Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Critiques Express

One Last Dance    (2005)
Le générique de One Last Dance semble, à la manière de celui ouvrant What Price Survival, nous introduire des éléments clés de l'intrigue. Appuyé par la magnifique partition de Pakk Hui, intitulée Broken Orange, cette séquence très stylisée envoûte et donne envie de s'immerger.

Cette intention est nécessaire pour rentrer dans ce film à l'approche non linéaire complexe. La chronologie est en effet constamment malmenée afin de brouiller les pistes. Les indices permettant de se repérer dans le temps sont quasiment inexistants, et tout est fait pour nous persuader que certaines scènes se déroulent presque dans le même temps, ce qui n'est bien souvent pas le cas.

Il faut en effet beaucoup de concentration pour comprendre l'intégralité de l'intrigue, au demeurant assez simple. Cette construction sous forme de puzzle est l'intérêt principal d'une intrigue finalement assez classique. Ce traitement permet de revoir le film en ayant une compréhension différente une fois les clés en main.
De ce point de vue, le film peut paraître roublard, mais l'ensemble reste extrêmement cohérent et se construit avec intelligence.

Les ruptures de ton sont peut être un peu moins maîtrisées. Si certaines touches d'humour fonctionnent tout à fait, l'humour gras de certaines situations casse trop l'ambiance plutôt sérieuse du récit.
Loin d'être un film d'action, One Last Dance porte bien son nom. Porté par une ambiance de polar, le récit semble poser question sur question, se déroulant comme une quête, interrogeant sans cesse le spectateur qui tente de mettre de l'ordre dans les nombreuses informations mises à sa disposition.

Finalement, la plus intrigante des énigmes reste l'identité du tueur, car même si on le suit pendant 1h50, ses motivations ne sont pas toujours évidentes. Ses relations avec les différents protagonistes sont également surprenantes. A ce titre, la complicité qui l'unit au capitaine de police joué par Ti Lung est aussi savoureuse que curieuse.
Une fois l'histoire assimilée et ses éléments compris, l’identité du tueur reste ce qu'il y a de plus complexe. Les dialogues, plutôt bien écrits (même s’il semble que la structure du mandarin soit approximative), n'y sont pas pour rien.

Mais de bons dialogues joués par de mauvais acteurs peuvent facilement devenir désagréables à entendre. N'appréciant généralement que très modérément Francis Ng, je l'ai trouvé très juste ici, manifestant une présence impressionnante tout en restant très sobre. Ti Lung est extrêmement charismatique malgré son faible temps de présence à l'écran, et l'alchimie entre les deux hommes est palpable. On a également le plaisir de retrouver Vivian Hsu qui a bien mûri depuis The Accidental Spy, et son jeu s'en ressent. Harvey Keitel quant à lui joue les caméos de luxe le temps de 2 scènes.

Mais l’élément le plus important du film reste le temps. Outre la chronologie non linéaire, on peut dire que l’intrigue est construite en plusieurs temps, comme une danse justement, sauf que le rythme haché rend le tout imprévisible. Au final, revoir le film est aussi agréable que nécessaire.

One Last Dance n'est pas une oeuvre facile à aborder, et n'est pas exempt de défauts. Mais il s'agit d'une expérience qui mérite le détour pour peu qu'on se donne la peine de rentrer dans son univers.
Léonard Aigoin 2/2/2010 - haut

Index de la page
 2/2/2010 Léonard Aig...

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com