Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Interview Gordon Chan Kar Shan, de The Big Heat à A-1
A-1 Headlines, Anthony Wong 1/1 - Page 11
Infos
Auteur(s) : Thomas Podvin
David Vivier
Date : 13/1/2005
Type(s) : Interview
 
 Liens du texte  
Personnes :
Rico Chung Kai Cheong
Eric Kot Man Fai
Angelica Lee Sum Kit
Tony Leung Ka Fai
Johnnie To Kei Fung
Anthony Wong Chau Sang
Films :
A-1
Beast Cops
Breaking News
 
< Précedent
Page 10 : Beast Cops, Anthony Wong, Michael Wong
 
Suivant >
Page 12 : Project 1:99, SARS
 
 Notes  
*Quand on l’écoute, Gordon Chan parle bien de « Deng Xiaoping », qui n’a évidemment pas été assassiné à Taiwan. Il est mort en 1997. Après quelques recherches, on a trouvé peu de choses sur cet événement, qui n’est utilisé que de façon illustrative ici. Plus sur Deng chez Wikipedia.


HKCinemagic: Comment avez-vous été impliqué dans la production de A-1Headlines?
Gordon Chan: J’ai écrit le film. L’histoire à l’origine ne traitait pas de journalistes mais d’avocats. C’était une expérience très réelle. Mon collègue Chung Kai Cheong, le co-réalisateur du film, a trouvé cette histoire d’avocats. Il est venu me demander de l’aide. Je devais seulement produire. J’ai essayé, mais en cours de route, on est passé des avocats aux journalistes.

Et j’ai commencé à faire pas mal d’ajouts. Un jour, Chung est venu me voir et m’a demandé de réaliser ce film avec lui. Il m’a dit que j’avais beaucoup d’idées sur ce sujet. C’était vraiment un petit budget. Je lui ai dit qu’il ne saurait pas me payer. Mais après réflexion, je pensais que je pouvais baisser mon salaire, car j’aimais bien le script. Donc j’ai commencé à filmer l’histoire. Il y a eu quatre scripts au total, et ce film est issu du script final. Les deux premiers traitaient des avocats.

Affiche de A-1

 
HKCinemagic: Pourquoi ce changement ?
Gordon Chan: Tout le monde s’intéresse aux informations. On ne va pas au tribunal très souvent, mais on lit les journaux tous les jours. De plus, les medias aujourd’hui empruntent vraiment un chemin dangereux. Disons simplement qu’ils ont un comportement des plus turbulents. Les medias sont partout et les employés de ce type d’industrie sont mal à l’aise. Que font-ils ? Ce qu’ils ont appris à l’université ne s’applique plus ici. Ils ne savent presque plus comment se comporter proprement. Je considère ici cette branche notoire des medias bien sûr [les paparazzis et la presse à scandale, ndlr].

Il y a eu quelques exemples dans les journaux ces deux dernières années qui m’ont amenés à faire ce film sur les journaux. Le premier était sur la [tentative d']assassinat de Deng Xiaoping à Taiwan. C’était une bonne histoire car j’étais à Taiwan à ce moment là. A-t-il vraiment eu une tentative ou était-ce un mythe ? Et j’ai ensuite été témoin de la façon dans la presse s’est emparée de l’histoire et a tenté de déterrer les faits, comment ils ont fait cela, et ce que les gens à l’époque pensaient de cela. Tout le monde écrivait sur cet événement, toutes sortes d’histoires.

 
HKCinemagic: Racontaient-ils la vérité ?
Gordon Chan: Non, en fait, ils n’ont jamais pu raconter ce qui s’était vraiment passé. Que ce passe-t-il ensuite ? Va-t-on laisser tomber les faits, et la vérité ? Je crois que c’était ça qui m'a motivé à dire « d’accord, on n’aura jamais la vérité. » Je sentais aussi qu’il fallait changer notre attitude face aux medias, au lieu de croire en la presse comme en la bible. Comment allons-nous faire confiance aux journaux, à la télévision ?
 
HKCinemagic: Il faut utiliser le bon sens.
Gordon Chan: Oui, c’est aux gens de s’en charger. Il y a 20 ans, on laissait les journalistes prendre la responsabilité de nous rapporter la vérité. Ce n’est plus si facile à faire maintenant. C’est ce dont A-1 traite.
 
HKCinemagic: Ce que vous dites me rappelle le film de Johnnie To Breaking News, dans lequel les media s’interposent entre flics et voyous. Celui qui contrôle les medias, ou l’information, quelle que soit la vérité, a le pouvoir.
Gordon Chan: Oui, et c’est triste. C’est en partie pour cela que j’ai écrit A-1. Je voulais que les gens se mettent aussi à la place des journalistes. Si on n’écrit pas un article qui vend, on ne peut plus écrire. Cela s’appliquent à d’autres types de media aussi, comme les films.
 
HKCinemagic: Avez-vous noté une différence entre le Anthony Wong de A-1 et celui de Beast Cops ?
Gordon Chan: (Rire) Je dois dire que c’était l’un des tournages le plus dur pour Anthony Wong, car je lui ai demandé de ne rien faire si ce n’est d’intérioriser.

Anthony Wong

 
HKCinemagic: Déjà à la base, c’est une personne très introvertie.
Gordon Chan: Exactement, et c’est là que ça se complique. Tous ces personnages gravitent autour de lui : Eric Kot (sourire), Tony Leung Ka Fai, et même Angelica Lee Sin Jie. Ils étaient très actifs, remuaient beaucoup dans les scènes. Anthony, lui, était comme l’œil du cyclone, lorsque tout le monde couraient autour, il devait rester là, immobile. S’il s’était mis à courir avec eux, j’aurais perdu le centre de gravité du film. Mais c’était très tentant pour lui d’en faire plus, car tout le monde essayer de se voler la vedette. C’est vraiment ce qui s’est passé. Leung Kar Fai et Eric Kot ont été nommés pour les Golden Horse Awards [Césars taïwanais, les deux acteurs furent nommés dans la catégorie « meilleur second rôle », ndlr]. Mais pas Anthony.
 
HKCinemagic: Il n’a pas été nommé malgré ses efforts ?
Gordon Chan: Non, mais je crois qu’il en a conscience, il savait ce qu’il risquait. J’ai apprécié qu’Anthony se tienne juste là, immobile, et toujours le même après beaucoup de prises. Son expression lorsque Leung lui aboie dessus vers la fin du film, il est si calme. Ce n’était pas facile. C’est ce qui s’appelle un bon acteur.

 

Tony Leung discutant avec Anthony Wong

 
Page :  1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11   12  13  Top
Précedent :
Page 10 : Beast Cops, Anthony Wong, Michael Wong
Suivant :
Page 12 : Project 1:99, SARS

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com