Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Le festival du fantastique : Fantasia 2008
Peurs 1/2 - Page 12
Infos
Auteur(s) : Yves Gendron
Date : 10/12/2008
Type(s) : Compte rendu
Critique
 
< Précedent
Page 11 : Poings d'Asie du Sud-Est
 
Suivant >
Page 13 : Peur coréenne


Comme la Corée et le Japon, la Thaïlande est un grand producteur de films fantastiques inspirés par leur riche folklore surnaturel. A ce jour toutefois, je n'ai pas été trop séduit par la douzaine de films de ce genre que j'ai vu au fil des ans à Fantasia. À mes yeux il s'agit certes de productions qui font preuve d'une certaine expertise technique et bénéficie d'une image très léchée (tout comme les productions de Corée du Sud) mais qui tombent un peu trop dans la facilité et les emprunts au cinéma d'horreur (Japonais).

Au mieux il m'a semblé que ces films étaient exotiques et efficaces, mais sans plus. Jusqu'à récemment, le film d'horreur Thai qui m'a plus le plus plu est SHUTTER présenté à Fantasia il y a quatre ans qui bien que fortement inspiré par le cinéma nippon (une autre histoire de fantôme aux long cheveux noirs avec un appareil photo au lieu d'une cassette vidéo), s'avérait efficace dans l'application d'effets de sursaut. Il était également rehaussé par un retournement dans la dernière partie qui donnait une autre perspective au récit. Le film fut un énorme succès populaire à travers toute l'Asie et --hommage douteux-- a fait l'objet d'un remake américain. Depuis SHUTTER les deux réalisateurs du film, Banjong Pisanthanakun et Parkpoom Wongpoom, ont réalisé deux autres films : ALONE de même que 4BIA, et ont été invités à les présenter eux-mêmes à Fantasia cette année.

Alone ***/4

La Thaïlande (anciennement connu sous le nom de Siam) est le pays natal des célèbres frères Chang et Eng_Bunker qui liés par le sternum sont à l'origine du terme frères siamois pour désigner des jumeaux conjoints. Quoi de plus normal donc que la Thaïlande produise un film surnaturel de siamois. ALONE ("Seul" en français) voit la survivante de soeurs siamoises être hantée par le fantôme de sa jumelle qui a péri au moment de leur séparation.

 
 

Pour avoir vu SHUTTER, je savais un peu à quoi m'attendre avec ALONE. Malgré cela, j'ai pleinement été embarqué dans cette histoire lugubre et sursauté à chaque effet d'effroi tellement ceux-ci étaient bien menés (ça aide bien sûr d'être dans une salle avec une foule également sur les nerfs). Comme dans SHUTTER, ALONE n'est pas vraiment original mais d'une redoutable efficacité tant dans le rendu d'atmosphère, la présentation de personnages sympathiques et la mise en place de sursauts. Produit par des techniciens de cinéma avertis, le film est également très léché visuellement avec une direction photo de toute beauté. Pour finir, tout comme SHUTTER, ALONE se termine avec un retournement dramatique des plus surprenants. Si pour ALONE, les deux réalisateurs n'ont en fin de compte offert qu'une simple variation sur la prémisse de SHUTTER (des siamoises au lieu d'un appareil photo comme gimmick) ils ont quand même fait preuve d'un cerain savoir-faire pour manipuler les émotions de leurs spectateurs. On ne peut qu'être enthousiaste à leur réussite. Tel fut en tout cas ma réaction et ceux des spectateurs lorsque les cinéastes sont venus recevoir nos louanges à la fin de la projection.

 
 

Le retournement du film m'a d'autant plus plu que j'en avais déjà vu un de similaire dans un vieil épisode de la série L'Incroyable Hulk (je ne peux entrer dans les détails sans révéler le twist du film). Après la projection d'ALONE, j'ai pratiquement harcelé toutes mes connaissances ayant assisté au film et j'ai même confié mes réminiscences aux réalisateurs lorsque j'ai eu la chance de les croiser. Malgré les similitudes, les correspondances entre le dénouement d'ALONE et celui trouvé chez Hulk sont trop ténues pour qu'il y ait eu un quelconque emprunt. Lorsqu'un spectateur leur a demandé d'où leur venait l'idée pour pareil retournement tel que celui vu dans ALONE et SHUTTER, ils ont juste dit qu'ils voulaient faire les choses différemment.

 
 
 
4Bia ***

Banjong Pisanthanakun et Parkpoom Wongpoom ont également participé à 4BIA un film à sketches qui raconte quatre récits surnaturels par quatre réalisateurs différents. Mis à part Bajong et Parkpoom, les deux autres cinéastes impliqués dans le projet sont Paween Purijitpanya et Yongyoot Thongkongtoon. Le titre 4BIA joue avec le mot "phobia" (4 = four = pho = phobie). Les récits, chacun d'une demi-heure, sont les suivants :

- 1 : Une jeune fille coincée à la maison se lie à un inconnu via sont téléphone portable. Petit à petit, elle en vient à réaliser la provenance horrifique de son interlocuteur.
- 2 : Des étudiants fiers à bras tombent un à un, victimes d'un mauvais sort concocté par une de leurs camarades de classe maltraitées.
- 3 : Victimes d'un accident de canoe dans des rapides, trois potes se demandent si un quatrième comparse est un fantôme revenu les hanter.
- 4 : Une hôtesse de l'air doit accompagner le corps embaumé d'une princesse lors d'un voyage qui s'avèrera des plus infernal.

 
 

Chacun des sketchs sont de valeurs inégales. Le meilleur est sans conteste le troisième qui sait adroitement doser le suspense avec l'humour. C'est la contribution de Banjong Pisanthanakun et ce dernier s'est même permis la coquetterie de faire quelques boutades loufoques envers SHUTTER et d'autres films surnaturels. Son comparse Parkpoom Wongpoom quant à lui a réalisé le dernier récit, qui prend la forme d'un huit clos éprouvant dans une cabine d'avion. Des quatre trames du film, celui de Parkpoon est peut-être le plus conventionnel, mais c'est également le plus intense et efficace.

 
 

J'ai un peu moins apprécié les deux premières histoires, même si elles ont leurs moments. Le premier est également un huis-clos entre une jeune fille, un portable et un fantôme invisible. Ce n'est pas évident de réaliser un film dans un seul lieu avec un seul protagoniste visible et presque sans dialogue, mais malgré ces limites, je dirais que le réalisateur a assez bien réussi, même si le suspens et l'épouvante étaient un peu long à venir. J'ai aussi trouvé la fin plutôt abrupte. Ceci dit, je n'ai pas été embobiné outre mesure. Le deuxième récit est le plus gore et le plus brouillon d'entre tous avec sa caméra tourbillonnante et son montage brusque. À sa façon de trucider des jeunes gens de la manière la plus laborieuse et sanglante possible, cet épisode n'est pas sans faire penser à la série des films DESTINATION FINALE. Malgré son abondance d'imagerie grotesque et son humour noir, je n'ai pas non plus été emballé.

 
 

4BIA s'avère donc un film au bilan mitigé à mes yeux. Dieu merci, les deux meilleurs récits se trouvent dans la deuxième moitié, ce qui laisse quand même une bonne impression du film une fois celui-ci terminé. Ce dernier a par contre plus impressionné les autres spectateurs de Fantasia comme l'indique ce bref contre rendu sur la présentation du film en présence des quatre réalisateurs invités. 4BIA a également rapporté le bronze dans les prix du public (catégorie meilleur film asiatique).

 

Les cinéastes Banjong Pisanthanakun, Parkpoom Wongpoom, Paween Purijitpanya et Yongyoot Thongkongtoon
venus présenter leur film. (Photo par Pierre Roussel)
 
 
Page :  1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12   13  14  15  16  17  18  19  20  21  22  Top
Précedent :
Page 11 : Poings d'Asie du Sud-Est
Suivant :
Page 13 : Peur coréenne

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com