Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Le formidable destin des frères Shaw
La Shaw Brothers 1/1 - Page 2
Infos
Auteur(s) : Philippe Quevillart
Date : 1/1/2003
Type(s) : Information
 
 Liens du texte  
Personnes :
Chang Cheh
Alex Cheung Kwok Ming
Raymond Chow Man Wai
Chu Yuan
Allen Fong Yuk Ping
King Hu
Ann Hui On Wah
Michael Hui Kun Man
Lau Kar Leung
Bruce Lee
Li Han Hsiang
Lo Wei
Karl Maka
Pao Hsueh Lieh
Tsui Hark
Jimmy Wang Yu
Corey Yuen Kwai
Films :
Le Justicier de Shanghai
Mr Boo fait de la télévision
Dragon Gate Inn
Drunken Monkey
Hero
L' Empereur et la belle
Mr Boo détective privé
Studios :
Cinema City & Films Co.
Golden Harvest
 
< Précedent
Page 1 : L'histoire des frères Shaw


L'histoire de la Shaw Brothers, de sa suprématie sur le cinéma asiatique à son inéluctable déclin.

L'empire des Shaw

Li Han-hsiangLa première production Shaw Brothers fut un film en costumes réalisé par le Li Han-Hsiang, The Kingdom & The Beauty. Ce film fut le premier film en couleur réalisé à Hong Kong. Le principal objectif de Run Run Shaw était de battre son principal concurrent sur le terrain, afin de pouvoir installer son hégémonie sur tout le sud-est asiatique. Pour ce faire, il entreprit de construire un immense studio sur les terres de la Clearwater Bay. Il construit un véritable empire, composé non seulement de studios de tournage, mais également d'écoles de comédie, de vastes magasins de costumes, et d'ateliers de développement et d'études. Le « Movietown » ouvrit à Clearwater Bay en 1961. Jamais une telle entreprise avait été conçue auparavant, Run Run Shaw venait de créer le "dinosaure Shaw Brothers". 

Run Run Shaw avait une stratégie bien simple, basée sur la publicité, autant dire qu'il savait se vendre. Afin d'étendre son pouvoir, il engagea un ancien journaliste comme directeur de publicité, son nom, Raymond Chow.
Le règne du Prince Chow
Raymond ChowEn 1962, Raymond Chow fut promu chef de production au sein de l'empire Shaw. Au milieu des années 60, les Shaw se risquèrent à des co-productions avec le géant japonais, un film comme L'Impératrice Yang Kwei Fei de Kenji Mizoguchi fut le fruit d'une union avec la Daiei. Run Run Shaw eut alors l'idée d'engager des réalisateurs, des techniciens et des caméramans japonais pour ses studios de Clearwater Bay, ces derniers apportèrent aux studios un certain savoir faire.

L'ascension des Shaw Brothers prit une dimension phénoménale, accélérée par l'écroulement de plusieurs autres compagnies comme la Cathay que Raymond Chow reprendra à son départ de la Shaw pour créer la Golden Harvest, mais ça c'est une autre histoire…

Le succès était tel que les productions Shaw commençaient à dépasser les films américains au box-office. Le premier film chinois à dépasser les super-productions occidentales fut Dragon Gate Inn de King Hu, réalisé à Taïwan en 1967 et projeté à Hong-Kong deux ans plus tard. A partir de cet instant les productions locales dépassèrent quasiment tout le temps les productions importées.

Une compagnie trop rigide

Bruce LeeLe succès des productions Shaw eut un revers dans le sens où jouant un peu trop sur leur succès, ces productions eurent tendance à se répéter trop souvent et à perdre souvent en qualité. Raymond Chow qui avait quitté la Shaw Brothers avait compris cela lui, il créa la Golden Harvest et démontra qu'une plus grande souplesse garantissait une certaine continuité. Lorsque Bruce Lee, de retour des Etats-Unis refusa à Run Run Shaw un contrat sous-payé et signa à la Golden Harvest, ceci eut un effet néfaste qui faisait de tout les insatisfaits de la Shaw de potentiels clients pour la maison de production de Raymond Chow. Des artistes comme Jimmy Wang Yu, King Hu, Lo Wei ou les frères Hui quittèrent l'entreprise Shaw pour aller faire les fantastiques succès de la Golden Harvest. Un artiste comme Michael Hui fit exploser le box-office pulvérisant même les plus grands succès de Bruce Lee avec des films comme The Private Eye ou The Contract, mais il s'agit encore une fois d'une autre histoire…

Lorsqu'elle était à son sommet, au début des années 70, la Shaw Brothers produisait environ une quarantaine de films par an, en 1980 son nombre de productions avait chuté à moins de vingt films..

 

L'inéluctable déclin de l'empire Shaw

Chang ChehEn 1979, la nouvelle vague Hongkongaise naissait, ces réalisateurs venus de la télé, les Tsui Hark, Ann Hui, Allen Fong et consorts, aucun d'entre-eux ne signa à la Shaw Brothers, ce qui fit chuté l'audience de ses productions. Des réalisateurs comme Chang Cheh ou Chu Yuan commençait à se répéter et continuer de voguer sur leurs succès passés. Lau Kar Leung demeurait le dernier atout commercial de la compagnie. En 1980, la majeure partie des permanents du studio avaient quitté la compagnie, on cru alors que le Movietown allait fermer ses portes.

Run Run Shaw aidé en cela par l'ex-chanteuse de cabaret Mona Fong réussirent à parer au désastre en engageant et en produisant des réalisateurs de la nouvelle-vague. Ann Hui et Alex Cheung furent les premiers à s'engager. Le paradoxe est que pour parer à l'immense concurrence de nouveaux dinosaures comme la Golden Harvest ou la Cinema City de Karl Maka , la Shaw Brothers fut obligée d'engager des auteurs de la nouvelle-vague, ce qui ne va pas vraiment dans le sens du succès commercial garanti.

Depuis, la maison de production de Run Run Shaw continue à tenter de voguer sur ses succès passés, un film comme Hero de Corey Yuen (un remake raté du Boxer From Shantung de Chang Cheh et Pao Hsueh-Li) tentera une percée sur le marché. Liu Chia-liang est revenu derrière la caméra pour réaliser un film de kung-fu produit par la Shaw Brothers, Drunken Monkey… Hélas, ces échecs ont sonné le glas d'un studio incapable de se renouveler. C'est bien dommage. Une page du cinéma de Hong Kong est tournée

 
Page :  1  2   Top
Précedent :
Page 1 : L'histoire des frères Shaw

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com