Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Critiques Express

Vacances à Shanghai    (1991)
Le choc des cultures entre les Chinois de Chine et les expatriés a été source de bien des films montrant à quel point le sujet est sensible. Parmi ceux ci citons Iron & Silk, Eat A Bowl Of Tea ou Full Moon In New York. Voir la réalisatrice Ann Hui aborder un tel sujet avait tout l’air d’être une excellente chose. Son Song Of The Exile traitant d’un autre type de choc des cultures (Japon/Chine) était une œuvre d’une émotion rare et l’on pouvait logiquement penser que le miracle se reproduirait ici. Malheureusement c’est loin d’être le cas.

My American Grandson souffre en effet de gros problèmes dans son scénario, surtout par rapport à la caractérisation des personnages. Pas de problème en ce qui concerne Wu Ma le personnage est bien défini, son amour et sa volonté de faire plaisir à son petit fils palpable. L’acteur lui même n’est d’ailleurs pas loin de livrer une de ses meilleures prestations. Non, ce qui cristallise tous les défauts du film c’est le personnage titre, ce fameux petit fils américain. Elevé aux USA de parents qui sont eux originaires de Shanghai il nous est présenté comme totalement américain et sans la moindre connaissance de la culture Chinoise. Une orientation plutôt discutable vu qu’il s’agit de la deuxième génération d’immigrés (cette description correspond plus à un enfant de la 3e génération). Ses parents lui auraient logiquement inculqués des notions de sa culture d’origine et si le choc des cultures aurait toujours été présent il n’aurait pas été aussi énorme que celui présenté dans le film. Ce défaut n’est en rien arrangé par le fait que Ann Hui et son scénariste semblent confondre par moment culture différente et mauvaise éducation. Le jeune garçon se comportant assez régulièrement comme un enfant pourri (il se débarrasse d’un chewing gum en le collant sur le siège du taxi à la vue du chauffeur et de son grand père). Le développement de l’histoire se trouve parasité par cette attitude particulièrement désagréable de l’enfant, atténuant l’intensité de la confrontation culturelle et rendant le personnage antipathique au possible. Même dans sa narration Ann Hui semble rater son but. Au lieu d’une évolution progressive des personnages par le biais de petit événement clés, elle choisit de passer du coq à l’âne grâce à un seul événement (une fugue aboutissant à une nuit dans un village). Ca aurait encore pu passer si le personnage était moins unidimensionnel mais au vu de son attitude totalement fermé lors de la première partie le voir devenir un vrai petit Chinois de Chine continentale si brutalement donne une impression de bâclage.

Le film aurait pourtant pu être une réussite : La réalisation de Ann Hui est efficace, les prestations d’acteurs excellentes (sauf le jeune enfant) et la description de la vie Shanghaiaise des personnages crédibles. Mais la méconnaissance de la culture US (symbolisé par le personnage du petit fils) de Ann Hui et son scénariste et le coté trop caricatural de l’affrontement culturel condamne le film à être un échec.
A noter aussi que le film ne sort pas grandi de la bande sonore cantonaise présente sur le DVD Mei Ah, le film ayant probablement été tourné en mandarin (comme c’est le cas à Shanghai) mais surtout parce que le jeune garçon est doublé par quelqu’un qui n’est manifestement pas américain (il parle anglais avec un accent de Chinois de Hong Kong, et pas un des plus doués !). Dur, dur pour la crédibilité d’un personnage.
Arnaud Lanuque 7/24/2004 - haut

Index de la page
 7/24/2004 Arnaud Lan...

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com