Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Interview Julien Carbon, Laurent Courtiaud : Les Nuits Rouges du bourreau de Jade
Film multilingue 1/1 - Page 5
Infos
Auteur(s) : Léonard Aigoin
Van-Thuan LY
Date : 28/4/2011
Type(s) : Interview
 
 Liens du texte  
Personnes :
Johnnie To Kei Fung
 
< Précedent
Page 4 : Mise en image de la violence
 
Suivant >
Page 6 : Techniciens français dans un film hongkongais


« Ce qu'on voulait dès le début (…), c'était que chaque personne parle sa langue. »
HKCinemagic : Il y a différentes nationalités sur le plateau. Dans le film, tantôt on parle en français, tantôt en cantonais, il y a même le dialecte taïwanais. Pourquoi un tel choix ?

Julien Carbon : Déjà il y avait une obligation par rapport à la coproduction qui fait que pour que le film ait un classement « film français », il fallait que 50% des dialogues soient en français. C'est extrêmement strict, il y a un comptage très précis qui est fait, et il n'y a pas d'appel possible. On présente le film [au CNC] une fois qu'il est terminé, et si l'équilibre n'est pas bon, le film n'a pas la classification française, et tu n'as pas la possibilité de revenir et de le remontrer. Donc il faut tout de suite que ce soit bon.

 

Frédérique Bel.
© Crédit Photographique - Morgan Ommer.

 
HKCinemagic : C'est pour ça que vous avez ajouté quelques voix-off ?
Julien Carbon : Non, ça c'était déjà prévu.

Laurent Courtiaud : C'était déjà prévu mais c'était juste juste !

Julien Carbon : On y a pensé dès l'écriture.

Laurent Courtiaud : Il fallait anticiper ça. Il faut préciser un point : dans le système de la coproduction française, dans le système français, et notamment quand c'est Canal+ qui donne la majeure partie de l'argent français, il y a plusieurs départements et les investissements sont faits en fonction du type de film. Et donc quand ils donnent une somme x pour un film français, la somme est promise, elle est garantie, cependant elle n'est pas donnée au moment du tournage mais seulement une fois que le film est terminé. Elle est normalement promise et garantie si nous on fait notre travail. C'est-à-dire qu'on doit leur remettre un film français et là ils donnent l'argent qu'ils ont promis. Donc une fois que le film est terminé, il y a un type [au CNC] qui compte les dialogues, il les chronomètre.

Ensuite ils disent si c'est un film français ou pas. Et s'ils disent « Ben non ce n'est pas un film français », on est obligé d'aller voir Canal+ et de dire que ce n'est pas un film français. Et là [à Canal+] ils nous disent « On vous donnait tant pour un film français, mais là si c'est un film hongkongais, ce n'est plus la même chose. C'est comme si on achetait un Johnnie To ou un truc comme ça. Sauf que vous n'êtes pas Johnnie To et donc on vous donne cinq fois moins ou quatre fois moins ». Enfin, c'est la règle du jeu. On est obligé d'y penser avant et c'est pour ça qu'on a écrit en fonction…

 

Lost in translation?
© Crédit Photographique - Morgan Ommer.

Julien Carbon : On voulait éviter le problème auquel sont confrontés tous les films qui font un peu dans le multilinguisme. On voulait éviter justement ce qu'on voit par exemple dans Inju (Barbet Schroeder, 2007), où on a dix minutes avec l'agent littéraire (japonais) qui fait la présentation de Tokyo en français, parce qu'après on va avoir besoin de dialogues en japonais plus loin. Ce qu'on voulait dès le début de toutes façons, c'était que chaque personne parle sa langue. Et tu comprends que ces gens-là comprennent ce que disent les uns les autres, mais pour une question de face, ils ne veulent pas parler dans la langue de l'autre.

On a mis quelques petits raccords entre les deux, en faisant en sorte que Carole s'exprime de temps en temps un petit peu en chinois, et donc on comprend que Carrie comprend visiblement le français ; mais on voulait pas en fait qu'il y ait un passage à l'anglais au milieu, ce qui est en fait le cas à Hong Kong où les gens utilisent l'anglais comme langue commune. On voulait éviter tout ça parce que finalement pour nous c'était pas avantageux. Ce n'était pas avantageux pour les acteurs de Hong Kong. Comme on savait qu'on allait avoir un tout petit peu d'actrices françaises qui parleraient chinois, et que ça déjà ça serait assez difficile, on ne voulait pas en plus avoir la difficulté supplémentaire d'avoir des dialogues en français pour les acteurs chinois. On l'a fait avec Maria, qui a quelques phrases en français, et c'était juste des points. Elle parle un petit peu français, mais quand même avec un très fort accent et ça a demandé déjà beaucoup de travail pour avoir des lignes qui soient à peu près intelligibles ; et même si elle est super sérieuse et qu'elle a bien travaillé, c'était tout de suite une difficulté.

 
HKCinemagic : Mais vous n'aviez pas peur d'un possible effet comique en passant d'une langue à l'autre comme ça ?

Julien Carbon : Non.

 

Silence plateau ! Julien Carbon donne la réplique.
Screenshot tiré du making of.
© The French Connection.

 
Page :  1  2  3  4  5   6  7  8  9  Top
Précedent :
Page 4 : Mise en image de la violence
Suivant :
Page 6 : Techniciens français dans un film hongkongais

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com