Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Le choix des armes: les sept épées de Tsui Hark
Conférence de presse 1/5 - Page 2
Infos
Auteur(s) : Thomas Podvin
Date : 26/10/2005
Type(s) : Interview
Reflexion
 
 Liens du texte  
Personnes :
Tsui Hark
Stephen Tung Wei
Yuen Woo Ping
Films :
Seven Swords
Lexique :
Jiang Hu
 
< Précedent
Page 1 : Le Choix des Armes
 
Suivant >
Page 3 : Donnie Yen / Lu Yi


Les entretiens qui suivent proviennent de la conférence de presse de Seven Swords qui s'est tenue à Shanghai, RPC, en juillet 2005. Tsui Hark, Donnie Yen, Lu Yi, Sun Hongle, Zhang Jinchu, Kim So Yeun étaient présents. Une série de questions/réponses a duré 40 minutes puis des groupes de deux ont été formés : Tsui Hark/Zhang Jinchu, Donnie Yen/Lu Yi and Sun Honglei/Kim So Yeun. Les questions ont été posées par les journalistes présents à la conférence.

photo hkcinemagic.com©
photo hkcinemagic.com©
 
questions de Groupe

Question : Pourquoi avoir accordé tant d'attention aux histoires d'amour dans Seven Swords?

Tsui Hark: Les personnes qui évoluent dans le monde du Jiang Hu sont comme les autres. Dans la réalité et dans le Jiang Hu, c'est la même chose. Ils se bâtissent une expérience en réalisant et en apprenant de nouvelles choses. Tout ceci est, bien sûr, toujours accompagné de sentiments. Ça fait partie de la vie réelle et aussi du monde des arts martiaux.
 
Question : La manière de présenter l'histoire est très réaliste, pourquoi ?
Tsui Hark: En ce qui concerne le cinéma chinois, il y a de plus en plus de façons de faire des films de kung fu. Nous devons sans cesse explorer de nouvelles pistes.
 
Question : Donc c'est une nouvelle expérience ?
Tsui Hark: Oui
 
Question : Etes-vous satisfait du résultat ?
Tsui Hark: Pour moi c'est un nouvel essai. Je veux essayer de nouvelles choses. Nous ne sommes pas très expérimentés dans ce genre de production. Si le public a de bons conseils à donner, j'attends les retours.
 
Question : Comment avez-vous abordé l'adaptation du roman classique de Liang Yu-Sheng ?
Tsui Hark: Les auteurs de romans d'arts martiaux ont chacun leur propre style. Pour Seven Swords j'ai seulement retranscrit l'histoire à ma propre manière. C'est important pour le réalisateur de comprendre le roman. Je voulais adapter ce roman et que ce soit tout à fait différent de ce que j'ai fait auparavant.
photo hkcinemagic.com©
photo hkcinemagic.com©

Question : Dans le film, certaines personnes sont sauvages, dures et cruelles, est-ce que ce n'est pas un peu trop ?

Tsui Hark: Je voulais mettre l'accent sur le fait que dans la plupart des romans et des films de wuxia, la vie humaine n'est pas perçue comme quelque chose d'important, comme c'est le cas dans la réalité. Je voulais vraiment dire que la vie est une chose précieuse. Dans la réalité, on ne devrait pas tuer dans un but personnel. A la fin, les guerriers vont rechercher Chu Zhaonan, mais ils ne tuent pas tout le monde. Ils ne ravagent pas le château de Fire-Wind. S'ils étaient vraiment cruels ils auraient pu tuer 3 000 soldats, ça aurait été un vrai massacre.
 
Question :Pour la première à Pékin c'était très officiel, vous avez eu droit au tapis rouge et une grande soirée avait été organisée. Ici à Shanghai, c'est très simple. Etes-vous déçu ?
Tsui Hark: Le plus important pour nous est la réaction des spectateurs après avoir vu le film, c'est la seule chose qui nous importe.
 
Question : Est-ce que le produit fini correspond à ce que vous aviez prévu ?
Tsui Hark: Je pense que dans son ensemble le processus peut être divisé en plusieurs étapes.

1- vous concevez le script vous-même ; ce sont seulement les idées du réalisateur.

2- durant le tournage, vous réalisez qu'il y a beaucoup de limitations, comme le froid, les problèmes avec les acteurs ou les actrices. Vous devez faire des changements.

3- alors qu'ils jouent, les acteurs vont avoir de nouvelles idées. Ils en apprennent plus sur moi et j'en apprends sur eux et le rôle quand ils jouent. Nous échangeons des idées.

C'est comme un processus en développement, un travail en marche, une progression qui est interactive, ce n'est pas totalement développé dès le début, sinon ce ne serait pas quelque chose de créatif. A la fin, c'est bien sûr différent de ce qui été prévu mais c'est comme cela que fonctionne le travail de création.

 
Question : Pour Seven Swords, cette fois vous avez travaillé pour les séquences d'action avec Tung Wai, vous l'avez choisi comme chorégraphe à la place de Yuen Woo Ping. Est-ce que c'était dans le but de changer de style ?
Tsui Hark: J'ai travaillé avec beaucoup de chorégraphe. En fait, j'ai parlé avec Yuen Woo Ping avant le tournage de Seven Swords. C'est une personne très romantique et il aime faire du kung fu quelque chose de beau. Il y a 20 ans j'avais travaillé avec Stephen Tung Wei. Après ça nous n'avons plus eu la chance de collaborer ensemble et j'avais toujours voulu rependre notre coopération pour voir ce que cela donnerait.

Lau Kar-leung sifu (un des action directors) (photo hkcinemagic.com ©)
Question : Est-ce que vous pensezque le style de combat proche du réel de Tung était plus proche de votre conception des choses ?
Tsui Hark: En fait le côté kung fu est une infime partie du monde du film, nous avons encore du chemin à faire. Le résultat n'est pas encore arrivé à maturité, mais je pense que c'est un bon début.
Question : Dans le film, vous présentez trop de gens. On a l'impression qu'il y a trop de personnes à suivre, c'est un peu gênant.
Tsui Hark: Le film se fonde sur un roman assez long. C'est la base de ce film, nous ne pouvions pas supprimer trop de choses. Les indices non élucidés sont nécessaires et directement liés à la suite. Peut-être qu'il y en a trop et que je devrais faire plus attention la prochaine fois.
 
Question : Chaque épéiste à une épée adaptée à sa personnalité, pouvez-vous développer ?
Tsui Hark: En fait, j'ai eu cette idée il y a trois ans, et j'ai discuté du roman « Seven Swords of Mount Tian » avec un ami réalisateur. En Chine, c'est chose commune de trouver de nombreux personnages dans un wuxia. Alors, j'ai pensé qu'ils devaient tous être différents. Par exemple, le guerrier Chu Zhaonan (Donnie Yen), plus tard dans le roman, il devient un traître et complote contre les 6 autres. L'épée qu'il utilise est très puissante et représente une grande menace pour les autres. C'est comme si cette épée était animée d'une volonté destructrice. Je dois réfléchir à toutes les possibilités qui vont faire de lui un traître.
photo hkcinemagic.com©
photo hkcinemagic.com©
 
Page :  1  2   3  4  5  6  Top
Précedent :
Page 1 : Le Choix des Armes
Suivant :
Page 3 : Donnie Yen / Lu Yi

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com