Hong Kong Cinemagic
Version française English version
 Critiques   Forum   Facebook  
 Personnes
 Films
 Studios
 Lexique
 Vos réglages

Rech. HKCine
Utiliser la Recherche Google
>> Aide

 Réalisateurs
 Acteurs
 Techniciens
 Producteurs

 Arts martiaux
 Action / Polar
 Drame & Opéra
 Catégorie 3

 Shaw Brothers
 Comptes rendus
 Industrie du film
 Culture et société

 Tests DVD Z2 VF
 Tests DVD SB Z2
 Autres Tests DVD
 Bibliographie
 Guide d'achat

 La Catégorie 3
 Héros handicapés
 Le Japon et HK
 Index des Archives

 BOF & Musique
 PDF & E-books
 Livre d'or VIP

 Plan Du Site
 Archives des éditos
 Aide à la Navigation
 Rédaction
 Historique
 Liens Web
 Le ciné HK et nous
 Livre d'or
 Remerciements
 HKCinemagic 2

Statistiques :
11630 Films
19215 Personnes
1448 Studios
230 Articles
82 Interviews
155 Tests DVD
32452 Captures DVD
3722 Vidéos
Critiques Express

Horoscope I : The Voice From Hell    (1999)
Réalisé un an après Step Into The Dark, ce film présente de nombreuses similitudes avec son grand frère. En fait il obéit aux mêmes règles et a pour origine le même homme : Le producteur Wong Jing. Ce qui a poussé ce vétéran de l’industrie cinématographique Hong Kongaise à produire une série de films d’horreur assaisonné à la sauce locale n’est pas bien difficile à deviner. Jing a tout simplement noté l’immense succès de la série Japonaise des Ring dans toute l’Asie et a décidé de suivre le mouvement (ce qu’il fait depuis près de 20 ans remarquez…). Cette fois ci il a plutôt bien inspiré puisque le résultat est tout a fait plaisant, même si on est loin de l’efficacité quasi mathématique de Ring.

Tout comme Step Into The Dark, Horoscope pratique le mélange des genres (les mêmes d’ailleurs : Comédie, romance et fantastique), la différence majeure tient ici au dosage des ingrédients.

La catégorie romance est ici la plus délaissée. Et pour cause puisque (l’affreux) Jojo n’est pas du tout réceptive aux avances de son chevalier servant. Qui plus est, ce personnage est assez caricatural et pas très bien joué par Chin Kar Lok, un acteur/cascadeur plus à l’aise avec l’action que dans les rôles d’amoureux transis.

La partie comédie est elle aussi en portion réduite. C’est surtout la famille de Jojo(ker) qui se charge du boulot. Production Wong Jing oblige, le niveau de l’humour n’est pas très élevé. Ca blague à coups de viagra et autres imbroglios basés sur le sexe, mais, l’avantage, c’est que ces interventions sont tout de même assez réduites et, surtout, qu’elles n’interfèrent pas sur l’histoire et l’ambiance fantastique.

Et donc, comme vous l’avez probablement deviné, c’est le fantastique qui se récupère la part du lion. Ce qui s’avère étonnant, c’est le traitement relativement sérieux qui lui est réservé. Le réalisateur prend son temps pour créer une ambiance, il soigne ses cadrages, fait monter la tension, reste concentré sur son histoire… Mine de rien, ce n'est pas courant dans un film d’horreur à la HK, ça mérite donc d’être signalé ! Et si le film est loin de produire de frissons équivalent à son glorieux modèle (Ring pour ne pas le nommer), il parvient tout de même à faire frémir de temps en temps. Mission accomplie ! Notons aussi l’excellence des prestations d’Athena Chu (comme toujours) qui réussit a faire vivre son double personnage et d’Helena Law, une vétérante de l’industrie Hong Kongaise, étonnante dans le rôle de la médium, elle démontre vraiment de quoi elle est capable.

Enfin, j’attirerais votre attention sur 2 ou 3 spécificités intéressantes du fantastique Hong Kongais qui sont aussi présentes ici. D’abord, c’est le coté fortement ancré dans le réel et l’influence de l’urbanisation dans les manifestations du fantastique. Ici l’origine du mal tient a des problèmes très terre à terre qui n’ont pas été résolues durant le vivant des personnages, règlements de comptes entre Triades, avortement non assumé… Ce sont des préoccupations on ne peut plus concrètes qui donnent naissance au fantastique, pas de messe noire ou autres créatures surnaturels par essence, et montrent bien les obsessions de la société Hong Kongais dans son ensemble (et l’on sait la culture locale extrêmement matérialiste). Cette caractéristique se ressent aussi dans le choix des lieux ou se passe la plupart de l’action : De grands buildings proches de nos HLM nationaux (les problèmes de la place disponible à HK et du prix des loyers font partie des grandes questions locales) ou des ruelles sordides : Hong Kong dans toute sa splendeur misérable. Mais une telle marche forcé vers le « progrès » a pour conséquence un retour mécanique a d’anciennes superstitions, une des plus connues et les respectée c’est le Feng Shui mais il y a aussi une certaine forme de spiritisme. Pas très surprenant quand on sait que le culte des ancêtres est encore extrêmement pratiqué. La découverte de ce types de pratiques, forcément différentes de nos coutumes occidentales, est particulièrement intéressante.

A l’énoncé de toutes ces bonnes raisons vous comprendrez que la vision de cet Horoscope est tout à fait conseillée !
Arnaud Lanuque 7/26/2004 - haut

Index de la page
 7/26/2004 Arnaud Lan...

 Publicité avec Google AdSense   Participer au site   Contact   FAQ   Utilisation contenu du site   Disclaimer   Rapport d'erreur  
copyright ©1998-2013 hkcinemagic.com