Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Interview avec Stanley Kwan à Paris
Cinéma de Chine 1/1 - Page 3
Infos
Auteur(s) : David Vivier
Van-Thuan LY
Date : 2/7/2005
Type(s) : Interview
 
 Liens du texte  
Personnes :
Sammi Cheng Sau Man
Chiu Kang Chien
Chu Yuan
Ann Hui On Wah
Tony Leung Ka Fai
Daniel Wu Yin Cho
Films :
Passeport pour l'enfer
Center Stage
Ai Nu, esclave de l'amour
Lan Yu
 
< Précedent
Page 2 : Cinéma de Hong Kong
 
Suivant >
Page 4 : Coming Out


HKCinemagic : Pouvez-vous nous décrire les rapports de travail que vous avez avec les acteurs et les gens de l'industrie du cinéma de la Chine Populaire – sur Lan Yu (2001) par exemple ?
Ruan LingyuS K : Les comédiens chinois sont tous très bons, très professionnels. Le premier film que j'ai tourné en Chine fut Center Stage (The Actress / Ruan Ling Yu, 1991). C'était à vrai dire « un film hongkongais tourné en Chine », et non pas une coproduction : tout le financement venait de Hong Kong. A cette époque, la Chine n'était pas encore très ouverte sur le plan des coproductions. Les démarches administratives furent longues et difficiles. Nous devions obtenir l'accord des autorités en leur soumettant le scénario. Les Studios de Shanghai nous ont ensuite permis de tourner dans leurs locaux, avec leur matériel. Quant à Lan Yu, ce fut dès le départ un projet « underground », aussi bien par son sujet (l'homosexualité) que par son mode de production (nos financiers ne connaissaient rien au cinéma). Il était clair que les autorités chinoises ne nous auraient pas permis de tourner un tel film au grand jour.


Ruan LingyuDepuis quelques années, la Chine est beaucoup plus ouverte aux coproductions avec l'étranger. Il y a de nombreuses explications. On peut dire que les autorités chinoises veulent attirer aussi les investissements étrangers dans le secteur du cinéma. On peut dire encore que le potentiel du marché chinois ne laisse pas indifférent. Les Chinois veulent aussi apprendre et faire des progrès en matière de production cinématographique grâce à la collaboration avec les étrangers. Aujourd'hui, il n'est plus rare de voir des films coproduits par les Chinois et les Hongkongais, voire même des productions sino-taiwano-hongkongaises. Dans ce type d'associations, chaque partie apporte son savoir-faire et ses moyens : la Chine a les studios et les décors naturels, les Hongkongais financent et amènent les stars de l'île, etc. De nos jours, grâce à cette ouverture économique dans le secteur du cinéma, les cinéastes chinois ou hongkongais trouvent plus de sources de financement pour leurs projets : ils peuvent être produits par des Chinois, mais aussi par des Français, des Japonais… Globalement, il y a une plus grande dynamique en matière d'ouverture et de coproduction en Chine.

Prenons par exemple le film que je viens de tourner, The Everlasting Regrets, avec Sammi Cheng, Tony Leung Ka Fai, Daniel Wu. Au départ, c'étaient les producteurs chinois qui m'ont contacté : ils venaient d'acheter les droits d'adaptation du roman [écrit par Wang Anyi – ndlr.] et voulaient que je le réalise. Ils comptaient sur moi pour attirer les grandes vedettes sur le projet et trouver des partenaires financiers à Hong Kong. A l'arrivée, c'est un film financé à la fois par des Shanghaiens et des Hongkongais, avec des comédiens de l'île et du continent [Hu Jun, Su Yan… - ndlr.], très représentatif des coproductions actuelles.
 

Lan Yu
 
HKCinemagic : Le film est-il terminé ?
S K : Le film est en post-production actuellement. Il devrait aller à Venise à la rentrée.
 
HKCinemagic : Vos premiers films ont été écrits par Yau Dai An Ping . Lui et Yau Kong Kin[auteur entre autres de Ai Nu / Intimate Confessions of a Chinese Courtesan, Chu Yuan, 1972– ndlr. ] sont une même personne, n'est-ce pas ?
S K : Exactement. Yau Kong Kin a travaillé avec nombre de réalisateurs de la Nouvelle Vague de Hong Kong sous le nom de Yau Dai An Ping. Il a par exemple écrit Boat People d'Ann Hui(1982). C'est un très grand scénariste du cinéma de Hong Kong.
 
Page :  1  2  3   4  5  Top
Précedent :
Page 2 : Cinéma de Hong Kong
Suivant :
Page 4 : Coming Out

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com