Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
  >  Festivals
  >  >  Festivals en 2014
  >  >  Festivals en 2012
  >  >  Festivals en 2011
  >  >  Festivals en 2010
  >  >  Festivals en 2007
  >  >  Festivals en 2006
  >  Bilan par année
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Fantasia 2007
Regrets et déceptions 1/1 - Page 7
Infos
Auteur(s) : Yves Gendron
Date : 28/10/2007
Type(s) : Compte rendu
Critique
Information
 
 Liens du texte  
Films :
Diary
 
< Précedent
Page 6 : Les grands coups de coeur
 
Suivant >
Page 8 : Les courts métrages


Le festival aura présenté plus de 120 films cette année. Naturellement je n'ai pas pu tout voir. Il y a de nombreux films intéressants qu'à mon grand regret il a fallu que je rate : soit parce que je n'étais pas disponible, soit que les films étaient présentés en même temps que d'autres, ou que je n'ai réalisé leur intérêt qu'une fois qu'ils étaient passés. J'ai eu aussi à subir une demi-douzaine de désappointements : des films qui paraissaient intéressants ou prometteurs mais qui en fin de compte pour une raison ou une autre se sont avérés décevants.



893239

Ces déceptions incluent entre autres : Puritain, 893239, Part vite et revient tard. A vrai dire il ne s'agit pour la plupart, non pas de films bâclés techniquement, c'est juste que par leur recours aux formules scénaristiques convenues ou à des emprunts trop évidents à d'autres films, on « devine » trop vite les tenants et aboutissements de l'histoire ce qui gâche le récit. C'est particulièrement vrai avec les films d'horreur asiatiques Retribution, The Victim et The Diary où l'on reprend les formules habituelles et où la seule nouveauté est souvent un retournement final voulu surprenant mais qui en fin de compte s'avère fait plutôt facile et bidon. (The Diary par exemple reprend la trame du Repulsion de Polanski avec un final dont les emprunts proviennent à la fois du gothique coréen A Tale of Two Sisters et du Psychose de Hitchkock

 


Histoires de fantômes décevant : The Diary Retribution et The Victim

 

Un autre film qui m'aura déçu est Les 14 Amazones. J'ai acquis l 'édition DVD wildeside du film en février dernier mais sachant qu'il allait être présenté prochainement à Fantasia, j'ai préféré attendre plusieurs mois pour voir le grand péplum martial de la Shaw Brothers dans une salle de cinéma avec une foule de spectateurs. C'est un choix qui s'est en fin de compte révélé un peu regrettable, d'une part parce que l'attente au film s'est avéré relativement ténue et d'autre part l'impression que j'ai eu du film est qu'il s'agissait d'une production visuellement spectaculaire certes mais plutôt superficielle et pompeuse. Pour toutes ses vedettes, ses décors et ses scènes d'action tourbillonnantes, le film semble manquer à mes yeux d'une véritable étincelle rendant le spectacle vraiment excitant. Une étincelle que justement possédait Le Boxeur manchot l'autre film martial old-school présenté au festival cette année. En fait, le seul moment véritablement enlevant du film c'est la séquence mémorable du pont humain. Par en juger les ricanements et les moqueries entendus pendant le visionnement et tout de suite après, les 14 Amazones aura constitué pour les spectateurs plus un nanar kitch risible plutôt qu'une épopée martiale grandiose et je peux comprendre un peu leur réaction. Ceci dit, j'ai souvent eu une réaction initiale assez tiède envers de nombreux films martiaux, une première impression rehaussée parfois considérablement par la suite à la faveur d'un second visionnage. Comme je possède Les 14 Amazones en DVD, je compte bien le revoir un de ces jours et en faire peut-être une autre réévaluation plus favorable.

 


Quelques unes des 14 Amazones


Le pont humain

 

Parmi les films, j'aurais raté entre autres Isabella, Midnight Ballad For Ghost Theater, The Show Must Go On et Mirageman. J'ai d'amers regrets surtout pour les deux premiers que j'aurais pu voir si j'avais été plus avisé, mais hélas trop tard.

 


Isabella, Midnight Ballad For Ghost Theater et The Show Must Go On

 

Le festival aura promu une demi-douzaine de sélections spéciales. Si j'ai pu tenir compte de Hell is a City, From The Tsars to the Stars et à un moindre degré Made in Québec, il y en a d'autres toutefois que j'ai hélas complètement raté. Une des sélections les plus intéressantes par exemple aura été «Documentary on the Edge» une série de documentaires traitant de sujets aussi audacieux qu'inusités tels Ghosts of Cité Soleil sur un ghetto haïtien à Port au Prince, Beijing Bubbles Punk and Rock in China's Capital sur la musique rock et punk de Chine, Your Mommy Kills Animals sur les soits disants terroristes écologiques américains, et Zoo portant sur le thème de la zoophilie. Fantasia a aussi présenté une petite poignée de moyens métrages documentaires portant soit sur le cinéma asiatique soit sur les cinéastes orientaux (Ghibli et le mystère Miyasaki, Electric Yakuza go to Hell), que j'ai hélas tous raté.

 

Beijing Bubbles + Ghibli et le mystère Miyasaki

 


Ghosts of Cité Soleil + Zoo

Communiqué de presse sur Your Mommy Kills Animals

CapsuleVideo Your Mommy Kills Animals

De Miyasaki à Takashi Miike film documentaire

 

Fantasia aura aussi porté deux hommages spéciaux l'un à Akio Jissoji metteur en scène renommé de la série culte Ultraman et qui est récemment décédé, l'autre à Jean Rollin un cinéaste français dont je n'avais jamais attendu parlé et qui s'est spécialisé depuis la fin des années 60 dans des films cultes combinant les mythes gothiques avec de l'érotisme. Étant trop occupé, je n'ai d'ailleurs pu que photographier M. Rollin lorsqu'il est passé brièvement devant moi. Plusieurs de ses films étant disponibles au DVD au vidéo club local je me promets bien d'en voir un ou deux un de ces jours.

 


Affiche du Frisson des vampires l'un des deux films présentés dans l'hommage porté à Rollin
+ Jean Rollin lui-même.

  Akio_Jissoji

Jean_Rollin wiki

Capsule video Jean Rollin première partie

Capsule video Jean Rollin deuxième partie

 

En tant que critique attitré, j'ai obtenu quelques screeners DVD de films que j'ai raté durant le festival, notamment la comédie macabre Murder Party, l'étrange Wool 100% la comédie noire coréenne A Bloody Aria que je me promets aussi de voir prochainement et de critiquer s'ils en valent la peine.


Trois films pas vus : A Bloody Aria, Wool 100%, et Murder Party

 
Page :  1  2  3  4  5  6  7   8  9  10  11  12  13  14  Top
Précedent :
Page 6 : Les grands coups de coeur
Suivant :
Page 8 : Les courts métrages

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com