Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Histoire des frères Shaw, des origines à la Shaw Brothers
L'aventure de la Shaw and Sons : 1950-1960 3/6 - Page 11
Infos
Auteur(s) : Yves Gendron
David-Olivier Vidouze
Date : 19/3/2008
Type(s) : Information
 
 Liens du texte  
Personnes :
Chuen Cheong Gan
Doe Chin
Kim Jin Kyu
Li Lihua
Li Xianglan
Kenji Mizoguchi
Toyoda Shirou
Tu Guangqi
Wa Hak Ngai
Lucilla Yu Ming
Films :
Chin Ping Mei
The Lady Of Mystery
Love With An Alien
Madame White Snake
Princess Yang Kwei Fei
Song Of Romance
An Unforgettable Night
Studios :
Daiei Motion Picture Company
Korea Entertainment Co. Ltd.
Shaw And Sons, Ltd
Toho International
 
< Précedent
Page 10 : Genres et cinéastes
 
Suivant >
Page 12 : Ombres chez la Shaw and Sons.


introduction

Les frères Shaw – surtout Run Run, l’esthète cosmopolite de la fratrie - ont compris au début des années 50 qu’il y aurait de grands avantages à développer des liens avec l’industrie cinématographique d’autres nations d’Asie. Les objectifs sont simples, faciliter l’accès de leurs propres films au marché de ces pays et développer un certain prestige tout autant local qu’international. C’est ainsi qu’une initiative de leur part est à l’origine de la fondation, en 1953, de la " South East Asian Film Federation ", qui réunit le cinéma non seulement du Japon et de Hong-Kong, mais également de Taiwan, d’Indonésie, des Philippines, de la Thaïlande et de la Malaisie. L’année suivante se tient à Tokyo le premier Festival du Film Asiatique qui permet aux productions Shaw d’être montrées à d’autres grands pays à l’occasion d’une manifestation prestigieuse et de gagner de nombreux prix. Le tout premier d'entre eux revient à Li Lihuapour son rôle dans Song of Romance/ Gouhun Yan Qu.

 
La production pan asiatique

C’est en 1955 que Runde décide de lancer les Shaw dans une autre forme de collaboration pan-asiatique en produisant des films avec des studios d’autres pays d’Asie. Mis à part l’ouverture et l’accès à d’autres marchés, Runde Shaw espère que pareille collaboration fera bénéficier son studio de l’expertise cinématographique et des ressources financières de ses partenaires pour produire des films beaucoup plus achevés techniquement, et cela sans faire trop de dépenses lui-même. Certaines pressions exercées sur Runde par sa famille ont probablement aussi joué un rôle dans cette orientation.

Le premier film issu de cette nouvelle forme de partenariat est Princess Yang Kwei Fei/ Yang Gufei, co-produit par un des plus prestigieux studios japonais de l’époque, la Dalei, et mis en scène par un des grands maîtres 7 ème Art alors au sommet de sa gloire, Kenji Mizoguchi. Ce long métrage a été entièrement tourné sur le sol nippon avec des techniciens et des acteurs locaux.

En fait, la contribution chinoise semble s’être limitée au sujet et à un premier jet du scénario écrit par Doe Ching. Il s’agit du premier film en couleurs de Mizoguchi, filmé avec une magnifique palette pastelle et chatoyante. Le film est loin d’être considéré par les critiques de l'époque comme une œuvre marquante de son auteur, mais plutôt envisagé comme un travail de commande qu’ils jugent assez ennuyant. L’impératrice Yang Kwei Fei est pourtant un film d’une grande qualité, plastiquement très beau, d’où se dégage une aura précieuse et mélancolique des plus touchante. Le film s'avère un franc succès au box-office nippon et se place en sixième place du film le plus populaire de 1956.

 

 

Extraits de l’Impératrice Yang Kwei Fei de Kenji Mizougoushi, une co-production de la Shaw and Sons avec le studio japonais Daiei. Les rôles principaux sont interprétés par deux vedettes nipponnes renommées : Machikô Kyo et Masayuki Mori

Un mois après la sortie de L’impératrice Yang Kwei Fei, la Shaw and Sons présente un autre film à costumes, Chin Ping Mei. Sa vedette féminine est une actrice japonaise, Yoshiko Yamaguchi, bien connue du cinéma chinois. En effet, née en Manchourie du temps où la province était une colonie japonaise, Yoshiko Yamaguchi parle couramment le mandarin et, entre 1938 et 1945, fait carrière comme actrice dans une série de co-productions sino-japonaises tournées en Chine. La plupart de ces œuvres est en fait destinée à démontrer " l’amitié " entre les deux pays et leur peuple respectif, à une époque où l’Empire du soleil levant ne cherche en fait qu’à conquérir violemment les territoires chinois. Si les véritables origines de Yoshiko Yamagushi sont connues des Japonais, elles sont en revanche dissimulées en Chine où la jeune femme passe pour une actrice locale connue sous le nom de Li Xianglan. Ce subterfuge s’est retourné contre elle lors de la fin de la deuxième Guerre Mondiale lorsqu’elle fut accusée d’être une collaboratrice. Sa véritable nationalité révélée, elle devra continuer sa carrière au Japon. Chin Ping Mei marque, une décennie après son départ, son grand retour dans le cinéma chinois : star japonaise parlant couramment le mandarin, Yoshiko Yamaguchi est en effet un atout de taille pour toute co-production sino-nipponne.

Yoshiko Yamagushi/Li Xianglan du temps de sa première carrière chinoise, entre 1938 et 1945

Le deuxième film Shaw de Yoshiko Yamagushi sera Madame White Snake/ Baishi Zhuan, nouvelle co-production sino-nipponne, mais cette fois-ci avec la grande compagnie japonaise Toho. Comme pour Yang Kwei Fei, il s’agit de l’adaptation d’un célèbre conte folklorique chinois. Mis en scène par Toyoda Shirou, le film bénéficie d’un casting entièrement japonais.

Yoshiko Yamagushi (à droite) entouré du cinéaste Tu Guanqi (à gauche) et de l'actrice Lucilla Yu Ming (au centre)

En 1957, la Shaw and Sons s’associe avec un studio coréen, la South Korea Entertainment Ltd., pour produire le film Love With An Alien / Yiguo Qingyuan , premier long métrage en couleurs de la société. Il s’agit cette fois-ci d’une véritable collaboration pan-asiatique puisque le casting est constitué d’acteurs des deux nations (Lucilla Yu Ming interprète le premier rôle féminin, et Kim Jin Kyu, Coréen, le premier rôle masculin). L’équipe technique réunit également un personnel à la fois chinois, coréen et japonais tandis que trois metteurs en scène de chaque nationalité sont mobilisés pour la réalisation : le Chinois Tu Guangqi, le Coréen Chun Chang-geun et le Japonais Wakashugi Mitsuo. Le directeur de la photographie du film, Tadashi Ishimoto, est également d’origine nipponne. Parce que les films dans lesquels des Japonais sont impliqués sont interdits en Corée, Wakashugi et Ishimoto doivent tout deux utiliser des pseudonymes chinois, respectivement Hua Keyi et He Lanshan, pour dissimuler leurs nationalités. Ces deux artistes sont également sollicités pour travailler sur une autre production du studio, Lady of Mystery /Shenmi Meiren, troisième film Shaw de Yoshiko Yamagushi. Cette dernière apparaît une ultime fois pour les Shaw en 1958 dans Unforgettable Night/ Yi Ye Fengliu .

 

Tadashi Ishimoto sur le plateau de Love With an Alien.
Photo de groupe de l’équipe de tournage pan asiatique de Love With An Alien.

 

Affiche de Love with an Alien.
Photo du film : La Chinoise Lucille Yu Ming et le Coréen Kim Jin-kyu en sont les acteurs principaux

Si Love With An Alien est un franc succès en Corée, ce n’est malheureusement pas le cas dans le reste de l’Asie. Le box-office ne semble réagir que fort mollement à ces essais de co-productions. Ce désaveu du public conduit à l’abandon de ce genre de " jumelage cinématographique ".

 
Page :  1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11   12  13  14  15  16  17  18  Top
Précedent :
Page 10 : Genres et cinéastes
Suivant :
Page 12 : Ombres chez la Shaw and Sons.

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com