Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
The Blade : l’esthétique du fragment dans le cinéma de genre
L'insuffisance des images 1/1 - Page 3
Infos
Auteur(s) : Laurent Henry
Date : 1/9/1999
Type(s) : Critique
Analyse
 
 Liens du texte  
Personnes :
Tsui Hark
Films :
L' Epée de la vengeance
Butterfly Murders
 
< Précedent
Page 2 : L'impuissance des mots


L'insuffisance des images

En ressemblant au plus près à la réalité, l'image photographique ou cinéma-tographique peut donner l'impression d'être en mesure d'en rendre compte. L'œil d'un objectif est-il le moyen ultime pour embrasser le réel ? Bien des réalisateurs ont mis en garde le spectateur contre les limites de l'image. Traditionnellement les cinéastes montrent le caractère illusoire du cinéma. Le cadre est le choix d'un metteur en scène, le montage permet toutes les manipulations. Dans Butterfly Murders, Tsui Hark ne s'était pas privé pour abonder dans ce sens. Avec The Blade, il constate une nouvelle fois l'échec de la mise en image de la réalité au cinéma. Mais cette fois-ci, il le fait dans des termes radicalement différents.

Pour beaucoup la manière de filmer de The Blade relève du reportage de guerre. Cette expression est très ambiguë car elle pourrait laisser penser que Tsui Hark aurait choisi la voie de l'hyperréalisme, l'expression renvoyant à un aspect documentaire. Or la caméra se comporte avant tout comme l'œil d'un témoin au cœur d'événements qui la dépassent. En recourant à une caméra épaule, l'image ne parvient jamais à se stabiliser. Souvent elle paraît mal placée pour rendre compte de l'action et le cadre est régulièrement entravé par les éléments du décor. Tous ces procédés donnent l'impression que la caméra ne parvient pas à maîtriser son sujet, incapable d'embrasser une réalité trop vaste, trop riche, trop rapide dans l'instant où elle se déroule. Si le film donne une impression de réalisme, c'est un réalisme tout relatif car il ne parvient jamais à s'imposer comme un référent objectif. Jusqu'au combat final, l'image restera instable.

L'instant présent demeure en grande partie insaisissable. Mais qu'en est-il du passé ? Est-il possible de faire la part des choses pour rétablir les faits ? Par deux fois des événements passés sont mis en image. Le premier concerne la mort du père de Dig On que nous raconte la jeune fille puis le maître, le deuxième constitue un rapide résumé du reste de la vie de la jeune fille et de ses relations avec ses deux « amoureux ». Et comme nous l'avons vu précédemment, à chaque fois les mots sont soutenus par des images qui ne vont pas dans le sens d'un réalisme. Elles instaurent une vision idéalisée, ou tout au moins transformée par rapport à ce qui a dû se passer et dont nous n'aurons jamais de représentation exacte. Si elle dénonce les limites du langage, l'image ne rétablit pas non plus la vérité. Ainsi dans le cas de la mort du père de Dig On, Tsui Hark montre que l'image de cinéma est avant tout le fruit d'une chorégraphie, c'est à dire d'une mise en scène et non pas un simple miroir de la réalité. Comme le langage, l'image construit une représentation du monde, représentation nécessairement imparfaite et limitée en raison d'un outil incapable d'offrir un point de vue objectif et absolu.

Que ce soit le présent insaisissable ou le passé, sujet à tous les risques de distorsion, l'image n'est donc pas en mesure d'assurer un point de vue définitif sur le monde. Au mieux elle en offre une vision partielle, au pire elle crée une représentation illusoire et faussée de ce qui s'est passé. Dans ce contexte le récit final de la jeune fille peut s'interpréter comme la mise en scène du regard idéalisé que porteront les artistes sur les sabreurs. Dig On et Tête d'acier sont devenus aux yeux de la jeune fille des hommes toujours jeunes et beaux. Ils sont héroïques et vêtus de blanc. Tsui Hark s'amuse à imaginer le point de départ du genre, un genre fait de mythes et de légendes…

conclusion

En refusant le point de vue traditionnellement adopté par le wu xia pian, un point de vue idéalisé et idyllique, Tsui Hark se trouve face à une crise de la représentation. Les points de vue se multiplient, s'opposent ou s'annihilent. Il en résulte un spectacle chaotique et déroutant qu'aucun point de vue ne parvient jamais à dépasser pour constituer l'unité, même partielle, du film. La représentation de la réalité dans The Blade ne se compose dès lors que de fragments disparates dont la pertinence est souvent remise en question. Seule échappatoire possible, la représentation que mettra en œuvre le genre. Mais renvoyée à ses limites, elle doit être perçue comme un renoncement, si l'on est pessimiste, ou comme l'acceptation de l'illusion cinématographique si l'on est optimiste.

 
Page :  1  2  3   Top
Précedent :
Page 2 : L'impuissance des mots

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com