Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Interview Julien Carbon, Laurent Courtiaud : Les Nuits Rouges du bourreau de Jade
Techniciens français dans un film hongkongais 1/1 - Page 6
Infos
Auteur(s) : Léonard Aigoin
Van-Thuan LY
Date : 28/4/2011
Type(s) : Interview
 
 Liens du texte  
Personnes :
Christophe Gans
Wong Kar Wai
 
< Précedent
Page 5 : Film multilingue
 
Suivant >
Page 7 : Deux chorégraphes de renom


HKCinemagic : J'imagine qu'on vous a aussi imposé certains techniciens français ?
Laurent Courtiaud : Non pas du tout. En fait toute l'équipe de tournage est hongkongaise, on a choisi nous-mêmes notre équipe évidemment. On a travaillé avec les gens avec lesquels on voulait travailler. C'est nous qui avions dit dès le début qu'on prendrait des Français pour le son parce qu'il n'y a quasiment pas de films à Hong Kong qui se font en prise de son directe. Ça se fait toujours en post-synchro. Wong Kar Wai le fait un peu, mais c'est même pas le cas tout le temps. Donc il y a vraiment très peu de bons preneurs de son à Hong Kong. Comme on savait que la post-production allait devoir se faire en France c'était plus pratique à tous points de vue d'avoir des Français qui viendraient faire le son à Hong Kong pour pouvoir suivre ensuite pour les dialogues. Et parce qu'ils auraient un meilleur niveau.

Donc on a fait venir un ingénieur du son et un perchman. Pour eux, ça a été très difficile. Ils ont très vite réussi à s'intégrer dans l'équipe, mais ça a été l'enfer. Donc on est contents d'avoir choisi des gens incroyablement talentueux et motivés. Parce que Hong Kong est une ville extrêmement bruyante, et donc ils sont arrivés et ils se sont dit… ils ont failli devenir fous quoi. Il y a des climatisations dans tous les sens, on ne peut pas les couper, c'est absolument impossible. On tournait dans des décors naturels avec des autorisations simples, et des fois, on n'avait pas toujours d'autorisation. Donc il n'y avait pas toujours la possibilité de faire faire le silence aux alentours.

Julien Carbon : Enfin même si on a une équipe qui est extrêmement expérimentée, je parle de l'équipe hongkongaise, comme ils n'ont vraiment pas l'habitude de faire le silence, c'était extrêmement difficile d'obtenir le silence sur le plateau. Il a fallu batailler un petit moment, mais après ils se sont quittés comme des frères. Ça s'est vraiment super bien passé.

 

Silence plateau ! Carbon montre à Carrie comment réagir.
Screenshot tiré du making of.
© The French Connection.

 

Laurent Courtiaud : C'est vrai qu'on ne les connaissait pas à l'avance, eux. On a casté nos ingénieurs du son !

Julien Carbon : On les avait bien briefés avant.

Laurent Courtiaud : Ça s'est bien passé, on les avait bien briefés. On avait le monteur [Sébastien Prangère], c'est un copain, c'est le monteur de Pascal Laugier, c'est lui qui a monté Saint-Ange et Martyrs et qui monte aussi pour Christophe Gans. Donc c'est notre pote, on voulait tourner avec lui. On a choisi notre monteur nous-mêmes. Pour le reste des techniciens français, pour le maquillage comme je disais on a réparti le travail. Comme Carole était française, il fallait plutôt des maquilleurs français pour faire toutes les prothèses avant qu'elle vienne à Hong Kong. On est potes avec Gaspar Noé, donc on est allé naturellement voir les gens avec qui il avait travaillé. Et pour la post-production, on est tombé sur des gens absolument fabuleux en Belgique, c'est…

Julien Carbon : Alea Jacta.

Laurent Courtiaud : Alea Jacta. Les gens qui ont monté la boite, c'est des gens qui viennent de C'est Arrivé Près De Chez Vous .

Julien Carbon : Ceux qui ont fait Panique Au Village .

 
HKCinemagic : (Léonard) C'est marrant, parce que j'ai pensé à C'est Arrivé Près de Chez Vous à un moment, même si je sais que ce n'est pas lié, mais le travail sur la couleur rouge me faisait penser à cette réplique de Benoît Poelvoorde dans le film justement.
Laurent Couriaud : Oui c'est marrant, il nous arrive de le dire en interview, pas plus tard qu'hier justement, « Le rouge c'est la couleur du sang… »
 
HKCinemagic : « de la violence ! »

Laurent Courtiaud : On est de la même génération, on a été à Cannes quand C'est Arrivé Près de Chez Vous est passé en même temps que Reservoir Dogs, on finissait nos études. Et puis on les connaît. Enfin surtout on connaissait Rémy [Belvaux].

 

Benoît Poelvoorde dans C'est Arrivé Près de Chez Vous .
© Les Artistes Anonymes / AAA

 
Page :  1  2  3  4  5  6   7  8  9  Top
Précedent :
Page 5 : Film multilingue
Suivant :
Page 7 : Deux chorégraphes de renom

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com