Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Interview David Wu, un spécialiste à la salle de montage
Sur « Iron Road » 1/1 - Page 2
Infos
Auteur(s) : Thomas Podvin
Date : 3/6/2008
Type(s) : Interview
 
 Liens du texte  
Personnes :
King Hu
Betty Sun Li
John Woo
Films :
Iron Road
 
< Précedent
Page 1 : De Hong Kong à l’Amérique
 
Suivant >
Page 3 : Montage
 
 Notes  
Crédits photos : CBC/Iron Road Productions/Mainland Productions/Cheerland Entertainment Organization


HKCinemagic : Pourquoi étiez-vous intéressé par le projet Iron Road en tant que réalisateur et en tant que chinois ?
David Wu : Je fais parti de ces réalisateurs qui depuis longtemps voulaient mettre en scène un film sur les ouvriers chinois qui ont contribué à la construction des chemins de fers américains. En 1998, John Woo voulait en produire un, qui devait être dirigé par le regretté King Hu. La même année, DreamWorks en développait un autre. Mais cela a avorté. Pourquoi, ? Je n’en ai pas la moindre idée. Je pense que le sujet même du film était un problème. Il y a eu aussi pas mal de producteurs, de réalisateurs qui voulaient lancer des projets sur la construction des chemins de fers. Je me souviens que la première fois que les producteurs Anne Tait et Barry Pearson m’ont proposé ce projet, j’ai immédiatement été attiré par le scénario qui parlait d’une histoire d’amour avec cette toile de fond historique. Et l’amour est un langage universel. J’ai alors dit à Anne et Barry que nous avions le bon scénario parce que faire un film d’environ 100 minutes, uniquement sur les ouvriers chinois qui portaient des nattes; cela ne se serait pas vendu. Je pense d’ailleurs que c’est pour cela que DreamWorks s’est retiré du projet.
Et en tant que réalisateur chinois, je dois dire qu’il était de ma mission, tout en restant ma passion, de raconter cette histoire. Le moment était propice.
HKCinemagic : Le travestissement est commun dans la littérature chinoise, l’opéra et même dans les films (comme par exemple Butterfly Lovers). Dans Iron Road, Little Tiger est en fait une fille. Cela était-ce un aspect important pour de l’histoire pour vous ?
David Wu : C’est plus un rebondissement dramatique pour le personnage de James. Après tout et comme vous l’avez déjà dit, il y a eu tellement d’histoires comme celle-ci donc ce n’était pas une grande surprise pour le public. Surtout concernant le public chinois et hongkongaisBetty Sun Li est une star pour eux, .a Alors avec Sun Li en train de jouer en tant que Little Tiger, le public s’attend surtout à voir les réactions du côté de James quand il apprend qu’elle est une femme..

David Wu et Betty Sun Li
HKCinemagic : Pourquoi l’histoire est-elle racontée à travers les yeux de Little Tiger/Sun Li et pas par ceux du canadien James/Luke MacFarlane ?
David Wu : Parce que nous avons voulu raconter l’histoire d’une chinoise essayant de survivre dans un monde d’hommes et qui a dû traverser les mers pour pouvoir gagner de l’argent. Ce qui l’importe alors est de retrouver son père qu’elle pense encore vivant. C’est une histoire de survie, ce qui a toujours été mon sujet de prédilection au cinéma, . On a déjà pu le voir dans Le Pont de la rivière Kwai, The Killing Field, Papillon, The Defiant Ones, etc.»
L’histoire commence avec Little Tiger et se termine avec elle, le cœur brisé, ainsi le public peut s’identifier à elle et se demander ce que sera sa vie après tout ça. C’est une histoire touchante.

Peter O'Toole et David Wu
HKCinemagic : A propos de Sun Li: pourquoi l’avoir choisi en tant que personnage principal? Elle n’avait jamais joué ce genre de rôles avant ça …
David Wu : De tous les films que j’ai fait, je n’ai jamais voulu cataloguer un acteur. Et je passe toujours beaucoup de temps à communiquer, à discuter avec les acteurs avant de décider si lui ou elle pourrait être bon pour le rôle. . Juste en apprenant un peu plus sur sa personnalité, son attitude, comment il/elle voit le scénario, le monde qui l’entoure, quel genre de films il/elle aime, la musique qu’il/elle écoute, etc. Et je voulais trouver une actrice chinoise jeune et menue, Sun Li a une idée très claire des rôles ou des films dans lesquels elle veut jouer. Elle voit grand. Elle m’a dit ne pas vouloir être cataloguer comme la jolie fille amoureuse/la petite amie/l’étudiante… Et à cette époque elle venait de refuser un premier rôle important très lucratif dans un film romantique coréen. Ce que j’aime chez cette jeune actrice c’est qu’elle peut exprimer beaucoup à travers son regard, ce qui est la première chose que je regarde quand je choisis un acteur.

Betty Sun Li et David Wu
HKCinemagic : A quoi vouliez-vous que le film ressemble et quelles instructions avez-vous données au directeur de la photographie (DOP) Attila Szalay?
David Wu : Le décor était réel. Mais j’ai dit à mon DOP Attila que nous n’étions pas en train de faire un documentaire pour une chaîne télévisée d’Histoire. En terme de lumière, de cadrage et concernant les mouvements de caméra, je ne voulais pas que le style devienne problématique et dans lequel le public n’aurait pas pu se retrouver. Car trop de style peut tuer un film. En fait on s’est reposé essentiellement sur des lumières naturelles qui rendaient l’image magnifiquement belle. Et nous avons eu de la chance d’avoir un temps qui nous a permis de capter ces lumières.
--SPOILER
La meilleure scène est la scène finale lorsque Little Tiger quitte James. Le soleil en fin de journée a éclairé ce moment et en a fait une pure beauté. J’ai eu beaucoup de chance.

David Wu, Sylvia Liu et Attila Szalay
 
Page :  1  2   3  Top
Précedent :
Page 1 : De Hong Kong à l’Amérique
Suivant :
Page 3 : Montage

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com