date : 28/4/2011
Type(s) : Interview
 
 Liens du texte  
Personnes :
Soi Cheang Pou Soi
Ringo Lam Ling Tung
Edmond Pang Ho Cheung
Tsui Hark
Yuen Biao
Lexique :
Gweilo
Wong Fei-hong
Wu Xia Pian
 
< Précedent
Page 8 : Les chorégraphes sont des durs à cuire
 
 Notes  
Remerciements à Karine Durance.

Entretien mené le 21 avril 2011 au Café des Initiés, 3 Place des Deux Ecus, 75001 Paris.


«  Les Soi Cheang, ils sont nuls. C'est des voleurs. »

Projets
HKCinemagic : Quel est votre prochain projet ?

Julien Carbon : On en a deux, là tout de suite. Il y en a un qu'on devait commencer à tourner plus tôt, mais en fait ça va être repoussé au début de l'année prochaine, vers février ou mars, je pense. On va le tourner à Hong Kong, ça s'appelle Trois Jours Ailleurs , avec Eric Cantona, Alice Taglioni et Isaac de Bankolé. Donc ça sera vraiment différent des Nuits Rouges, ça sera plus une poursuite à travers la ville, beaucoup plus mobile, beaucoup plus de caméras portées, beaucoup plus de foule aussi. Enfin vraiment courir dans la ville !

Laurent Courtiaud : Beaucoup plus léger, c'est un polar romantique. Donc ça va être un film un peu plus grand public, mais vraiment pour montrer Hong Kong d'une autre façon. On va choisir encore des lieux un peu inédits, un peu originaux, et on va filmer d'une autre façon.

Julien Carbon : Mais là, Cantona va commencer une pièce de théâtre en septembre, qu'il va jouer jusqu'à la mi-janvier. Donc ça sera après cette pièce. On commencera la préparation, et il y a cette question de calendrier entre les deux, et comme ça nous démange de tourner, on essaie d'en monter un très très vite, un tout petit budget français qu'on tournerait si tout va bien, enfin c'est encore très hypothétique, à l'automne, peut-être dans le sud de la France. Et là ça serait un thriller paranoïaque autour du monde des sectes.

 
Situation du cinéma de HK
HKCinemagic : Vous avez encore la foi dans le cinéma hongkongais ?

Laurent Courtiaud : Non, on n'a plus la foi parce qu'il est presque mort. Tous les investissements maintenant viennent de Chine, donc les films sont faits pour la Chine. Il n'y a que Tsui Hark avec Detective Dee qui se joue un peu de la censure. Parce qu'il est malin, il joue donc avec le système.

Julien Carbon : On ne peut pas vraiment avoir la foi en ce moment parce que vu la situation on est obligé d'aller tourner en Chine. Donc ça prive l'industrie de ses talents. Mais on peut avoir la foi en les Hongkongais eux-mêmes, parce qu'ils rebondissent et forcément ça reviendra. Mais ça risque de prendre un peu de temps. Le statut a beaucoup changé. Quand on est arrivé à Hong Kong, ils tournaient 150 films par an, aujourd'hui on est à une quarantaine, une cinquantaine par an. Et quand on est arrivé, il y avait 50 000 personnes qui tournaient dans ou autour du cinéma, en comptant la distribution et tout. Aujourd'hui c'est 5000 personnes. Aujourd'hui il arrive souvent que la nuit dans Hong Kong on prenne un taxi et on croise quelqu'un qu'on connaît, qui a été acteur ou directeur des combats !

Laurent Courtiaud : C'est très triste. Mais bon c'est des gens qui sont forts, qui travaillent, qui ont une énergie très forte, et qui vont rebondir. Mais en ce moment c'est le marasme et les productions font n'importe quoi. On essaie de pousser une pseudo-nouvelle génération de réalisateurs qui à notre sens est survendue, puisque la majorité on ne les aime pas. Alors que Ringo Lam ne travaille pas. Edmond Pang Ho-Cheung est très intéressant, mais les autres, les Soi Cheang, ils sont nuls. C'est des voleurs. Et tu te dis, personne ne veut donner d'argent à Ringo Lam pour faire des films !

 
HKCinemagic : Bon, parlons de choses sérieuses : quand est-ce que vous faites tourner Yuen Biao !?

Laurent Courtiaud : Ah ben écoute, on l'aime bien, on va voir. Comme de toutes façons [le prochain film] ça va être une poursuite, on mettra Yuen Biao derrière Cantona. (rires)

 
HKCinemagic : Et est-ce que le fait d'avoir fait un opéra vous donne envie de passer au Wu Xia Pian ?

Julien Carbon : On adorerait faire un wu xia pian, c'est notre rêve.

Laurent Courtiaud : On en a même écrits. Si vous êtes prêts à le produire, on le tourne tout de suite !

Julien Carbon : On a bien vu avec Tsui Hark. Il nous faisait confiance sur tout, et on a même travaillé sur ce script toujours en évolution du Roi Singe, ça c'est un rêve. Encore ça, ça va, il sait qu'on connaît parfaitement le livre. Mais par exemple, on était à la Workshop à l'époque de Wong Fei Hung en Amérique, et donc on s'était proposé parce qu'on connaît très bien Wong Fei-Hong et les westerns. On a dit « Nous sommes les hommes de la situation ». Mais bon, on était des gweilos, en plus ce n'est pas notre tradition, donc même chez Tsui, qui est certainement le réalisateur le plus ouvert, il y a une hésitation. On sait très bien qu'on ne produirait pas à Hong Kong un film en costumes.

 
HKCinemagic : Comme si vous leur preniez leur histoire...
Julien Carbon : C'est ça. Déjà on a la chance d'être des étrangers qui ont été accueillis à Hong Kong, et je pense qu'on a été mieux accueillis que n'importe quel étranger qui voudrait se frotter au cinéma français. A Hong Kong comme les gens sont plus pragmatiques et plus ouverts, à partir du moment où l'idée leur paraît assez intéressante on peut travailler.

En France, justement on te demanderait d'avoir un bagage culturel plus important, et même si tu l'as et si tu le prouves, je ne pense pas qu'on te laisserait faire un film de cape et d'épée si tu es un jeune cinéaste chinois passionné de cinéma français qui vient débarquer en France. Et je ne sais pas si les producteurs français seraient prêts à mettre de l'argent dans un wu xia pian. Par contre un film de cape et d'épée français, c'est possible !

Laurent Courtiaud : C'est un but ! Et ça sera le mot de la fin.

 

Les actrices.
© Crédit Photographique - Morgan Ommer.

 
Page :  1  2  3  4  5  6  7  8  9   Top
Précedent :
Page 8 : Les chorégraphes sont des durs à cuire

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com